Éternel – YHWH

Par : pasteur Marc Pernot

Cette personne que l’on appelle Dieu (élohim en hébreu) est appelée aussi d’un autre nom dans la Bible. Ce nom a été révélé par Dieu à Moïse au buisson ardent1  : YHWH (YHWH : le "nom de Dieu" en Hébreu en hébreu). Les juifs ne prononcent pas ces 4 lettres, par respect pour Dieu et pour résister à l’illusion de penser que l’on pourrait connaître totalement Dieu. Mais on sait que YHWH se prononçait Yahou, ou en abrégé, Yah. En effet, il reste des traces de l’ancienne prononciation dans des noms propres comme Ésaïe qui se dit en hébreu Yesha-Yah ou Yesha-Yahou (l’Éternel délivre).

YHWH pourrait se traduire en français approximativement par  » Je suis. Je serai « . Ce nom est important d’un point de vue philosophique : Dieu est le seul qui existe véritablement en tant que tel. Tout le reste est arrivé à l’existence comme une conséquence d’autres choses qui l’ont précédé, comme nous descendons physiquement de nos ancêtres. Dieu, lui, n’est issu de rien d’autre que lui-même, il n’en a pas besoin car il est éternel, il est l’être même, celui qui était, qui est et qui vient, comme le dit l’apôtre Jean 2.

La traduction  » l’Éternel  » rend bien cette conception de Dieu, mieux que la traduction  » le Seigneur  » qui évoque l’idée de quelqu’un qui commande, et mieux que Yahwé ou Jéhovah qui sont de maladroits essais de prononciation de YHWH.

Dans la Bible, les mots  » Dieu  » et  » YWHH  » ne sont pas interchangeables. Ils évoquent deux façons dont la même personne, Dieu-YHWH, agit dans le monde :

  • Il est appelé Dieu quand il est créateur. Pour créer, Dieu sépare ce qui est bien de ce qui est mal, il agit pour mettre en valeur le bien, et pour faire reculer le mal, c’est une des spécialités de Dieu, mais ce n’est pas tout…
  • Il est appelé Éternel (YHWH) quand il sauve, quand il aime, quand il nous associe à notre propre création. On comprend qu’il faille un autre mot, parce que quand il sauve quelqu’un, quand il pardonne, l’Éternel accepte la part de mal qui est en nous (c’est ça, aimer). Et donc en aimant, l’Éternel se salit les mains, pour ainsi dire, alors que Dieu rejette activement le mal.

Le mot Dieu évoque plutôt le côté masculin de Dieu (dans les fonctions traditionnelles du Père de famille), l’Éternel évoquerait plutôt le côté maternel de Dieu, avec cette tendresse qu’une maman peut avoir pour son bébé, bien qu’il ne soit pas (encore) capable de grand chose.

La confession de foi fondamentale de la Bible, dans laquelle apparaît le génie théologique des hébreux, c’est d’avoir compris qu’une seule et même personne est à la fois Dieu et YHWH, qu’il juge et qu’il aime, qu’il crée et qu’il sauve. Voilà cette magnifique confession de foi avec Moïse :

Écoute, Israël, l’Éternel notre Dieu, l’Éternel est Un.3

Cette confession de foi est d’ailleurs reprise par Jésus :

Voici le premier commandement : Écoute, Israël,
le Seigneur notre Dieu, est l’unique Seigneur,
Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force.4

Chercher à écouter l’Éternel notre Dieu, c’est une réponse intelligente et fidèle à la grâce et la puissance de Dieu-YHWH.

manuscrit sur parchemin en hébreu du Psaume 133 trouvé à Qumran. J'ai encadré en rouge le tétragramme YWHW écrit dans un alphabet hébreu plus ancien.

Psaume 133 sur un manuscrit trouvé dans la grotte 11 de Qumran – Le mot YHWH y est calligraphié en hébreu archaïque (encadré en rouge), alors que le reste du texte est écrit en hébreu ancien avec ses lettres carrées que nous connaissons aujourd’hui dans les éditions de la Bible en hébreu. Courtesy of the Leon Levy Dead Sea Scrolls Digital Library, Israel Antiquities Authority (IAA). Photograph: Shai Halevi.

 

1 Exode 3:14

2 Apocalypse 1:8

3 Deutéronome 6:4

4 Marc 12 :29

 

Marc Pernot

Suite :

Vous pouvez participer au débat en faisant part de vos remarques et questions.

Quelques courtes définitions de mots essentiels de la théologie

Quelques questions de théologie posées par des visiteurs et une réponse proposée

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Elyah dit :

    Interprétation intéressante, mais est-ce bien historico-critique ? 🙂 D’après ce que je retiens des excellents cours en ligne du professeur Thomas Römer au Collège de France, El (Elohim) veut dire dieu en hébreu, du nom du roi des dieux Cananéens (comme Zeus), alors que YHWH est le nom du dieu national d’Israël, comme Athéna est la déesse d’Athènes. « Écoute Israël, il y a plein de conceptions de dieux possibles, mais le tien n’est pas Baal ou Astarté, attention c’est un dieu jaloux : c’est YHWH ! » Puis passage progressif d’un hénothéisme à un monothéisme : « Toutes ces autres conceptions de dieux sont des idoles de bois et de pierre, YHWH est le seul dieu vivant, et Israël son peuple élu ».

    • Marc Pernot dit :

      Oui, c’est historico-critique. Et j’aime beaucoup les travaux (et la personne) de Thomas Römer.
      Cependant l’histoire est longue. Il y a la parenté lointaine de divinités adoptées. Qui peuvent expliquer pas mal de choses. Et il y a ce qu’en font ensuite les peuples, les rédacteurs, et les lecteurs de ces textes, l’herméneutique rabbinique. Cela fait aussi partie de l’histoire de ces textes.
      Par exemple, il est effectivement possible que Elohim récapitule un ensemble de divinités, il est possible que YHWH récapitule un couple de divinités, dieu et déesse (avec Ashéra-Astarté). Et que les hébreux aient fusionné le tout en un seul Dieu, avec un esprit fédératif digne de la Suisse. D’ailleurs, le pluriel d’Elohim peut être compris aussi comme évoquant cette récapitulation d’un ensemble de divinité dans le divin. Ensuite, même s’il y a fusion dans un monothéisme, l’un ou l’autre des noms et attributs ne sont pas neutres, chacun ayant une personnalité (en partie due à l’histoire, de son origine à l’usage qui en est fait ensuite), cela permet, même dans le cadre du monothéisme d’évoquer un trait de personnalité du seul Dieu. L’histoire de l’interprétation de ces textes montrent que Elohim exprime plutôt le côté fort de Dieu, et YWWH plutôt le côté tendre, que Shaddaï est plutôt maternel, accouchant et allaitant… C’est ce que l’on peut étudier en examinant les occurrences de ces noms dans le texte de la Bible.

  2. Yvon Duguay dit :

    Hi I l’urne from a Paster Gordon Kint Peace
    In Vancouver BC about 37 years ago that the Name of har heavenly father is YAHOWAH and
    The Nam of his son is YAHO-HOSHU-WAH
    HOSHU mens = Saviour Sent By at father Yahowah he said I came in my Father’s Nam and You resivd me not an other shall com in is Homme Nam and himm you will Receive witch is Jeses Christ in the Greek = to 600 60 6 how com whit the knoleg you peapels have too day can’t figure out the Nam the proper way is it wanted that way or what?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *