La mort de mon enfant il y a plus de 30 ans perturbe de nouveau ma vie et ma foi

grand-mère ou mère regardant l'enfant jouer sur la plage - Thanks to Xavier Mouton Photographie for sharing their work on Unsplash.

La vie est si belle et si fragile.

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour,

J’ai perdu mon fils Pierre, mort subitement pendant un entraînement de tennis en 1990, il avait 11ans. Ce drame je pense avoir pu le surmonter grâce à Dieu.

J’ai un petit fils qui va bientôt avoir 11 ans, voila que mes peurs se réveillent , j’en veux à Dieu de ne pas avoir empêché la mort de mon fils, car aujourd’hui je me rends compte que le traumatisme subit il y a 30 ans éclabousse toute notre vie, a des conséquences sur ma façon d’être et de penser et me crée des angoisses pour ceux que j’aime autour de moi.

Ma question est multiple : pourquoi Dieu laisse t’ il tous ces événements tragiques survenir, comment cesser d’en vouloir à Dieu, comment apaiser mes craintes et retrouver une certaine sérénité dans la Foi.

Je vous remercie de prendre le temps de me lire et j’ espère en votre réponse.

Je suis baptisée catholique, ma mère était protestante, j’ai donc vécu l’ œcuménisme chez moi et c’est une grande richesse.

Réponse d’un pasteur :

Chère Madame,

Ah là là, quelle terrible et cruel événement que de perdre un enfant. Face à une telle absurdité, une telle injustice, c’est normal, c’est juste de se révolter. C’est même un signe de bonne santé spirituelle, éthique et psychologique.

Du point de vue de la théologie, la réflexion sur un événement aussi scandaleux amène à ne plus croire en certaines idées qui circulent couramment sur Dieu, et à avoir une conception de Dieu comme étant non seulement totalement innocent de ce scandale, dont il ne peut être la source, dont il n’est pas envisageable de le penser comme étant coupable de non assistance à une personne en danger, mais de penser Dieu comme actif dans la lutte contre ce genre d’accidents inadmissibles.

Pour bien des personnes, Dieu est une sorte de magicien capable de faire tout ce qu’il veut. Il n’en n’est pas ainsi, et ce n’est pas vraiment ainsi que la Bible nous parle de Dieu. Dieu est une dynamique d’évolution. Bien souvent l’image qui est donnée de son action est celle d’un ensemencement de vie, de santé, d’amour, de créativité, d’intelligence, de clairvoyance et de bienveillance… et ces graines ne se développent que lentement, quand elles se développent en ayant trouvé une bonne terre.

C’est ainsi que Dieu n’a pas abandonné votre fils. Pierre est mort contre la volonté de Dieu, malgré la volonté de Dieu. Dieu a certainement fait tout ce qui était possible pour qu’il soit en bonne santé, qu’il ne meurt pas, il a aussi fait tout son possible pour accompagner votre douleur à vous, ses parents et de ses proches afin que la vie l’emporte en vous et autour de vous.

Et c’est ainsi que la recherche médicale n’est pas une lutte contre Dieu qui aurait choisi de tuer ou de laisser mourir telle personne, tel enfant (quelle horreur), telle mère… mais Dieu, au contraire, appelle, stimule, accompagne, éclaire ces efforts humains tournés vers la vie et la vie véritable.

En travaillant les questions théologiques, cela aide à avoir une conception de Dieu qui est un peu plus proche de ce qu’il est en réalité, et qui permet de mieux s’ouvrir à ce que Dieu offre effectivement comme secours, et d’être moins déçus en l’attendant là où il ne peut pas être. C’est déjà une première piste. Vous trouverez quelques éléments afin de poursuivre cette réflexion sur la manière dont Dieu agit et peut agir sur ce site, dans la partie théologie, avec les questions et avec les prédications.

Mais comme Dieu est amour on a bien le droit de lui en vouloir, de lui crier dessus. Il comprend, et ça soulage. Et cela vaut bien mieux que de lui tourner le dos : c’est comme avec un ami, il vaut bien mieux gueuler que de se faire la gueule, et dire ce que l’on a sur le cœur, cela laisse à l’autre une chance de s’expliquer bien mieux qu’avec des rancœurs rentrées et des non dits. Dieu est un ami fidèle contre qui on a bien le droit de dire sa révolte, même si ce sont des reproches injustes contre lui, car il pleure votre fils avec vous, et qu’il continue à l’accompagner comme vous continuez à l’aimer. Dieu comprend votre prière et il en tient compte, il va chercher à l’exaucer de la plus belle des façons. En vous accompagnant sur votre cheminement, en faisant que cette catastrophe, au lieu de vous abîmer, vous embellisse encore dans la compassion de ceux qui souffrent, dans la célébration de la vie, si belle et si fragile, dans le soin des autres, des petits comme des grands…. que sais-je ? On ne sait pas ce que peut inventer Dieu pour vous le proposer.

Oui, je vous souhaite une bonne sérénité dans la foi, même si la foi n’est plutôt pas quelque chose qui laisse tranquille, mais qui nous stimule, nous envoie en avant, qui bouleverse nos préjugés, et ressuscite envers et contre tout, la foi, l’espérance et l’amour…

Que Dieu vous bénisse ainsi

par : pasteur Marc Pernot

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *