Je cherche faire grandir en moi les fruits de l’Esprit, j’aimerais savoir ce que signifie être doux, patient, maitre de soi.

Par : pasteur Marc Pernot

Deux fillettes se tiennent en marchant - Photo by Andrea Tummons on Unsplash

Question d’un visiteur :

Bonjour pasteur

Je cherche faire grandir en moi les fruits de l’Esprit, et j’aimerais savoir ce que veulent dire certaines qualités biblique pour vraiment comprendre leurs signification. Qu’est ce qu’être doux, patient, la maitrise de soi.
Pouvez vous également me donner votre interprétation de Proverbes 25:15
Mais, également, pour finir votre définition de l’amour

Merci pour votre patience

Réponse d’un pasteur :

Bonjour cher Monsieur

Je ne suis pas un grand amateur du livre des proverbes. Mais chacun ses goûts, bien sûr. Je préfère les écrits plus spirituels, associant à la fois des pistes de vie et une ouverture à l’action de Dieu.
Comme vous dites très bien, ce sont plutôt les fruits de l’Esprit qui sont à attendre. Le plus efficace de demander à Dieu son Esprit, demander à Dieu de nous aider à grandir, à devenir meilleur. En ce qui concerne les fruits, je pense qu’il en est des fruits de l’Esprit comme des pommes, on ne les fait pas venir plus vite en tirant sur les branches. Mieux vaut soigner le pommier.

En l’occurrence, je suis du même avis que vous, Proverbes 25:15 est assez intéressant : « Par la lenteur à la colère on fléchit un prince, Et une langue douce peut briser des os. » Car effectivement, on peut parfois penser que la douceur et la longanimité sont une faiblesse, et sans efficacité pour changer le monde, qu’une bonne petite violence serait plus efficace. Ce n’est pas certain du tout. La bonté a une puissance efficace de transformation du monde, même s’il faut bien reconnaître que le héros qui applique cela peut avoir une fin assez tragique, à commencer par Jésus, en passant par bien de bonnes personnes. Cela n’empêche l’extraordinaire valeur de cette force qu’est la bonté. Cela me rappelle le Psaume 117 qui affirme que la bonté de l’Eternel est puissante. Et cela me rappelle les mémoires de Saint Hélène où Napoléon Bonaparte remarque amèrement que Alexandre, César et lui-même ont fondé leur empire sur la force et qu’ils sont tous tombés, alors que Jésus-Christ a bâti son Royaume sur l’amour et que des milliers d’années après des peuples entiers se déclarent être son sujet.

Je ne suis pas certain que l’on puisse dire que Jésus incarne la douceur, au sens que nous donnerions à ce terme. Il était assez énergique, déterminé, libre, souvent tranchant. Mais certainement toujours aimant et bienveillant, cherchant à soigner la personne qu’il rencontre. C’est peut-être la douceur essentielle. Quant à la maîtrise de soi, c’était une qualité très recherchée par les philosophes. Et c’est vrai que ce serait pas mal que nous puissions arriver à faire le bien que nous aimerions faire et à ne pas faire le mal que nous savons être mauvais… et, comme le dit l’apôtre Paul, c’est souvent l’inverse que nos actes révèlent. Là encore, il se demande : qui me délivrera de ce dysfonctionnement ? Et c’est alors qu’il rend grâce à Christ (Romains 7:25). Nous avons donc ici une association de philosophie, de lucidité personnelle, et d’ouverture à la puissance de Dieu pour nous aider à avancer, à devenir plus fort, et un petit peu meilleur.

Ces qualités bibliques que vous relevez, soyez certain déjà que Dieu en fait preuve à notre égard. Il est pour nous : douceur, patience, et il maîtrise certainement sa déception et sa colère s’il arrivait que nous le décevions encore et encore…

Bravo à vous, donc, entre vos réflexions, votre recherche de progrès, et le fait d’espérer ces progrès comme des fruits de l’action de Dieu (l’Esprit), il me semble que vous êtes franchement sur la bonne voie.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Psaume 117

Célébrez l’Éternel, vous tous les peuples,
Glorifiez-le, vous toutes les nations !
Car son amour pour nous est puissant,
Et la fidélité de l’Éternel est pour toujours.
Célébrez l’Éternel !

Romains 7

21 Je trouve donc en moi cette loi: quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi. 22 Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l’homme intérieur; 23 mais je vois dans mes membres une autre loi qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché qui est dans mes membres.
24 Misérable que je suis! Qui me délivrera de ce corps de mort?…
25 Grâces soient rendues à Dieu par Jésus-Christ notre Seigneur!…

Galates 5:22

Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la foi, la douceur, la maîtrise de soi.

Napoléon, Mémorial de Saint-Hélène

Avant même que je sois mort, écrit Napoléon à Saint-Hélène, mon œuvre est détruite ; tandis que le Christ, mort depuis dix-huit siècles, est aussi vivant qu’au moment de son ministère… En quelque endroit du monde que vous alliez, vous trouverez Jésus prêché, aimé, adoré… Je suis encore vivant, et pourtant mes armées m’ont oublié : Alexandre, César, Charlemagne, moi-même, nous avons fondé des empires, mais sur quoi avons-nous fait reposer notre pouvoir ? Sur la force, tandis que Jésus-Christ a fondé son empire sur l’amour, et des milliers d’hommes donneraient joyeusement à cette heure même leur vie pour lui… L’union qui unit Jésus-Christ à ses rachetés est plus sacrée, plus impérieuse que quelque union que ce soit. Tous ceux qui croient sérieusement en lui ressentent cet amour surnaturel. Ils aiment quelqu’un qu’ils n’ont pas vu. C’est un fait inexplicable à la raison, impossible aux forces de l’homme ; et pourtant il a été accompli. Voilà ce que j’admire au-dessus de toutes choses, moi, Napoléon ; plus j’y pense, plus je suis absolument persuadé de la divinité du Christ.

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *