Peut-on faire une fête familiale pour honorer et parler de nos parents défunts ?

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteuse :

Bonjour cher pasteur. Merci pour votre disponibilité pour éclairer le peuple de Dieu vers la lumière de Jesus

Peut-on faire une fête familiale pour honorer et parler de nos parents défunts ?

Pourquoi le corps de Jacob a été déterré de l’Égypte pour rentrer à Canaen ? Peut-on faire la même chose sans tomber dans l’idolâtrie ?

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

Oui, cela me semble une excellente idée.

Pourquoi le faire ?

  • La question est de penser à eux afin de faire place en nous au meilleur de ces personnes disparues afin que ce meilleur soit inspirant pour les vivants, les aide à avancer d’une belle façon, à grandir, à s’élever en qualité de leur façon d’être.
  • Il s’agit d’entretenir la fidélité de cœur. De manifester cette réalité de l’Évangile que l’amour est plus fort que la mort.
  • Il s’agit de nous tourner vers Dieu dans la louange pour cette réalité prodigieuse qu’est une personne humaine, sa vie, et cet amour qui nous relie par delà tout ce qui peut arriver. De confier les vivants en ce monde à la bénédiction de Dieu pour arriver à avancer d’une belle façon.

Ce qui me semble à éviter :

  • Il n s’agit pas de s’adresser aux personnes disparues. Nous pensons qu’elles poursuivent leur route d’une tout autre façon dans un autre monde. Penser communiquer avec les morts est une illusion qui est plus nocive que constructive, semble-t-il.
  • Il ne s’agit pas non plus de prier Dieu pour qu’il leur soit favorable, en effet : Dieu est amour et il est assez grand pour accompagner ces personnes dans la suite de leur parcours.Prier pour elles serait douter de la bienveillance et de la fidélité de Dieu, de sa grâce qui trouve sa source dans le seul amour de Dieu, indépendamment de toute action humaine.

A propos de ces histoires des patriarches dans la Genèse, il me semble pas qu’il faille suivre au sens matériel leur mode de vie, car il relève de la culture de l’époque dans ces pays. Il me semble plus profitable de lire ces textes au sens spirituel. Que après leur mort la famille pense encore à eux dans un chemin de fidélité à leur vie et à leur personne.

Il me semblerait dommage d’investir de l’argent dans un transfert de la dépouille de personnes décédées. C’est l’amour que l’on a pour eux qui demeure, leur reste matériel n’a plus rien d’eux-même après leur mort. C’est, me semble-t-il le sens de cet avertissement de Jésus : « laissez les morts enterrer les morts ». Ce n’est pas du manque de respect pour nos chers disparus. Mais c’est pour souligner que c’est nocif de penser que ces personnes sont encore dans ce corps mort et dans la tombe. Ce serait tout à fait désespérant, non constructif, voire mortifère. Ils ne sont plus là, dans cette matière. Ils sont vivants dans le cœur de ceux qui les aiment, et donc particulièrement vivant en Dieu. Il est vrai que la tombe peut aider certaines personnes à se souvenir d’une personne aimée. A condition de ne pas exagérer cette dimension, qu’elle reste mesurée, réduite par rapport à la mémoire affectueuse, spirituelle.

C’est pourquoi je trouve votre idée tout à fait excellente d’organiser une rencontre permettant de se raconter des souvenirs et des anecdotes permettant de rapprocher ses proches, de raviver les liens d’admiration et de fidélité… et que cela inspire des pensées et des actes de compassions envers des vivants en ce monde qui auraient besoin d’un coup de main.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Marc Pernot

bio de Marc Pernot

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.