Confirmation – Profession de foi

Par : pasteur Marc Pernot

Un adulte qui a reçu le baptême quand il était un bébé n’est pas obligé de devenir chrétien. C’est sa liberté. Il n’a pas choisi de recevoir le baptême, de même que l’on ne choisit pas d’avoir des parents qui vous aiment (si on a cette chance). La grâce est le choix de Dieu, sans chantage de sa part ; quand nous répondons à cet amour en l’aimant un peu, c’est une bonne surprise pour lui. L’amour de Dieu appelle ainsi la foi de l’homme.

L’essentiel se joue ainsi dans le secret de cette relation entre une personne et Dieu, mais bien souvent cela nous aide de marquer des étapes dans notre vie par un geste solennel. Quand une personne désire répondre à l’amour de Dieu publiquement devant l’église pour la première fois, il  » confirme  » l’existence de ce lien qu’il y a entre Dieu et lui, lien que Dieu a établi le premier en aimant la personne. La confirmation est ainsi le complément du baptême. Une préparation et un âge suffisant sont nécessaires pour affirmer sa foi en Christ en connaissance de cause.

La confirmation n’est faite qu’une fois, mais on peut désirer faire une profession de foi publique (au cours d’un culte) à l’occasion d’un nouveau départ ou d’une étape importante dans sa foi. Dans l’église protestante, on ne considère souvent pas ce geste comme un « sacrement », mais c’est vrai que ce n’est pas sans rapport (à travers le rappel ou la conformation du baptême).

 

Marc Pernot

Suite :

Vous pouvez participer au débat en faisant part de vos remarques et questions.

Quelques courtes définitions de mots essentiels de la théologie

Quelques questions de théologie posées par des visiteurs et une réponse proposée
Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *