La situation du coronavirus, est ce que c’était écrit dans la bible que nous allions vivre ça ?

Vous aimerez aussi...

17 réponses

  1. Patricia dit :

    Personnellement, je crois que ce Covid19 est un avertissement. C’est le troisième cheval de l’Apocalypse qui apporte la peste. On a déjà eu que trop de guerres, bientôt ce sera la famine. Protégeons notre planet, nous n’en avons pas d’autre.
    Si Dieu est Amour, pourquoi permet il qu’il y ait des tremblement de terre, des inondations, des avalanches, glissements de terre et autre phénomènes naturels où tant de gens innocents meurent, qu’il soient Chrétiens ou pas?
    S’il nous a créés à son Image, pourquoi est qu’il y a tant de monstres (pédophiles, assassins, mafieux, trafiquants …) même s’Il nous laisse le libre choix de nos actes. Pourquoi les porteurs d’handicap qui n’ont eu aucune chance de choix (et leurs parents non plus).
    Heureusement qu’il y a tant de merveilles qu’Il a crées, mais les questions restent.

    • Marc Pernot dit :

      Non, le Covid-19 n’est pas envoyé par Dieu, il est la source ultime de la vie, travaillant sans cesse en faveur de la vie. Comme le dit Jésus, si Dieu envoyait la maladie et la mort, « son Royaume serait divisé contre lui-même et dévasté, ne pouvant subsister. » (Matthieu 12:25). Le Christ n’a jamais tué, ni rendu malade, ni envoyé la foudre sur personne, au contraire, il a touché et purifié le lépreux, soigné, guéri, pardonné, relevé, ressuscité. Et cela manifeste la façon d’être de Dieu lui-même.

      Seulement, il existe des prophètes de malheur, c’est un moyen bien connu pour faire pression sur les personnes en accentuant leurs peurs, puis en l’utilisant comme un levier pour mieux les capturer. Hélas.

      Cela ne date pas d’hier. Hergé a bien mis en scène cela dans les années 1940, il raconte qu’une météorite menace la planète et un homme poursuit Tintin avec des menaces et des appels à la repentance, prédication qu’il accompagne de lugubres coups de gong. « C’est le châtiment, faites pénitence, la fin de monde est arrivée ! » Du coup c’est presque en souriant que nous pouvons démasquer ces faux prophètes annonçant la fin du monde à cause d’une guerre, d’un virus, ou d’un événement politique en Israël, ou l’origine du dernier pape… Intérieurement, on peut se dire, « OK, Philippulus ! », et ne pas se laisser effrayer.

      Au moins, Philippulus m’a l’air de croire en sa prophétie et n’attend rien pour lui-même, il est simplement mû par sa folie. Il existe des Philippulus qui, eux, cherchent à faire peur dans un but politique, comme dans le complotisme et le populisme. Il existe des Philippulus qui cherchent à faire des adeptes pour grossir les rangs de leur église ou mieux dresser leurs fidèles. Trois fois hélas.

      deux cases de l'album "L'Étoile mystérieuse" de Hergé © Editions Moulinsart
      Extrait de « L’île mystérieuse »de Tintin par Hergé : Philippulus, le prophète menaçant de fin du monde.

      En ce qui concerne les catastrophes, se suis d’accord avec vous, Dieu est amour et je n’imagine pas une seconde que Dieu puisse vouloir tuer quelqu’un. Par conséquent: une guerre, une épidémie, un tsunami, une maladie mortelle… sont des catastrophes épouvantables, et il est impensable d’imaginer Dieu combiner ce genre d’horreurs, impensable d’imaginer que Dieu laisserait arriver ce genre de choses s’il avait pu les empêcher. C’est un élément majeur de la théologie, à mon avis : Dieu n’a pas seulement été créateur dans le passé, mais il est créateur dans le présent, non comme un magicien, mais comme source d’évolution, source de vie et de bien. Il y a la liberté de l’humain, est c’est vrai que c’est un grand risque que Dieu a pris de créer des créatures qui soient en même temps capable de liberté et de création. C’est pour le meilleur et pour le pire. Dieu n’a pas de laisse pour retenir un homme allant commettre un crime. Il appelle, il essaye de toucher au cœur et d’éclairer l’intelligence, il accompagne cette personne, en espérant la rendre meilleure. Il fait comme un Père, une Mère avec son enfant : il fait ce qu’il peut avec son amour et ses soins. Mais ce pouvoir est limité.

      Pour ce qui est de la nature, c’est vrai qu’il y a des catastrophes et cela ne date pas d’hier non plus. Il n’y a qu’à penser à l’époque des magnifiques dinosaures, anéantis par une terrible catastrophe causée par une météorite. Ce n’est pas la faute de l’humain, alors que le réchauffement actuel, si, en grande partie tout au moins. On peut donc penser qu’il reste quelque chose du chaos primordial dans la nature. C’est une source de souffrance et d’injustice. Les plus gentils comme les plus méchants sont écrabouillés de la même façon s’ils se trouvent au mauvais endroit. Cela montre que la création est inachevée, elle est en cours, Dieu y travaille. Il ne « laisse » donc pas faire les catastrophes, il y travaille. Et il nous embauche.

      Les épidémies se répandent d’autant mieux qu’il y a plus de contact avec d’autres personnes. Il est donc logique que les épidémies de covid-19, de sida, ou de peste (infiniment plus meurtrières que l’épidémie d’aujourd’hui) se répandent plus largement et plus vite aujourd’hui. A nous de faire plus attention, plus créatif, plus solidaires, plus responsables personnellement et collectivement. Que Dieu nous aide à l’être.

      Dieu vous bénit et vous accompagne

  2. Fred dit :

    Ce qui est intéressant, même des non-croyants pensent que c’est un message venant de là-haut pour avertir les humains. Pour moi c’est évident que Dieu est celui qui dirige, permet et ordonne toutes choses. Et parler d’un accident sanitaire me parait naïf.

    • Marc Pernot dit :

      Votre Dieu permet et ordonne une épidémie qui tue une gamine de 16 ans et 10.000 autres personnes par la même occasion ?
      C’est vous qui avez trouvé cela ou c’est ce que l’on enseigne dans votre église ?

      • Jer dit :

        (Matthieu 12:25). Le Christ n’a jamais tué, ni rendu malade, ni envoyé la foudre sur personne, au contraire, il a touché et purifié le lépreux, soigné, guéri, pardonné, relevé, ressuscité. Et cela manifeste la façon d’être de Dieu lui-même.

        • Jérôme dit :

          Alors faut qu’il se mette au travail dieu, car là, il a 3 mois de retard. Mais faudrait aussi qu’il guérisse tout le monde et pas seulement 1 cas. On attend, mais vite le temps presse.

          • Marc Pernot dit :

            Dieu est au travail, et sans retard !
            Mais avec un délai. Même Dieu ne peut pas faire pousser un chêne centenaire en une seconde. Éternel ne veut pas dire hors du temps, cela implique au contraire la patience.
            Cela me fait penser à cette blague : un alpiniste en détresse prie Dieu de venir à son secours, espérant en son aide toute puissante. Passe alors un collègue qui lui lance une corde, l’alpiniste la refuse en disant qu’il a Dieu pour secours. Puis un hélicoptère 🚁 arrive appelé par des personnes du village en face, l’alpiniste pieux garde sa confiance en l’Eternel. Finalement, épuisé il lâche prise. Arrivé au Paradis il reproche à Dieu de ne pas l’avoir secouru « Alors, tu étais en retard ! ». Dieu lui répond : quoi ? Pas secouru !?! J’ai trouvé un alpiniste avec une corde, j’ai même trouvé des gens pour veiller sur toi de loin, puis une merveille mécanique pour te chercher par mes air !

  3. Gianni dit :

    Bonjour Monsieur Pernot,
    Personnellement je ne pense pas que le corona virus soit envoyer par Dieu pour punir l’humanité, mais il est clair qu’en citant Matthieu12:25, vous sortez le texte de sont contexte, Jésus ayant répondu de cette manière car il était accusé d’avoir délivré un personne possédée par le pouvoir de satan.
    il est évident selon moi que la colère de Dieu peut s’abattre sur le monde et tué des gens, sinon comment expliquer la mort de tout les premiers nés mâle dans les 10 plaies d’égypte ? les passages de l’Exode 11:5 & 12:12 sont très clair sur le fait que c’est Dieu lui même qui parcours le pays pour exécuté la dixième plaie.
    Quand aux chevaliers de l’apocalypse,lors de l’ouverture du 4ème sceau, qui selon vous lui donne le pouvoir de faire périr les hommes sur le quart de la terre?
    Etant moi-même un enfant de Dieu depuis maintenant 37 ans, j’ai une relation personnelle avec un Dieu aimant, mais qui peut aussi me corriger pour me remettre dans le droit chemin, quand la situation l’exige.
    fraternellement en notre Seigneur Jésus, qu’il vous protège et vous bénisse richement, vous et votre communauté
    Gianni

    • Marc Pernot dit :

      Bonjour

      Je ne pense pas du tout que citer Matthieu 12:25 soit hors contexte ici. Pour deux raisons :

      1. le contexte est effectivement celui de la guérison et de la maladie et de qui est acteur pour donner l’un ou l’autre.
      2. Jésus parle explicitement de « tout Royaume » divisé contre lui-même, « πᾶσα βασιλεία », et non pas seulement d’un certain royaume, or que quand Jésus parle de royaume on ne peut pas ne pas penser au Royaume de Dieu, dont il parle si souvent.

      Par ailleurs, pas une seule fois dans tout son ministère, autant que nous le sachions, Jésus n’a blessé, ou rendu malade, ou accepté qu’un autre le fasse à quiconque. Au contraire, il soigne, guérit, donne la vie, relève, empêche de demander à Dieu de foudroyer, empêche de lapider… Par conséquent, il est manifeste que l’intention des 4 évangélistes unanimes sur ce point est de dire que Dieu ne blesse, ni ne rend malade personne jamais, en aucune occasion.

      Quand on pense que Christ « accomplit les Ecritures » cela impose donc de relire ces écritures à la lumière de ce que Christ révèle de la façon d’être de Dieu. Dieu qui n’est source que de lumière, de résurrection et de vie, jamais de ténèbres. Alors comment faire avec les passages terribles de l’ancien testament ?

      1. On a le droit de penser, à la suite du Christ, que tel passage de l’ancien testament est à réformer, comme il le fait pour « oeil pour oeil » qu’il transforme en « aimez vos ennemis ». La Bible est un livre très pluraliste, écrit sur des centaines d’années, c’est une somme de débats à plusieurs voix, Christ met en valeur une position qui met en avant certains passages, certains courants plus que d’autres. Il y a des passages avec lesquels nous pouvons avoir des réserves, après nous être posé la question. Il y a des passages inqualifiables moralement, il y a des passages polythéistes, etc. sur lesquels nous pouvons passer sans se laisser troubler.
      2. bien des passages où Dieu tue des méchants peuvent être compris d’une façon allégorique, où Dieu tue non pas des personnes, mais où il élimine la méchanceté. Cette lecture est très classique à l’époque de Jésus lui-même, par exemple Paul ou Pierre qui relisent le déluge noyant l’humanité violente et sauvant la famille de Noé, ou la mer rouge noyant les égyptiens et laissant cheminer les hébreux, comme des figures de notre baptême, figurant l’action de Dieu qui élimine en nous le pécheur et sauvant son enfant en nous pour le mener vers la vie.

      Donc certes la Parole de Dieu nous touche, mais spirituellement, existentiellement, comme une parole d’amour, un appel, une exhortation, comme une opération chirurgicale qui ôte en nous ce qui nous blessait, nous tuait. Comme Jésus parle durement aux pharisiens, ou à ses disciples qui ne comprennent rien, ou qui veulent faire du mal en foudroyant les méchants, repoussant les pauvres qui crient… mais sans violence physique, sans tuer ni rendre malade.
      Que Dieu vous bénisse ainsi

  4. Dorian dit :

    D’accord, Jésus n’a jamais tué, n’a jamais fait de mal à qui que ce soit, n’a jamais accepté la mort de quelqu’un. Pourquoi son Père a-t-il accepté et même « comploté » sa mort?
    Oui, je sais. C’est un mystère: « une vérité qu’on ne peut pas comprendre mais qu’on doit croire parce que c’est Dieu qui l’a révélée. »
    Alors, tiens-toi ! Ferme ta gueule.

    • Marc Pernot dit :

      Bonjour
      Je ne sais pas qui ou quelle église vous a suggéré qu’il ne faille pas penser sa foi ? La démarche de Jésus, au contraire, donne à penser, invoite à réfléchir, en fait même une responsabilité quotidienne du fidèle de base quand il reprend le commandement essentiel de sa religion « écoute l’Eternel ton Dieu, l’Eternel est un, tu aimeras l’Eternel ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme » et de toute ta force », et Jésus ajoute, il ose ajouter un point supplémentaire : aimer Dieu avec son intelligence. Non pour la sacrifier, mais pour creuser, affiner, chercher soi-même à connaître Dieu, non à travers ce qu’en disent les autres : mais soi-même personnellement.

      Par ailleurs, Jésus, avec ses commandements impossibles et ses paraboles si riches invite à se poser des questions. Non, on ne peut vraiment pas dire que Jésus prenne les gens pour des imbéciles, ou cherche à aliéner les gens avec des vérités simplistes. Ce sont plus les « autorités » (auto-proclamées) qui désirent empêcher leurs disciples de réfléchir, si besoin sous la menace du terrible jugement de Dieu. Cela est bien pratique pour les tenir en main : un fidèle qui s’auto-censure lui-même, s’interdisant de réfléchir, abreuvé de quelques idées très simples répétées sans cesse : c’est un fidèle docile à l’autorité, qui vient et qui donne.

      Le sens même du mot « mystère » dans le grec de la Bible, ne veut pas dire « c’est trop compliqué pour toi », mais au contraire : « secret révélé », vérité dévoilée, rendue accessible.

      Quant à la mort de Jésus, je ne pense vraiment pas que Dieu ait comploté la mort de Jésus. D’accord avec vous, ce serait une horreur.
      Voir https://jecherchedieu.ch/theologie-2/le-projet-de-dieu-selon-jesus-ils-respecteront-mon-fils-matthieu-21/

      Dieu vous bénit et vous accompagne

  5. Lise St-Pierre dit :

    Jean 14: 29
    Et maintenant je vous ai dit ces choses avant qu’elles arrivent, afin que, lorsqu’elles arriveront, vous croyiez. ………….
    30: Je ne parlerai plus guère avec vous;
    car le prince du monde vient. Il n’a rien en moi; Le Seigneur dans sa gloire sur terre, le diable ne pouvait rien faire, mais comme dit le Seigneur
    car le prince du MONDE VIENT ! c’est lui qui pour le moment gère la terre, et Dieu laisse faire jusqu’à ce que la grâce et la miséricorde soient terminées. Il l’a dit: et quand le moment sera venu, quand la colère de Dieu sera à son comble, le Seigneur interviendra de nouveau pour le jeter le diable en prison par son ange, pour mille ans. Etc.

    31: mais afin que le monde sache que j’aime le Père, et que j’agis selon l’ordre que le Père m’a donné,
    levez-vous, partons d’ici. Enlèvement de l’Église de Christ révélation à l’instant.

  6. Laetitia dit :

    Waouh ça me renvoie à tellement de choses tous les propos tenus !!

    Je ne crois pas non plus que dieu soit derrière ce virus et toutes les autres catastrophes naturelles ni les crimes,compris la pédophilie etc.
    Je dis toujours aux gens que dieu a bon dos pour tout justifier.
    Bien entendu je ne prétends pas connaître ni comprendre tous les passages de la bible et ne cherche pas à polémiquer mais je suis victime de tant de choses et entendu des réponses à ce vécu ainsi « dieu n a pas voulu ce qui t est arrivé, mais il l a permis ». J avoue n avoir jamais compris cette permission que dieu donnait au diable car c est bien de ça dont il s agit pour me blesser, m humilier et me briser.

  7. Michel dit :

    Certains prétendent que l’épidémie actuelle est le fait du diable.
    Est-on sûr que c’est uniquement le diable qui est derrière cette pandémie ?
    N’est-ce pas plutôt une épreuve envoyée par Dieu ?
    N’avez-vous pas lu « Alors Jésus fut emmené par l’Esprit dans le désert, pour être tenté par le diable » (Mat 4:1) ?
    Dieu est toujours derrière le tentateur : celui-ci ne peut rien faire si Dieu ne le lui permet pas.
    D’autres versets :
    1 Sam 16:14 : « L’esprit de l’Éternel se retira de Saül, qui fut agité par un mauvais esprit venant de l’Eternel »
    1 Sam 18:10 : « Le lendemain, le mauvais esprit de Dieu saisit Saül, qui eut des transports au milieu de la maison »
    Juges 9:23 : « Alors Dieu envoya un mauvais esprit entre Abimélec et les habitants de Sichem »
    Cordialement,

    • Marc Pernot dit :

      Bonjour

      C’est volontiers que je vous répond, mais il n’est pas toujours utile de polémiquer avec une personne qui affirme sa foi, ses croyances, autrement que par : merci pour votre témoignage et que Dieu vous bénisse. En l’occurrence, je ne pense pas que cette personne ait pensé à cela toute seule, c’est tiré d’un enseignement d’une église « évangélique », à mon avis. Ils ont une pastorale très ancrée dans la menace et la peur : de Dieu, du diable, de l’enfer, de la malédiction, de péché contre l’Esprit, de la fin des temps… Je reconnais que cette pastorale est efficace sur une certaine population. A mon avis, ce genre de discours menaçant a fait plus d’athée que les athées militants.

      Globalement, cette théologie peut effectivement s’appuyer sur un certain nombre de versets lus d’une certaine façon. Que Dieu les bénisse et les accompagne.
      Personnellement, ce n’est absolument pas ma théologie, évidemment, ni le type de pastorale que je pense devoir offrir à la population.

      Il existe divers courants dans la Bible comme il existe divers courants dans le christianisme actuellement. La question est de se faire se propre opinion. A mon avis, le Christ représente un courant mettant en valeur un Dieu qui ne veut et ne fait que du bien à toute personne, même si elle est ennemi de Dieu. C’est aussi l’avis, je pense de l’auteur de la première lettre de Jean, qui commence sa lettre en disant « La nouvelle que nous avons apprise de lui, et que nous vous annonçons, c’est que Dieu est lumière, et qu’il n’y a point en lui de ténèbres. » (1 Jean 1:5). Si Jean doit insister là dessus comme fondation essentielle de l’Evangile c’est bien que c’était discuté à son époque. Et donc que l’on a le droit de ne pas être d’accord avec Jean. Personnellement, je suis du même avis. Si l’on s’inscrit dans ce courant qui affirme donc que Dieu est pure source de lumière et de vie, jamais il n’est source de maladie, d’aveuglement, de tentation.

      Quant au diable, effectivement, certains pensent qu’il s’agit d’une puissance transcendante source de mal et de mort. A mon avis, cette personnification de la source du mal, sous forme d’une puissance transcendante. Il semble que ce soit inspiré du dualisme mésopotamien. A peine recyclé. Le livre de la Genèse, par exemple est radicalement monothéiste, délibérément, quand il récupère des écrits mésopotamiens vieux à son époque de plus de mil ans, il enlève complètement le dieu destructeur, méchant et ténébreux, pour ne laisser qu’une puissance transcendante : Dieu, purement bonne, et luttant non pas contre un ennemi mais travaillant le chaos primordial. Le seul ennemi est l’humain dans sa volonté de révolte contre Dieu, de méchanceté et de destruction. C’est ce qu’évoque le « diable ». Car ce mot est en réalité non pas un nom propre mais une fonction, celle de disperser, de déchiqueter, de désunir.

      Ce qui tente Jésus, comme tout humain, c’est celle de la désunion, de mettre sa puissance de création au service de lui-même, de mettre les autres et Dieu à ses pieds. Et l’Esprit, la Parole de Dieu est à ses côtés pour lui donner de la force. Cette tentation revient à Gethsémané et Jésus insiste « Veillez et priez, afin que vous ne tombiez pas dans la tentation; l’Esprit est bien disposé, mais la chair est faible. » (Matthieu 26:41). L’Esprit est à nos côtés pour faire face à la tentation, ce n’est pas l’Esprit de Dieu qui nous tente.

      Ensuite, pour 1 Samuel ou Juges, c’est bien possible que leurs auteurs pensent que Dieu envoie un esprit mauvais en Saül, ce n’est pas si évident quand on regarde le texte hébreu, mais mettons que ce soit vrai. Et bien Jésus-Christ nous a montré que non, Dieu n’a pas d’Esprit mauvais en réserve, l’Esprit de Dieu est souffle de vie. Mais chacun sa théologie, sa foi, sa mystique. Et son éthique, sa conception de la justice, car imaginer que Dieu peut envoyer un souffle inspirant en quelqu’un le mal, c’est quand même un sacré programme, une sacrée vision de ce que peut être un juste comportement.

      Dieu vous bénit et vous accompagne.

  8. Jean-Claude dit :

    « Et ces dix-huit personnes tuées par la chute de la tour de Siloé, pensez-vous qu’elles étaient plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem ? Eh bien, je vous dis : pas du tout ! Mais si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de même. » Luc 13:1-9
    « Sachez donc que c’est moi qui suis Dieu, Et qu’il n’y a point de dieu près de moi ; Je fais vivre et je fais mourir, Je blesse et je guéris,
    et personne ne délivre de ma main. » Deutéronome 32:39
    L’Eternel est Dieu et se révèle dans toutes les Ecritures et Il n’a pas besoin de nous pour cela. Cessons nos définitions d’hommes pécheurs faisant de Dieu l’image d’un vieillard bisousnours à qui toute échappe … même le mal. Regardons à Christ qui a été fait malédiction pour nous afin que la grâce de la justification puisse être accordée par la foi aux hommes. Tout cela est conforme à sa volonté que cela nous plaise ou pas !

    • Marc Pernot dit :

      Si vraiment il fallait comparer Dieu a un vieillard, comme vous le proposez, il me semble que le « bisounours » me semble une meilleure image que celle d’un « Chucky » (sorte d’horrible poupée massacrant des gens, dans une série de films d’hrreurs).

      Il me semble que Christ incarne plus cet amour, cette bienveillance, ce soin de chacun. Et effectivement, il montre ce qui peut sembler être une faiblesse dans sa lutte contre les pouvoirs, même si cette faiblesse n’est qu’à court terme, c’est par la foi et l’amour qu’il vainct.

      Ensuite, avec sa théologie, on peut tirer facilement de la Bible des versets que l’on pense corroborer sa propre théologie.

      Dans votre verset de Luc comme dans celui du Deutéronome, je préfère lire un annonce que quand nous faisons n’importe quoi, nos actes produisent alors de la souffrance et de la mort. C’est exact que je refuse d’y voir un Dieu qui ajouterait encore plus de souffrance et de mort à celle que nous aurions déjà engendrées. Il me semble que l’attitude du Christ montre qu’il ne condamne pas le coupable, ne le punit ni de souffrance ni de mort, au contraire : il libère et bénit la femme adultère, prie pour les soldats romains qui le crucifient, volent ses affaires et se moquent de lui. Et Jésus théorise cela en disant que notre Père qui est au cieux va jusqu’à aimer ses ennemis, faire du bien à ceux qui le persécutent…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *