Que deviennent les animaux après la mort ? Quelle est leur valeur ?

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Raymond dit :

    Bonsoir Pasteur. Je voudrais plutôt apporter une contribution au sujet du Salut des animaux, après avoir lu votre réponse à la préoccupation d’un internaute. J’ai décelé un esprit éclectique, qui rassure quant au fait qu’on peut engager une discussion fructueuse avec vous. En effet, il est complexe pour un chrétien (véritable) de savoir ce qu’il en est de la destinée éternelle des animaux, sans avoir reçu une révélation de Dieu à propos des chapitres qui abordent très clairement la question. Je tiens d’abord à rappeler qu’en créant toutes choses, au moment où la création était encore parfaite, le rôle de l’homme était de veiller, d’entretenir la création, y compris les animaux. Ce qui excluait tout régime carnivore. Il a fallu l’abondance du péché pour que Dieu autorise l’homme à manger la viande, avec son corollaire de malédictions, dont le plafonnage de la longévité de l’homme sur terre. Mais, en s’adressant à Noé, Dieu avertit qu’il demandera compte à l’âme de tout animal qui aura tué injustement un homme. Et donc, ils ont une âme vivante? Ensuite, dans Esaïe 11 et 66, si je ne m’abuse, Il parle clairement du Salut de l’animal sur la nouvelle terre. En présentant un schéma identique à celui de la première création sans péché. Salomon nous apprend dans l’écclésiaste que les âmes de l’homme et de l’animal descendent après la mort, ce qui sera corroboré lorsque Samuel remonta de la terre pour s’adresser à Saül. Autre chose, en voulant sauver Ninive, Dieu dit s’apitoyer sur le sort des humains et des animaux. Quelque part dans l’ancien testament, il est également instruit que les animaux doivent jeûner. Dans Romains 8, 17-21, l’apôtre Paul évoque très clairement la résurrection des animaux qui prendront part à la Gloire de Dieu. Car, en parlant de la Création, qui attend avec un ardent désir, il ne peut que se référer aux anges et aux animaux et même à un degré moindre à la nature. Or, en évoquant cette création qui a été soumise au mal et qui attend avec un ardent désir la révélation des élus, il s’agit parfaitement des animaux et de la nature. Mais, s’agissant de ceux qui ont une âme, comme il le confirme dans Lévitique 17, il s’agit typiquement des animaux qui ont été soumis au malin. Et dans Apocalypse 4, si mes références sont bonnes, il est décrit une scène céleste dans laquelle les animaux et les poissons élevaient des cantiques vers Adonaï. J’ai tenté de me faire le plus court possible en évitant de dresser une litanie de références que vous maîtrisez certainement mieux. J’espère poursuivre les échanges avec vous sur la question. Soyez béni

    • Marc Pernot dit :

      Bonjour Monsieur
      Bravo pour cette recherche.
      Il faudrait évidemment y ajouter les textes faisant une distinction entre les humains et les animaux dans la Bible, et les textes où l’on voit la consommation de viande et les sacrifices d’animaux.
      Car sinon, cela pourrait donner l’impression que l’on se sert de la Bible pour justifier son propre point de vue, au lieu de considérer la Bible avec respect, en cherchant objectivement ce qu’elle dit d’une question, à travers les multiples textes apportant des points du vue différents, complémentaires ou contradictoires. Le lecteur peut alors se faire une opinion en fonction de sa sensibilité, de sa foi, de l’inspiration, des circonstances de sa vie. C’est aussi cette richesse qui permet de comprendre que d’autres personnes ont un point de vue différent du nôtre sur telle ou telle question.
      Que Dieu vous bénisse et vous accompagne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *