On me répète que je dois trouver une église, mais je n’aime pas ce discours qui y règne…

Par : pasteur Marc Pernot

un moineau sur une branche - Photo by Pelle Asplund on Unsplash

Même le moineau est important aux yeux de Dieu, nous dit Jésus. Même un cheveu sur notre tête compte pour lui.

Question d’un visiteur :

Bonjour
On me répète à longueur de temps que je dois trouver une église mais je n’aime pas ce discours qui y règne. désolé mais je suis sûrement bornée sur cette histoire d’enfer ( Jean 3:36 ). pardon mais pourriez vous m’en donner votre compréhension ? Je suis bloquée et je tourne en rond , j’ai besoin de trouver des croyants pour m’encourager également mais leur discours me bloque. il ne m’inspire pas le Christ. une croyante m’a encore dit que le seigneur a bien plus parlé de l’enfer que du paradis. tout ça me bloque fortement. j’ai décidé de lire la parole avant toute chose. avant d’aller à l’église etc. mais j’aimerais quand même avoir une autre vision des choses.
merci à vous.
En espérant ne pas vous embêter. vous devez avoir bien plus important.

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

Bon cheminement de foi à vous. Dans la confiance que nous pouvons avoir dans l’amour de Dieu pour nous, personnellement. Rien à craindre de lui.

Ce n’est pas moi qui vous dirai que vous devez absolument trouver une église. Bien des personnes trouvent un bénéfice à aller de temps en temps le dimanche à l’église. Mais ce n’est pas le cas de tout le monde, d’autres personnes trouvent un bénéfice à se partager entre plusieurs églises différences, d’autre se ressourcent en lisant des livres ou sur internet, d’autres en allant de temps en temps dans un monastère… A chacun de trouver ce qui lui correspond. C’est à dire ce qui fait du bien à sa foi, son espérance, sa paix, sa réflexion…

En ce qui concerne Jean 3:36 entre dans la catégorie des passages qui disent en substance : bravo à celui qui est juste il est sauvé + malheur à celui qui est méchant il est éliminé.

  • Comment comprendre de tels passages alors que l’on a appris de Jésus Christ que Dieu aime même le pécheur, son ennemi, et que Dieu est comme un berger qui est prêt à tout laisser pour chercher et trouver même la plus perdue des brebis perdues. Cette théologie rend impossible de penser que Dieu laisserait à la mort une personne un peu moins performantes que d’autres.
  • Mais ce ne peut vouloir dire ces textes. Car « être juste » (ou avoir la foi) n’est jamais à 100% jusqu’au bout du bout de notre petit orteil. Il n’y aurait alors personne de sauvé ? Il s’agit donc d’une typologie, présentant une figure du juste et une figure du pécheur, toute personne étant l’un et l’autre dans des proportions diverses selon le moment et les circonstances.
  • Ces passages sont donc à lire comme signifiant que Dieu garde non pas ceux qui sont justes, mais ce qui, en chaque personne, est juste. Et que Dieu élimine ce qui est méchant, souffrant en chaque personne. Son action n’est alors pas une sélection des individus, mais un regard bienveillant sachant dénicher la moindre parcelle prometteuse dans une personne, et un soin comme celui d’un médecin qui élimine une tumeur, supprime une carence, réduit une fracture.
  • Ce jugement de Dieu est alors l’amour, car quand on aime une personne, par exemple son enfant, ou sa grand mère, la question de la performance de cette personne ne joue pas sur le fait qu’on l’aimerait plus ou qu’on l’abandonnerait. Et cet amour se réjouit du meilleur à espérer en cette personne, et cherche à la soigner de toute façon. Dieu est ainsi.
  • Voir par exemple le Psaume 1er qui est typique dans cette façon de présenter : https://jecherchedieu.ch/priere/psaume-medite/psaume-1er-heureux-l-homme-qui-ne-marche-pas-selon-le-conseil-des-mechants/ ou https://jecherchedieu.ch/temoignages/predication/predication-l-heureuse-personne-psaume-1-jeremie-17matthieu-5/ . Vous pouvez aussi aller fouiller dans les petit dictionnaire de théologie ou des « mots qui piquent » les entrées sur le jugement, le paradis et l’enfer…

Effectivement, dans certaines églises, une pastorale de la peur est utilisée pour dresser les fidèles, les rendre plus pratiquants, et leur faire donner des sous. C’est la fameuse pédagogie de la carotte et du bâton à la puissance mille, puisque la promesse et la menace sont éternelles. C’est méchant de faire cela aux personnes. Peut-être que vous êtes tombée dans des églises comme cela. Hélas.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Marc Pernot

bio de Marc Pernot

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. biduline dit :

    Pour différente raisons que je n’exposerais pas ici je me suis rendue compte que les congrégations ( églises) ne m’allaient pas. très vite j’en ai côtoyé et me suis beaucoup investie au moins dans l’une dans elle, et j’ai été très déçue au final de voir que dans un lieu ou l’on devrait mettre en pratique ce que nous à laissé le Christ, j’y retrouvais le même microcosme en plus petit, de tout ce qu’il y a déjà dans le monde… Querelles, assise du pouvoir, hypocrisie, médisance, profit, méchanceté même souvent… Et le comble du comble, du racisme !

    Je vous avoue que cela m’a dégoutée… Je n’ai pas voulu que le Dieu auquel je crois soit souillé par ce genres d’attitudes mauvaises sous des abord bien gentil et bien pensants, qui en fait se révélèrent abjecte à mon humble avis… Depuis j’ai cessé de chercher une église, je ne suis sans doute pas faite pour cela. Mais je pratique chez moi, je lis la bible tous les jours et je prie tous les jours ou presque et je me sens aujourd’hui beaucoup plus proche de Dieu que je ne l’ai jamais été.

    D’où ne vous forcez pas à trouver une église à tout prix si tel n’est pas votre chemin, sauf si cela correspond vraiment à un besoin pour vous.

    Excellentes fêtes de fin d’année à vous.

  2. Gérard dit :

    Personnellement , à cause du covid et avant même la covid ( doit on dire ) je fréquente peu l église pour la messe. J y pénètre de temps à autres pour regarder les vitraux , et apprécier un petit temps de solitude.
    Par contre je fais partie d un groupe liturgique dans un epahd. Pour une bonne trentaine de résidents d un âge avancé et j’en conduis certains à leur chambre à l issue de l’Office. Je me sens utile. Je leur parle . Je sais qu’il s agit de leur dernière demeure , hélas.
    Je pense qu il faut respecter chaque personne , les laisser libre d aller où ils veulent , du moment qu’ils y trouvent leur épanouissement, mais sans faire de tort à autrui. Dans toute institution , quelle soit sportive, religieuse, politique, etc.., l on trouvera des personnes ne représentant pas les valeurs qu ils se doivent d apprendre et de pratiquer pour leur bien personnel, et d autrui.
    Bonnes fêtes de fin d’année.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.