Le sub-conscient, le salut et Dieu ?

Extrait du Jugement dernier de Jérôme Bosh (XVe siècle)

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Monsieur le pasteur,

Je voudrais vous poser une question sur l’existence de Dieu.

Nous pouvons imaginez que nous vivons sous plusieurs formes : intellectuelle par la mise en pratique de notre cerveau, réelle donc consciente et par notre sub-conscient qui lui nous parle lorsqu’il a quelque chose d’important à nous faire comprendre ou lorsque nous demandons une réponse ou une solution à un problème existentielle par le biais des rêves.

Car je pense que les rêves peuvent revêtir toutes sortes de messages. Souvent nos rêves nous parlent et nous donnent les réponses que nous cherchons.

Notre sub-conscient est donc le lien le plus proche de notre âme et il va chercher la réponse à nos questions, car il est plus facile pour le sub-conscient d’accéder à notre âme que notre conscient trop centré sur les capacités du cerveau.

Le sub-conscient universel correspondrait à l’ensemble du savoir et peut être de la sagesse et de l’amour: donc à Dieu…et lorsque nous mourrons notre corps effectivement redevient poussière et libère par la même occasion notre âme qui rejoint cette Force qui nous gouverne depuis que le monde est monde, l’âme rejoint son Père son Créateur…encore faut-il que cette âme accepte l’Amour qui est Dieu..

Qu’en pensez-vous ?

C’était juste pour parler un peu avec vous, car j’avoue que depuis que je connais votre site, on se seul moins seul…..vous êtes fidèle…j’aimerais avoir votre force d’esprit qui doit être très proche de votre âme.

Meilleures salutations.

Réponse d’un pasteur :

D ‘accord pour l’importance le l’inconscient, mais le conscient n’est pas mal non plus.

C’est par le conscient que la liberté nous vient. En particulier quand le conscient entre dans une recherche de Dieu, dans une réflexion personnelle sur ce que l’on a vécu dans notre journée et comment nous n’avons vécue, en regard à ce que nous aimerions être et vivre…

Le sub-conscient mélange un peu tout, il y a du sublime et de vielles haines mal digérées, de l’espérance et de l’angoisse, les traces d’une belle relation et des blessures infectées, il y a des traces d’instinct et des bouffées d’hormones. Il est comme le compost au fond du jardin, à la fois une décharge qui ne sent pas très bon mais aussi un terreau fertile pour des fruits futurs.

C’est le conscient qui peut mettre de l’ordre et dans une certaine mesure purifier cela. Et arriver peut-être à fabriquer un peu du bon engrais avec ce fatras.

Du coup, je ne suis pas très porté sur l’interprétation des rêves. Ils mêlent quelque chose de cet inconscient, et éventuellement le bruit du train que l’on entend sans s’en rendre compte en dormant. Certes ils peuvent nous dire quelque chose, mais cela mérite quand même d’être regardé avec un certain humour, en tout cas une grande prudence. C’est avec une encore plus grande prudence qu’il faut recevoir d’éventuelles interprétations de nos rêves. Il y a eu énormément de manipulation possible à partir de cela.

Dieu est plus que notre subconscient, sans doute sa présence niche quelque part en nous, dans notre inconscient, dans notre conscient, dans nos actes. Mais il est plus que cela, et nous ne serons jamais lui, ni ici-bas, bien sûr, ni dans l’au-delà, à mon avis. Nous sommes en relation avec lui, et nous serons en relation avec lui.

Merci pour vos encouragements

Amitiés

pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *