Quelle résurrection de la chair, alors que les chairs disparaissent soit par crémation ou dissolution ?

Dürer : portrait de sa mère âgée.

Dürer : portrait de sa mère âgée. Il l’adorait, et voyait en elle une si bonne personne, tellement courageuse dans une vie très dure.

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteuse :

M. le Pasteur,
Quelle résurrection de la chair ? Pouvez-vous m »éclairer sur ce que l’on peut entendre par ce dogme primordial du crédo ? alors que les chairs disparaissent soit par crémation ou dissolution ????

Grand écart entre la miséricorde divine, bonté infinie, et la justice promise au jugement dernier ????

beaucoup d’appelés et peu d’élus ? formule contradictoire non ?

Merci pour votre aide .

P.S. En écoutant J;S; Bach, n’est-ce pas merveilleux ?

Réponse d’un pasteur :

Chère Madame

Grand merci pour votre question.

Bravo de chercher, de creuser et d’espérer.

En ce qui concerne la résurrection de la chair, La « résurrection de la chair », c’est vrai que vu sous un angle matériel cela semble difficile à envisager. Mais il me semble que cela peut avoir du sens si l’on comprend, comme l’apôtre Paul dans 1 Corinthiens 15 : une résurrection de la chair non pas au sens de résurrection du corps matériel, mais d’un corps spirituel, un corps glorieux ou céleste. Cela veut dire alors que nous ressuscitons comme un individu personnel, ce à quoi je suis assez persuadé. Noter chair porte aussi les marques de notre histoire personnelle, cela aussi pourrait être gardé, à condition que la bienveillance fasse son œuvre pour rendre bon ce qui a pu être souffrant dans cette histoire.

Cela dit, bien des chrétiens ne sont pas persuadé qu’il y a une vie après la mort, et c’est leur droit. Nous verrons bien en temps utile, l’Évangile nous parle surtout de vivre maintenant, dans ce monde, une vie la plus profonde, fidèle, intense, sincère et vraie par la foi en Dieu. Et l’Evangile dit que cette vie profonde et vraie est plus forte que la mort. Ce serait donc doublement intéressant : pour la vie en ce monde (cela me semble certain) et gagnant pour la vie future (ce qui me semble plausible, mais nous verrons bien, ce n’est pas la question pour nous qui sommes vivants en ce monde).

La justice divine ne me semble pas être une sélection des individus. Une bonne mère de famille de sélectionne pas parmi ses enfants en laissant partir à la mort les moins performants !
La justice de Dieu est une justice active qui rend juste la personne, la soigne, l’encourage, garde le meilleur de chacun suscite le meilleur de chacun.
Sur le beaucoup d’appelés et peu d’élus, vous avez regardé la prédication que j’ai proposée dimanche dernier ?

Jean Sébastien Bach a été appelé à juste titre le 5e évangéliste. Mendelsohn affirmait que Dieu pouvait lui dire merci car Bach était une preuve de l’existence de Dieu !

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *