Je comprends la bonne nouvelle du Christ « heureux vous qui… » mais pourquoi ajouter « malheur aux riches… » ?

illustration : fille joyeuse - Image: 'So Windy' http://www.flickr.com/photos/51643117@N05/4754426259 Found on flickrcc.net

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour cher pasteur,

Quelle merveilleuse initiative que l’idée de ce blog. Du pur bonheur par ces temps de morosité ambiante… En outre, le format est tout à fait adapté, ainsi que vous le suggérez d’ailleurs, à une lecture dans un moment perdu de la journée, ou de préférence en ce qui me concerne, dans la tranquillité le soir. Bravo donc, et mille merci.

Et, comme vous nous y invitez, je me permets de vous poser une question, à propos de l’évangile de Luc 6, 17-26. Ma question est la suivante : lisant ces versets de l’évangile de Luc, je me pose la question de savoir pourquoi, dans celui-ci mais aussi dans beaucoup d’autres, faut-il que le Christ, tout en annonçant la bonne nouvelle « heureux les pauvres, les miséricordieux, les déshérités, car … »-, croit souvent -toujours ?- nécessaire de s’empresser d’ajouter, pour résumer, « mais malheur à vous qui … », fustigeant ainsi les riches, les possédants…qui ne sont pas tous des profiteurs, et d’ailleurs quand bien même ??? Le salut pas la seule grâce de Dieu n’aurait-il pas vocation à concerner tout les croyants ?

Bonne journée et très fraternellement.

Réponse d’un pasteur :

Grand grand merci pour ce message fraternel et plein d’encouragements !!!

Il est clair que vous avez raison : Jésus ne s’intéresse pas en fonction du compte en banque des gens ! Il fréquente les riches comme les mendiants du bord de la route. Et d’ailleurs, il fréquente les personnes biens sages et serviables comme les brigands, là aussi, il ne trie pas.

La version la plus connue de ces promesses de bonheur de l’évangile du Christ (appelées traditionnellement les Béatitudes, voir ci-dessous) se trouve dans l’évangile selon Matthieu (chapitre 5), et ne comporte que des « heureux ceux qui… », c’est la version qu’en donne Luc qui comporte en plus des « malheur à vous qui… ». Cela pourrait passer pour des sortes de malédictions envoyées par Jésus contre les riches, les rassasiés et ceux qui ont la chance de recevoir des félicitations. Mais ce qui est traduit par « malheur à » n’a rien d’une malédiction dans le texte grec, c’est une onomatopée qui signifie « aïe », ou « holàlà mes pauvres », parce que cette situation est dangereuse et difficile.

En fait, Luc aime mettre en valeur son annonce comme un appel au choix du lecteur, un appel à faire le bon choix qui est celui de la confiance en Jésus-Christ, évidemment. Par ces 4 béatitudes assorties de 4 lamentations, Luc met bien en valeur un choix entre deux confiances, entre deux types d’objectifs dans la vie.

C’est une certaine pédagogie. Mais au moins ce n’est pas la pédagogie de la carotte et du bâton comme dans le Deutéronome (ch. 28, par exemple) promettant la bénédiction de Dieu aux justes et de terribles peines infligées par Dieu aux infidèles. Dans les Béatitudes selon Luc, il y a du bonheur d’un côté : une dynamique de vie pour ceux qui sont avec Christ, et les autres sont particulièrement à plaindre. Que réserve Dieu à ces derniers ? Si l’on regarde l’attitude de Jésus et entend ses paroles, ces malheureuses personnes seront tout particulièrement entourées, cherchées, aimées, attendues par Dieu. C’est ce que dit et fait Jésus presque à chaque page des évangiles, en particulier dans l’évangile selon Luc au chapitre 15 (avec la parabole de la brebis perdue, si justement célèbre). Vous avez raison, la grâce de Dieu est pour tous, croyants et incroyants, fidèles et pécheurs (nous sommes d’ailleurs tous plus ou moins les deux).

Cela nous laisse toutes nos chances, non ?

par : pasteur Marc Pernot

Les « Béatitudes »

Selon Matthieu, chapitre 5

Voyant les foules, Jésus monta sur la montagne, il s’assit, et ses disciples vinrent à lui. Puis il prit la parole et se mit à les instruire :

  1. Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux !
  2. Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés !
  3. Heureux ceux qui sont doux, car ils hériteront la terre !
  4. Heureux ceux qui ont faim et soif de justice, car ils seront rassasiés !
  5. Heureux ceux qui sont compatissants, car ils obtiendront compassion !
  6. Heureux ceux qui ont le cœur pur, car ils verront Dieu !
  7. Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu !
  8. Heureux ceux qui sont persécutés à cause de la justice, car le royaume des cieux est à eux !
    Heureux êtes-vous lorsqu’on vous insulte, qu’on vous persécute et qu’on répand faussement sur vous toutes sortes de méchancetés, à cause de moi. Réjouissez-vous et soyez transportés d’allégresse, parce que votre récompense est grande dans les cieux ; car c’est ainsi qu’on a persécuté les prophètes qui vous ont précédés.

 

Selon Luc, chapitre 6

Jésus, levant les yeux sur ses disciples, il disait :

  1. Heureux êtes-vous, vous les pauvres, car le royaume de Dieu est à vous !
  2. Heureux êtes-vous, vous qui avez faim maintenant, car vous serez rassasiés !
  3. Heureux êtes-vous, vous qui pleurez maintenant, car vous rirez !
  4. Heureux êtes-vous lorsque les gens vous détestent, lorsqu’ils vous excluent, vous insultent et rejettent votre nom comme infâme, à cause du Fils de l’homme.
    Réjouissez-vous en ce jour-là et tressaillez de joie, parce que votre récompense est grande dans le ciel ; car c’est ainsi que leurs pères traitaient les prophètes.

Mais :

  1. Malheur à vous, les riches ! Vous tenez votre consolation !
  2. Malheur à vous qui êtes rassasiés maintenant ! Vous aurez faim !
  3. Malheur à vous qui riez maintenant ! Vous serez dans le deuil et dans les larmes !
  4. Malheur à vous, lorsque tout le monde parle en bien de vous ! C’est ainsi que leurs pères traitaient les prophètes de mensonge !

Traduction de la Bible : voir NBS

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *