graffiti d'Alaxamenos - wikicommons
Bible

Les athées prétendent que Jésus n’a jamais existé ? Il y a aussi des rumeurs sur le Concile de Nicée.

Par : pasteur Marc Pernot

graffiti d'Alaxamenos - wikicommons

Graffiti du IIe siècle se moquant de Jésus et d’un chrétien du nom d’Alaxamenos, que ses camarades de classe trouvent ridicule d’être disciple de Jésus.

Question posée :

Bonjour ! Les athées prétendent que Jésus n’a jamais existé, sauf que d’après ma mère (qui n’est pourtant pas chrétienne) on aurait eu des preuves historiques de l’existence de Jésus. En faisant mes recherches sur internet je n’arrive pas à m’y retrouver et à faire des conclusions, discerner le vrai du faux… Quelles sont les preuves les plus fiables ?

Également je voulais vous demander, il y a beaucoup de « rumeurs » quant au Concile de Nicée, quelle est votre avis sur ce sujet?

Je suis une prochaine convertie en Christ, votre aide est très importante pour moi, que Dieu vous bénisse.

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir Mademoiselle

Bravo pour cette recherche. Et pour votre démarche de foi.

Cette attaque de certaines personnes contre l’existence même de Jésus est tout à fait haineuse et ridicule. Elle révèle plus ce qui est dans le cœur des auteurs de cette attaque. Si Jésus ne les intéresse pas, qu’ils s’occupent de ce qui les intéresse sans agresser les personnes qui, elles, s’intéressent à Jésus-Christ. La plupart des athées ne sont pas des personnes haineuses, cherchant à donner sens à la vie et à l’univers sans Dieu, mais sans verser dans ce genre d’attaque haineuse.

Presque tous les historiens universitaires s’accordent pour dire que Jésus est un personnage historique, et cela, quel que soit leur religion ou leur athéisme. Il y a bien des arguments, par exemple :

  • L’existence historique de Jésus est l’hypothèse la plus raisonnable en observant la naissance de ce mouvement chrétien extraordinairement enthousiaste dans cette région et à cette époque.
  • Il y a aussi des éléments de ces récits qui ne s’inventent pas car ils sont très gênants. Par exemple le fait que les apôtres de Jésus l’ont abandonné comme des lâches. Ce n’est pas glorieux pour les responsables de l’église chrétienne naissante. Or, les versions finales des évangiles ont été rédigées entre les années 50 et 80, si c’était une fiction il aurait été plus logique de présenter les apôtres comme des héros champions de la foi et de la fidélité à Jésus.
  • Nous avons plusieurs témoignages assez différents avec les 4 évangiles et les lettres de Paul. Si une personne ou une fine équipe de théologiens avaient rédigé une fiction, cela aurait plus vraisemblablement donné un seul texte parfait. Alors qu’il est normal d’avoir certaines différences quand plusieurs personnes témoignent sur la vie de quelqu’un ou sur un événement.

graffiti romain se moquant du Christ et des chrétiens (Alaxamenos)Quelle est la meilleure preuve que les Américains ont effectivement marché sur la lune ? C’est que les Russes, en pleine guerre froide, n’ont jamais nié qu’ils y soient allés. Il me semble que la meilleure preuve en ce qui concerne l’existence de Jésus est du même ordre : les opposants aux chrétiens, juifs comme romains, existaient dans les premiers siècles, mais ils n’ont jamais dit que le héros des chrétiens, Jésus, n’avait pas existé.

  • Le Talmud juif dit simplement que Jésus était un sorcier et un fauteur de trouble, et un nul qui a même été abandonné de ses disciples.
  • Un graffiti dessiné à Rome entre le Ier et le IIe siècle se moque de la foi d’un chrétien d’un chrétien de son époque en représentant un crucifié à tête d’âne avec marqué en légende « Alexamenos adore son dieu ».

Il y avait donc déjà des personnes pour attaquer la personne et la vie de Jésus, disant qu’il était un usurpateur, ou une personne qui crie des paroles discordantes comme un âne et ayant subi l’infamie du supplice de la croix. Mais aucun opposant ancien n’a dit qu’il n’a pas existé. C’est une invention récente.

Ces campagnes de négation de l’existence de Jésus ressemblent bien aux techniques complotistes qui ne craignent pas de dire n’importe quoi avec la garantie que quelques personnes vont se laisser attraper. C’est ainsi que certains ont affirmé et affirment encore que les américains n’ont pas marché sur la lune, par exemple. D’autres personnes se sont amusées à prétendre que la ville de Bielefeld, en Allemagne, n’existait pas, cette ville essaye de faire face à cette rumeur mais ce n’est pas facile ! Bien que cela n’ait aucun sens, cela marche avec quelques personnes. Le pire c’est qu’il est possible d’emporter des élections en disant n’importe quels mensonges énormes.

Cela dit, si même si Jésus n’avait pas existé, cela n’enlèverait rien du tout au fait que les évangiles sont extrêmement inspirants, et proposent un chemin de vie.

Ensuite il faut faire une différence entre Jésus (le personnage historique qui a existé) et « le Christ » dont témoignent ses disciples (qui a changé leur vie). Même si ce n’est pas sans rapport, évidemment. Mais le Christ, par exemple dans l’évangile selon Matthieu, est la façon dont Matthieu témoigne de ce qui a changé sa vie en vivant quelques années aux côtés de Jésus, et la manière dont Matthieu comprend ce qu’apporte Jésus pour le salut du monde entier. C’est ainsi que le Christ selon Matthieu n’est pas tout à fait celui que présente Marc, Luc, ou Jean. Pourtant il y a eu un seul et même Jésus.

Ces quatre évangiles ne sont donc pas des livres d’histoire, mais des livres d’édification, de théologie. Chaque passage de ces livres est comme une prédication.

  • Quand un passage rapporte un événement de la vie de Jésus : un geste ou une parole comme un enseignement ou une parabole : ce n’est pas pour l’anecdote qu’ils nous racontent cela, mais parce qu’ils pensent que cela peut vraiment transmettre au lecteur ce que Jésus apporte dans la vie. Il convient donc de lire ce passage au présent comme si nous étions dans l’histoire : par exemple nous sommes l’aveugle que Jésus guérit, nous sommes les disciples pas sympas qui ont essayé de le chasser car il leur cassait les oreilles, nous sommes même un petit peu Jésus qui aide une personne à aller mieux.
  • Il y a aussi des passages qui sont à mon avis à lire au 2e degré, par exemple quand le texte raconte que Jésus marche sur l’eau ou calme une tempête en disant un mot. A mon avis (et je ne suis pas le seul, et on a le droit de penser autrement), ce n’est pas à prendre au sens matériel mais spirituel : par la foi en Christ, nous ne sommes plus englouti par le chaos, les désastres, des angoisses et toutes les négativités qui peuvent frapper notre existence. C’est bien plus utile que de compter sur Jésus pour nous aider à traverser le lac de Genève à pieds en marchant sur l’eau. A chacun, donc de se faire sa propre opinion sur tel ou tel épisode en particulier.

Pour l’Ancien Testament, les premiers personnages historiques avec certitude commencent à partir de David. Mais c’est la même question. Ces textes sont intéressants pour ce qu’ils nous apportent aujourd’hui.

Quant au Concile de Nicée, je ne sais pas de quelles rumeurs vous parlez.

Ce qui compte pour nous c’est ce que nous a apporté Jésus-Christ. C’est pourquoi nous sommes chrétiens. Nous ne sommes pas disciples de Matthieu, de Jean ou de Paul. Nous ne sommes pas non plus liés par ce qu’a pensé tel théologien ou tel concile. On peut s’y intéresser, bien sûr, car la richesse de la foi chrétienne est aussi ces presque 2000 ans de débats théologiques et tous ces témoins de foi par leurs pensées et/ou par leurs gestes. Mais l’Esprit de Dieu continue à souffler et la mission de chaque chrétien(ne) et de chaque génération est de monter sur les épaules de ceux qui nous ont précédés afin d’ajouter notre touche, pour une plus grande fidélité au Christ, et pour répondre aussi aux questions d’aujourd’hui. Cette mission n’est pas réservée à des champions de la foi ou de la théologie : en Christ l’Esprit est donné à chaque personne, savante ou sans instruction.

Bravo, donc, de vous poser des questions, de réfléchir et de prier librement, avec la plus grande des sincérités.

Dieu vous bénit et vous accompagne

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Partagez cet article sur :
  • Icone de facebook
  • Icone de twitter
  • Icone d'email

Articles récents de la même catégorie

Articles récents avec des étiquettes similaires

6 Commentaires

  1. NoNo dit :

    Peut-on continuer toujours à prétendre et à clamer toujours tout haut que Jésus a existé alors qu’aucun évènement de sa vie n’est daté ?
    Sa naissance, sa mort, ses miracles, ses voyages, ses discours ne sont pourtant pas datés !
    Par honnêteté intellectuelle, il faut cesser de défendre l’historicité de Jésus fils adoptif de Joseph bin X et d’une vierge nommée Marie bin Y !
    Mentez-mentez, il en restera toujours un grain de mensonge trop visible !

  2. NoNo dit :

    Les athées ont raison de ne pas croire à un personnage célèbre dont on ignore tout de sa vie !

  3. NoNo dit :

    Je suis chrétien mais j’attends les dates des évènements de la vie de Jésus ben Joseph pour continuer à croire.

    En attendant, je suspends ma foi et toutes mes croyances sur le christianisme !

    1. Jorda dit :

      Suspendez alors votre foi sur Dieu, sur l’Amour, sur le Bonheur etc.
      Nous sommes dans un monde où on veut absolument que tout soit tangible, tout soit vérifiable à l’œil nu comme si cela garantissait la véracité… nous avons réduit l’humain à son aspect physique matériel et tangible. Nous ne savons plus observer la Réalité avec les yeux du cœur. Mais ces yeux du cœur ne sont pas vérifiables scientifiquement ! Nous voulons des faits non pas pour aimer mais pour adhérer à une vérité, Papa Science va nous guider, Bah dans ce cas il vaut mieux ne rien questionner de l’existentiel et du cœur… il y a des choses qui se goûtent afin de les connaître… non pas qu’il faille croire en n’importe quoi mais ça serait tellement plus facile d’avoir qqch de tout prêt tout carré tout tangible.
      Tiens, ça me fait rappeler qq beaux versets du Coran…

    2. Marc Pernot dit :

      Que le Christ soit inspirant du meilleur de la vie, cela, en tout cas, il y a des milliards de personnes qui l’expérimentent.
      En ce qui concerne l’homme « Jésus fils de Joseph » comme il était appelé à Nazareth, son existence et les grands traits de sa vie sont des faits historiques qui ne sont contestés que par quelques idéologues. Cela ne me semble pas sérieux. Il est bien plus intéressant de discuter sur les idées, sur la foi, la théologie, l’éthique, la philosophie introduite par l’Évangile. Éventuellement dire des points de désaccord, des critiques, des ajouts, des nuances, des alternatives… C’est pour esquiver ce débat que certaines personnes tentent d’attaquer la foi chrétienne par ce soupçon, pas très intéressant.

  4. Jules dit :

    Bonjour,

    Merci Marc et les autres participants pour cet article et ceux autour du sujet, et plus généralement pour ce merveilleux site !

    Concernant l’historicité de Jésus, il y a aussi la crucifixion elle-même, qui provoquait le rejet de la prétention au messianisme biblique de la part des auditeurs Juifs de l’époque, et qui était une difficulté aussi pour les auditeurs Grecs. Ces difficultés sur le plan de la présentation de la doctrine en font un argument de plausibilité historique.

    cf aussi l’article à ce sujet
    https://jecherchedieu.ch/question/qu-est-il-arrive-au-corps-de-jesus-ses-apparitions-sont-elles-historiques-ou-des-hallucinations/

    et encore l’article
    https://jecherchedieu.ch/question/les-evangiles-des-textes-entierement-symboliques-en-dehors-de-toute-existence-historique-des-personnages/

    Il existe encore au moins deux exemplaires archéologiques de squelettes crucifiés (malgré les nombreuses crucifixions), dont 1 retrouvé en Italie (probablement un esclave), et 1 retrouvé à Jérusalem et daté du 1er siècle de notre ère (probablement dans le cadre de la révolte de 66-70), le corps ayant dû être récupéré par sa famille puis enterré avec des inscriptions en hébreu.

    Jésus (variante de Josué, et de Jesaia le prophère Esaîe…), Marie (de Myriam la soeur de Moïse), Joseph (un des 12 fils de Jacob-Isaraël, le plus béni de tous), étaient les prénoms les plus courants à cette époque d’après les inscriptions des tombes de Jérusalem et plus largement de Judée, Galilée… Donc il a dû exister des centaines de Jésus fils de Joseph et Marie, et encore des dizaines avec Jacob (Jacques) et Juda (Jude) comme frères !

    Je suggère également de consulter l’ouvrage « Premiers écrits chrétiens » chez la Pléiade.

    En particulier :
    – le texte de Flavius Josèphe sur la lapidation de Jacques, le frère de Jésus, en 62 après JC, ainsi que celui sur Jésus (en retirant les amplifications manifestes comme selon les notes) repris en différentes versions par de nombreux auteurs
    – les mentions de Suétone, Tacite sur les premiers chrétiens à Rome
    – la lettre de Pline le Jeune à l’empereur romain Trajan et la réponse de l’empereur Trajan (rescrit de Trajan)
    – les avis d’Epictète, Marc-Aurèle, Galien… sur les premiers chrétiens

    Cf également la datation en Luc 3:1 du début de ministère de Jean le baptiseur et de celui de Jésus : correspond à l’année 29 après JC.

    La naissance de Jésus date(rait) d’Hérode le grand selon Matthieu et Luc, donc d’avant -4 avant JC.

    Ensuite à partir des lettres de Paul et des Actes des apôtres (même s’ils se contredisent parfois concernant la vie de Paul), d’autres éléments peuvent être recoupés avec des événements historiques mentionnés par d’autres sources historiques indépendantes.

    Non sincèrement, je crois qu’on peut être confiant à 100% du point de vue de l’historicité de Jésus, Juif pieux ayant proposé une doctrine très innovante d’accomplissement de la Loi de Moïse à l’époque dans le cadre da religion, et qui a eu des disciples de son vivant, avec un mouvement qui s’est amplifié ensuite.

    Ceci ne prouve pas l’existence de Dieu, ni que Jésus soit effectivement Messie ou le Messie Oint de Dieu au sens de l’Ancien Testament, et ne donne encore moins d’avis sur les questions de christologie haute (Christ Fils de Dieu) ou basse (Jésus Messie). cf l’article https://jecherchedieu.ch/question/certains-passages-de-la-bible-semblent-indiquer-que-jesus-christ-avait-une-existence-avant-sa-venue-sur-terre/

    Mais en retirant les miracles, les insultes, les esclaves… l’évangile de Marc et celui de Matthieu ont encore l’appui du témoignage de Papias dans l’historie ecclésiatique d’Eusèbe de Césarée, Papias qui dit le tenir de Jean le Presbytre, qui lui-même avait connu Jean l’apôtre. Le Fragment de Muratori donne aussi un commentaire sur les évangiles de Luc et de Jean et sur le reste du Nouveau Testament et d’autres livres non repris dans le Canon. C’est-à-dire que l’on peut par exemple partir de Marc (sans les mircales), et compléter par Matthieu, puis par Luc et Jean pour certains tableaux et précisions. C’est une manière sans doute assez cohérente parmi d’autres de rechercher une reconstitution, une harmonie des évangiles, si on le souhaite, pour avoir une idée personnelle, subjective, mais plus précise sous certaines hypothèses de la vie de Jésus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *