Qu’est-ce que Dieu veut nous dire par cette pandémie ?

Dans un passage souterrain, deux personnes à une table où de la soupe est offerte - Photo by Victória Kubiaki on UnsplashPar : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Qu’est-ce que Dieu veut nous dire par cette pandémie ?

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

Bravo, car se demander ce que Dieu veut nous dire est tout à fait essentiel, et c’est une recherche sincère de votre part. Seulement, il me semble essentiel d’être dans une pleine confiance que de Dieu, il ne peut nous arriver que du bien.

Sincèrement, je ne pense pas une seconde que Dieu soit à l’origine de cette pandémie. Dieu est la source de la vie, Dieu est amour. C’est ce qui est manifesté en Christ. Jésus, sans cesse et en toute circonstance cherche à soigner, à relever, à manifester le pardon de Dieu. Pas une seule fois il ne blesse une personne. Par conséquent,

  • Cela implique une certaine théologie : Dieu n’est en aucun cas source de maladie, ni pour punir ni pour évaluer ni pour éliminer certaines personnes. Quelle horreur !
  • Cela implique un idéal de vie pour nous : chercher à faire ce que nous pouvons pour soigner, relever, manifester à chacun sa dignité et que Dieu l’adopte comme son enfant bien-aimé.

Pourtant, c’est vrai, il y a une pandémie avec des millions de morts et des catastrophes de chômage, de solitude et de misères. Ce n’est pas la volonté de Dieu, elle n’est donc pas à interpréter comme un signe de Dieu.

Et vous avez bien raison de vous demander : dans cette circonstance, qu’est-ce que Dieu nous dit ?

C’est à chercher dans la réflexion, dans la prière, et dans notre conscience (où, malgré notre faiblesse, l’Esprit de Dieu apporte comme il le peut, de la lumière).

Jésus répond en partie à cela à l’occasion d’une rencontre avec un aveugle de naissance (Jean 9), il dit qu’en voyant le problème que rencontre cet homme, cela nous dit de faire ensemble les œuvres de « celui qui l’a envoyé », c’est à dire de Dieu en tant que source de salut, de résurrection et de vie. Et ensuite effectivement, Jésus montre la voie en soignant cet homme, quelle que soit l’origine de ce mal qui le frappait, ce mal n’était pas l’œuvre de Dieu, l’œuvre de Dieu est de faire ce que nous pouvons pour que cet homme souffrant aille le mieux possible.

Voilà ce que nous dit Dieu : il nous souffle dans le cœur et l’Esprit ce que nous pourrions faire pour que le monde autour de nous aille mieux : telle personne, telle situation, nous-même, notre planète ? Il y a tant à aimer avec notre être limité, bien sûr. Sentir, discerner, réfléchir sur ce que Dieu espère ? Entendre combien Dieu est désolé de chaque souffrance, et de ses causes. Entendre une ou plusieurs pistes d’espérance de Dieu, et quelle part nous pourrions prendre. C’est donc à chacune et à chacun d’entendre ce que Dieu nous dit, ou plutôt nous souffle au creux de notre conscience. En général, je pense qu’il nous ouvre plusieurs possibles, tout un éventail de possibilités parmi lesquelles nous pourrions choisir, inventer, créer notre chemin. Souvent avec d’autres, parfois un geste solitaire (mais pas isolé car accompagné de Dieu).

Il vous bénit et vous accompagne

par : pasteur Marc Pernot

PS. Sur la très courante et importante question de l’existence de la souffrance, vous pouvez voir cet article.

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *