Extrait d"un tableau de Spitzweg représentant un bibliothécaire

Au commencement, le chaos

L’idée que Dieu aurait créé le monde à partir de rien (« ex nihilo« ) est une théorie relativement tardive, le premier à avoir développé cette idée est Irénée au IIe siècle après Jésus-Christ. Dans la Bible, Dieu ne part pas de rien, il part du chaos primordial :

Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre : la terre était chaos (en hébreu tohu-bohu), il y avait des ténèbres à la surface de l’abîme, et l’Esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux. Dieu dit: Que la lumière soit! Et la lumière fut…
Genèse 1:1-3

Comment est-ce que Dieu crée ? il s’approche du chaos, il se rend présent avec son Esprit créateur (son souffle), et il apporte du sens (la lumière), il rompt la confusion entre le lumineux et le ténébreux, puis d’étape en étape il ouvre un espace vivable, puis la vie, la bénédiction.

Un Dieu bon et le chaos naturel

Quand les hébreux écrivent ce texte de création (7 siècle avant Jésus-Christ), ils reprennent des récits de création qui avaient déjà 3000 ans à cette époque, récits qui ont été retrouvés par les archéologues en Mésopotamie, ces récits mettaient en scène un dieu bon et créateur s’opposant à un dieu et destructeur, haineux). Les hébreux reprennent ce récit, ils ne gardent qu’un seul Dieu, bon et créateur, et face à lui un chaos primordial, non créé. Ce récit de la Genèse est radicalement monothéiste. Et il est réaliste : oui, il existe du chaos dans l’univers. Ou plutôt il en reste car Dieu y travail depuis l’origine. Ce chaos est une des causes de l’existence du mal en ce monde (les catastrophes naturelles, les cancers, la foudre sur une maison…). La science nous apprend que le chaos est au cœur même de la nature des choses (voir le principe d’entropie). Quand au dieu méchant de la Mésopotamie, il réapparaîtra dans certains récits et croyances dans la figure de satan, ou du diable.

L’humain créateur de bon et de chaos

Dieu travaille par son Esprit (son souffle) s’approchant du chaos pour créer du vivable. Or la Bible nous dit que Dieu donne de son Esprit à l’humain : c’est une certaine liberté, un pouvoir de faire des projets et de les mettre en œuvre : c’est une capacité géniale, de l’ordre du divin (créateur, source de nouveauté). C’est pour le meilleur et pour le pire. Nous sommes capables de faire progresser la paix, de la beauté, de la bonté. Et nous sommes capables d’augmenter le chaos, de diviser, détruire, haïr. L’humain est alors littéralement diabolique (éparpillant).

La seconde grande cause de mal est quand l’humain. Mais nous ne sommes pas obligés. Il est tellement agréable et utile d’aller dans le sens de ce qui est bon. Dieu nous inspire. Il compte sur nous.

Marc Pernot

Suite :

Vous pouvez participer au débat en faisant part de vos remarques et questions.

Quelques courtes définitions de mots essentiels de la théologie

Quelques questions de théologie posées par des visiteurs et une réponse proposée
Partagez cet article sur :
  • Icone de facebook
  • Icone de twitter
  • Icone d'email

Articles récents de la même catégorie

Articles récents avec des étiquettes similaires

2 Commentaires

  1. Marie dit :

    Merci de publier ce dictionnaire sur le web.
    Concernant ce terme « chaos », la transformation du Chaos en Lumière me semble d’actualité, semble se continuer. L’œuvre de la Création divine ne me semble pas terminée., elle est en effet en continu, elle est la responsabilité, le sens de la vie de chaque créature. Notre participation à cette œuvre divine est un immense cadeau 🎁 .
    Malheureusement avec l’interprétation biblique idiote du péché originel, les êtres humains sont tous nés coupables du chaos existant aujourd’hui, coupables du Mal contemporain. La vie biologique est construite et ne tient que sur le dépassement d’un « chaos », que sur la transformation d’un ion positif et d’un négatif, d’une systole et d’une diastole, d’un côté droit et un gauche, que sur celle de naissances et de morts.. La vie est une série de transformations atomiques, hormonales, spirituelles.. Le Mal , tel un ange diabolique divinisé , n’existe pas . Le Mal serait un mot, juste un ensemble d’éléments utiles, inhérent au monde, à transformer . Le Mal devrait rester juste une image du chaos tohu bohu, de tout ce qui se transforme peu à peu en Lumière selon la volonté divine créatrice, il est en quelque sorte le sens de notre vie. Amicalement

    1. Marc Pernot dit :

      Merci beaucoup pour ces excellentes pistes.
      Le Mal au masculin, traduit en français par une majuscule (car en français le neutre et le masculin ont la même déclinaison) : ce n’est pas à lire comme une personne, je suis du même avis que vous, mais comme le mal en général et ce qui le cause, non pas les maux qui affligent le monde. Ensuite « le Mal », à mon avis, recouvre le chaos et les fautes de l’humain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *