« Ne donnez pas les choses saintes aux chiens, et ne jetez pas vos perles devant les pourceaux. » (Matthieu 7:6)

jeune femme lisant la Bible sur un ponton - Bethany Laird↪ Jésus dit : « Ne donnez pas les choses saintes aux chiens, et ne jetez pas vos perles devant les pourceaux, de peur qu’ils ne les foulent aux pieds, ne se retournent et ne vous déchirent. » (Matthieu 7:6).

⤑ Cette phrase célèbre de Jésus « ne pas jeter ses perles aux pourceaux » ne peut pas vouloir dire de ne pas donner à une personne qui n’en vaudrait pas la peine, de ne pas lui apporter d’amour, de respect, ou soin. En effet, Jésus a passé son temps à donner l’Evangile (la perle des perles) à des personnes peu sympathiques, qui vont effectivement finir par l’envoyer sur une croix. D’ailleurs, juste quelques phrases avant, Jésus nous met en garde de ne pas juger les autres. Comment pourrions-nous alors les considérer comme des chiens ou des cochons ? Au contraire, Jésus s’approche des pécheurs pour les soigner, les chercher et les sauver, des personnes de mauvaise vie, les trop religieux (pleins de jugement péjoratifs) et les pas assez religieux (comme un centurion polythéiste, ou un fou habitant une grotte). C’est le message fondamental de la parabole du berger qui sauve la plus perdue des brebis perdues.

⤑ Bien souvent, la Bible parle en présentant des cas types. Elle parle du méchant et du juste. Or personne n’est juste, et personne n’est à 100% méchant sans la moindre étincelle de reste de début de lumière divine en lui. Il s’agit donc d’une typologie quand un texte parle du méchant, il parle du méchant qui est en chacun de nous, il parle de notre méchanceté. D’ailleurs, l’image même de la perle est une merveille de lumière trouvée à l’intérieur d’une huitre ne brillant pas par ailleurs d’un extraordinaire rayonnement ! Donc, quand Jésus parle de chiens et de cochons il parle de ce qui est chien en nous et cochons en nous, ce qui n’empêche pas que par ailleurs nous soyons un être « lumière du monde« , comme Jésus le dit dans le début de son discours (Matthieu 5:13). Et bien entendu, ce passage ne s’adresse pas seulement aux autres personnes, comme chaque passage de l’évangile, il est écrit pour nous, pour que nous nous y reconnaissions et qu’il nous aide à vivre.

⤑ Les choses saintes et les perles, je pense que ce sont les réalités spirituelles, c’est notre amour, notre cœur, nos attachements, nos pensées.
⤑ Le chien et le cochon en nous représentent nos plus bas instincts, qui dévorent notre chair, qui se retournent contre nous, qui nous font tomber, régresser, perdre espoir, qui brise notre capacité à aimer, et nous feraient oublier Dieu.

une huitre entrouverte laisse apparaître une perle - Image par Schäferle de Pixabay ⤑ Pour le reste, il me semble qu’il y a bien des lectures possibles, en fonction de ce que nous vivons en ce moment, des difficultés et des bénédictions qui se présentent à nous.

  • ne surtout pas mettre notre attachement à nos mauvais côtés, c’est une façon de les justifier, de transiger, de se compromettre.
  • bien distinguer ce qui est de l’ordre de la perle et de l’ordre du cochon en nous : ne pas tout mélanger. Notre amour, notre attachement est donné à Dieu, donné aux bons côtés des êtres et du monde qui nous entourent. Ne pas nourrir le troll en nous-même.
  • si l’on a un défaut ou un mal qui nous ronge, il n’est pas forcément génial de prier pour sans cesse pour que Dieu nous en délivre, c’est donner notre prière à manger à notre cochon, c’est trop se concentrer sur le cochon, c’est lui faire trop d’honneur. Peut-être vaut-il mieux mettre notre prière, notre attention à plutôt exercer, développer, chérir ce qui est bon en nous, ce qui est sain, prier pour le petit enfant qui est en nous, né de Dieu.

⤑ Bravo de lire la Bible et de vous battre avec les textes difficiles, c’est parfois là, à près s’être bien battu pour ouvrir le texte, que l’on trouve une perle de grand prix.

par : pasteur Marc Pernot

Vous pouvez partager en commentaire ce que ce verset vous dit, à vous, aujourd’hui…

Aller vers la liste des simples versets médités

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Pascale dit :

    Personnellement j’ai encore bien du mal lorsque je suis seule face à ces textes que j’estime difficiles, c’est à dire ceux qui me paraissent incompatibles avec ce que je comprends par ailleurs de l’amour de Dieu. En particulier lorsque le texte se trouve dans les évangiles car il fait alors partie de ce que je ne m’autorise pas à zapper. À vrai dire, ce manque d’autonomie m’agace un peu, mais il est vrai que les perles de grand prix sont rares.

    • Marc Pernot dit :

      C’est parfois aussi quand tel passage n’a rien à nous dire aujourd’hui, alors qu’il nous sera d’un grand secours demain. C’est comme le rayon des accessoires auto dans le supermarché, j’ai pu passer des années sans même y mettre les pieds, et puis un jour, découvrir qu’il existe, m’y précipiter et trouver la solution qui sauve mon voyage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *