Que penser du « passage » à travers la mort, et des expériences de « mort imminente » (EMI) ?

tableau de Hieronymus Bosch (1504) représentant Montée des bienheureux vers l'empyrée - Wikicommons

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Cher Pasteur,

Nous sommes un petit groupe qui écoutons vos prédications et qui consultons le blog que vous avez créé et que vous modérez chaque jour pour l’Église protestante de Genève.

Nous savons que nous pouvons vous poser des questions informulables clairement. Aussi, osons-nous vous adresser les suivantes.

Suite à nos discussions sur le passage de la vie à l’au-delà et sur ce que le Christ dit de la Résurrection, nous avons vu une émission (parmi d’autres sources) de la RTS « Temps présent » du 25 février 2021 sur des témoignages d’expérience dite de mort imminente (EMI).

Nous souhaiterions connaître votre sentiment ou/et vos convictions et connaissances du « passage ».
Auriez-vous des textes bibliques à nous conseiller?

Auriez-vous des images, des représentations culturelles et cultuelles à nous signaler?

L’apôtre Paul dit: » J’ai vu quelque chose de beau ». Comment l’interpréter?

D’avance, cher Pasteur, nous vous remercions de votre commentaire.

Avec nos sentiments dévoués.

Réponse d’un pasteur :

Chères Mesdames

Bravo, grand bravo de vous poser des questions, c’est la vie. Et la grande chance (bénédiction) que nous avons d’être en confiance avec Dieu. Cela fait que nous pouvons librement et sincèrement penser, chercher, nous questionner, remettre en question ce que tout le monde a toujours considéré comme vrai.

En ce qui concerne les expériences de mort imminentes (EMI en français, NDE in english), j’ai rencontré des personnes qui ont vécu une EMI et je sais qu’elles ne mentent pas. J’ai même connu des personnes qui ne s’intéressaient pas du tout à Dieu avant et qui se sont mises à le chercher après une EMI.

Je pense qu’il est assez plausible que la vie continue sous une autre forme au delà de la survie du corps, même si évidemment, je ne peux en être certain et que de toute façon l’existence sans notre dimension physique n’est pas quelque chose dont nous pourrions nous faire une idée actuellement. Cela pourrait me faire penser que les expériences de mort imminente sont un début d’expérience de la vie future. Je suis réticent à faire ce lien.

Il me semble plus plausible que c’est une réaction de l’organisme en situation de stress, produisant des fortifiants naturels, voire des psychotropes. Je rapprocherais plus ces EMI à ce que l’on peut ressentir quand on fait du sport d’endurance et que l’on force un peu, d’expérience, c’est assez particulier, déjà.

En ce qui concerne l’expérience présente de la vie future, je pense que nous la vivons bien plus souvent et intensément que nous le pensons. Seulement, je verrais plus cette expérience dans des moments de grande sincérité que nous pouvons vivre, dans une profonde compassion ou proximité, ou affection envers une personne, avec le monde, avec Dieu. Il me semble qu’il est bon de développer notre sensibilité à cette expérience là, notre capacité à les repérer, les goûter, et les chérir, en rendre grâce. Alors que rechercher les EMI est très dangereux, et que c’est hélas parfois pratiqué par des jeunes et même des enfants en mal de sensations.

Je puise cette accentuation dans la Bible, en tout cas telle que je l’interprète. Les témoins à l’origine de la Bible Hébraïque ont délibérément choisi de centrer notre recherche sur la qualité de la vie présente. Dans le Nouveau Testament, il me semble aussi. En effet, bien des passages où il est question de la vie éternelle ou d’entrer dans le Royaume de Dieu sont exprimés comme étant à vivre dans le présent :

  • Matthieu 5:3 : « Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux ! » = on a bien un présent.
  • Jean 11:25-26 : Jésus dit « Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, même s’il meurt et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. » = la vie éternelle est une composante de notre vie présente, par la foi nous passons de la mort à la vie.
  • Jean 10:28 : Jésus dit « Je leur donne la vie éternelle; et elles ne périront jamais »

Pour l’apôtre Paul, parle aussi de ce passage dans la vie future comme quelque chose que nous avons déjà vécu, le verbe « être ressuscité » est au passé, passif (avec Dieu comme sujet, donc).

  • Ephésiens 2:6 « Il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus-Christ »
  • Colossiens 2:12 ayant été ensevelis avec lui par le baptême, vous aussi avez été ressuscités en lui et avec lui, par la foi en la puissance de Dieu, qui l’a’a ressuscité des morts.
  • Colossiens 3:1 Si donc vous avez été ressuscités avec Christ, cherchez les choses d’en haut, où Christ est assis à la droite de Dieu.

C’est ainsi que des récits comme l’Apocalypse, avec la Jérusalem céleste qui descend du ciel est à mon avis à lire comme parlant du présent de notre conversion, qui nous est comem donné, descendant du ciel vers nous.

Effectivement, Paul parle de son expérience spirituelle comme d’une montée au ciel, d’un arrachement vers le paradis (2 Corinthiens 12:2-4), une lumière, une voix. Il dit que c’est inexprimable, il utilise des images pour en rendre compte. Cette expérience céleste est parfois extraordinaire, comme pour cette expérience de Paul sur le chemin de Damas et de bien des personnes. C’est aussi, heureusement, bien plus quotidien, bien plus banal. Ce qui demande alors une certaine attention pour être repéré et valorisé.

Et cela nous ouvre à faire l’expérience de la vie future. Maintenant.

Ces EMI là, j’en suis tout à fait friand. Enrichi, vivifié, et reconnaissant,

Merci, les amies,
Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

PS. Comme peinture décrivant le passage vers la vie future, la renaissance en était friand, par exemple Jérôme Bosch (voir le tableau ci-contre) et Peter Brueghel. C’est souvent associé à de fortes représentation du jugement, avec des damnés torturés et des bienheureux bien sages qui ont l’air de s’ennuyer. C’est une pédagogie de la terreur, au demeurant fort efficace, mais qui ne me semble pas du tout fidèle à l’amour de Dieu révélé en Christ.

Réponse du visiteur :

Cher pasteur,

Merci mille fois pour votre prompte et claire réponse à nos questions parfois si difficilement formulables.

Nous allons relire plusieurs fois vos propositions.

Il y a déjà à remarquer comme un audacieux renversement de l’usage et mésusage du temps chronologique. Vous nous proposez de revenir au présent, à l’ici-maintenant .

(Le penseur Walter Benjamin parlait de l’histoire comme « ce qui vient » et non comme ce qui est passé; Eschyle, les tragiques anciens aussi).

De même, lorsque vous écrivez:  » (…) par la foi, nous passons de la mort à la vie. »
C’est dire que nous avons été morts et que maintenant nous sommes en vie.

Magnifique!

Au plaisir de poursuivre la lecture de votre blog et de vous accompagner dans vos prédications.

Fraternellement

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *