21 juillet 2023

Un requin regarde sa proie du coin de l'œil, la bouche déjà à demi ouverte - Photo de Laura College sur https://unsplash.com/fr/photos/SFq3STsAKgc
Question

Suite à différents articles que j’ai pu lire sur Internet j’ai développé de grosses angoisses à propos de la mort et de l’enfer.

Un requin regarde sa proie du coin de l'œil, la bouche déjà à demi ouverte - Photo de Laura College sur https://unsplash.com/fr/photos/SFq3STsAKgc

Dieu serait-il pour nous une menace ? Au contraire, bien sûr.

Question posée :

Bonjour,
Je m’appelle F. j’ai 24 ans et je suis catholique. Suite à différents articles que j’ai pu lire sur Internet j’ai développé de grosses angoisses à propos de la mort et de l’enfer. Je n’arrive plus à manger ni à dormir et je pleure tout le temps c’est très difficile.

J’ai vu notamment de certains protestants, que seul le fait de croire à Jésus mene au paradis. Cependant, je vis dans une famille peu pratiquante, mes frères et sœurs ne croient pas en Dieu mais ce sont des bonnes personnes et j’ai tellement peur qu’ils finissent en enfer que je n’arrive même plus à vivre moi-même. Pourtant ils ont en eux la charité et ils vivent avec un beau cœur. Je n’arrive pas à m’enlever cette image de la tête qui pourrait finir loin de Dieu et en enfer alors que ce sont des bonnes personnes, juste parce qu’ils ne croient pas en Jésus.

Je suis allée à la rencontre de mon prêtre pour lui parler de mon problème, et il m’a dit que Dieu regarde surtout au cœur. Pourtant je n’arrête pas de penser à ceux qui disent qu’il n’y a pas de salut sans Jésus-Christ. J’ai tellement peur pour eux que j’en fais des crises tous les jours, je n’arrive plus à avancer je suis dans une telle souffrance. Je suis entouré de tant de belles personnes athées et je trouverais ça tellement injuste qu’ils finissent en enfer. Ça me ronge.

Merci à vous pour votre réponse.

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

Alors là, aucun problème.

L’amour de Dieu est universel et puissant

Vous aimez ces personnes, c’est manifeste. Dieu les aime mille fois plus, un million de fois plus profondément, éternellement. Comment Dieu les abandonnerait ? Comme dit le Psaume 27 « Même si mon père et ma mère m’abandonnaient, l’Eternel me recueille ». Et cela sans condition de performance de la personne, sans condition de foi, de rite religieux, de parcours de vie. Car s’il y avait des conditions, ce ne serait plus de l’amour de la part de Dieu mais du chantage. Ce dont il n’est pas question dans ce qu’a montré le Christ.

Se méfier des paroles menaçantes sur internet

Je pense que vous devriez vous méfiez, ne pas écouter, ne pas suivre sur internet, tout simplement fuir ces chrétiens (et autres religieux ou idéologues) qui assortissent leurs prêches de menaces de la part de Dieu, c’est une sorte de pédagogie utilisant la peur afin de pousser les personnes à aller à l’église, à pratiquer plus, à donner de l’argent (bien sûr) à l’église et à bien croire tout ce qui est enseigné. Au contraire, Jésus a annoncé et manifesté Dieu comme aimant même ses ennemis, comme bénissant ceux qui le persécutent et le maudissent. Il y a de la marge pour ceux que vous aimez !

Nous aimons Dieu car c’est bon est inspirant

Ensuite, si nous cherchons à prier Dieu, à faire un peu de bien, ce n’est pas pour acheter le paradis ! C’est tout simplement parce que cela nous semble bien et beau de faire cela, que cela nous inspire et nous donne d’avancer, d’approfondir. Ce n’est que du bonheur, pas un sacrifice.

Dieu vous bénit et vous accompagne, et il les bénit et les accompagne. Absolument.

par : pasteur Marc Pernot

Tout internet semble faire peur ?

Merci de votre réponse. C’est ce que me disent les gens autour de moi, cependant tout internet semble dire le contraire et ça me fait peur. J’ai peur d’être dans le faux, de me tromper et de le regretter après la mort.

Comment pensez-vous qu’il faille interpréter la bible ? Beaucoup de personnes prennent des phrases mot pour mot, comme  »celui qui croira en Jésus Christ aura la vie éternelle ».

Merci de votre réponse 🙏

L’Évangile est la bonne nouvelle du salut de Dieu

Bonjour

Ce n’est pas prendre à la lettre ce verset que d’en faire une menace. C’est en faire une lecture tordue pour faire peur aux gens crédules.

En effet, des exemples qui montrent que ce n’est pas possible :

  • Jésus dit Dieu Dieu aime ses ennemis, prend soin et bénit ceux qui le maudissent.
  • Jésus prie pour les soldats romains qui viennent de le crucifier et qui continuent à se moquer de lui et à voler ses affaires.
  • Jésus est mort pour sauver les pécheurs, pas pour sauver ses disciples

Et Dieu rejetterait ceux qui ne passent pas un examen de bonnes convictions ? L’amour de Dieu et sa puissance de salut se limiterait à la mesure de notre petite foi ?

Donc, encore une fois : arrêtez d’aller écouter ces prêches des églises et chrétiens transformant l’évangile du Christ en menaces. Cela est fait délibérément pour faire peur aux gens. Et ça marche trop souvent.

Jean dit que Dieu est amour, que quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu, et que aimer est équivalent à confesser publiquement le Christ. En effet, le Christ est venu manifester l’amour de Dieu, c’est pourquoi on appelle son témoignage « l’Evangile » : littéralement LA Bonne nouvelle parmi toutes les bonnes nouvelles. Son message n’est pas appelé le dernier avertissement avant le terrible jugement de Dieu. Cette théologie du jugement est plutôt une vision qu’avaient les religions égyptiennes avec la pesée des âmes, ou l’orphisme grec. Mais l’annonce de Jésus Christ est que le jugement de Dieu c’est l’amour et qu’il aime chacun de ses enfants, gardant sa personnalité profonde et le meilleur de chacun.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

Partagez cet article sur :
  • Icone de facebook
  • Icone de twitter
  • Icone d'email

Articles récents de la même catégorie

Articles récents avec des étiquettes similaires

4 Commentaires

  1. Hélène dit :

    Merci pasteur Marc pour ces paroles si apaisantes. Ayant été membre pendant de longues années d’une assemblée évangélique fondamentaliste, je sais combien il est difficile de se départir d’enseignements mortifères qui nous collent au cœur et faussent notre regard sur Dieu, sur Jésus, sur la foi. C’est un bien long chemin pour se débarrasser de cette vision ainsi que du sentiment de culpabilité latent qui traîne toujours quelque part au fond de soi: si les gens ne sont pas « sauvés » c’est parce qu’on a failli à notre tâche de les évangéliser, si ils sont malades et ne guérissent pas, c’est qu’on n’a pas assez prié pour eux, ou alors c’est qu’on n’a pas assez de foi, etc. Et je ne parle pas de la dîme… On dirait qu’on n’est jamais à la hauteur: c’est du moins le sentiment qui m’a longtemps habité et m’habite encore, parfois, je le crains. Je regrette tant ces années perdues à m’être laissée endoctriner de la sorte. La colère envers soi et la honte sont difficiles à déloger… En lisant votre réponse, cela met un baume sur mon cœur. J’espère qu’il en sera de même pour cette dame qui vous a écrit.

    1. Marc Pernot dit :

      Grand merci. Bravo pour votre cheminement.
      Tout n’est pas à jeter dans ce passage par une église évangélique. Il y a une foi vibrante, engagée jusque dans la vie quotidienne, une pratique de la prière, un service des autres, une présence active dans l’église. Tout cela va encore mieux avec cette liberté que donne la confiance dans l’amour de Dieu. Et donc cette recherche personnelle, cet encouragement à discerner par soi-même.
      Dieu vous bénit et vous accompagne

      1. Hélène dit :

        Je suis d’accord avec vous: tout n’est pas à jeter, effectivement. Mais à cette époque, je n’avais pas la maturité spirituelle nécessaire ni « la liberté que donne la confiance dans l’amour de Dieu » pour être en mesure de « discerner par moi-même ». C’est beaucoup plus tard qu’est venu pour moi la « recherche personnelle », après beaucoup de souffrances et de doutes sur le Dieu qu’on m’enseignait, sur moi-même et sur les autres. Une grande part de la guérison est venue en lisant d’autres textes, en écoutant d’autres discours d’autres communautés (et vous en êtes) qui apportent de l’ouverture. Force est de constater que si je n’avais pas traversé ces années, je ne serais pas celle que je suis devenue. Même si le passé me semble lourd par moments, ça a contribué à me former et je puis continuer ma route « en poursuivant toujours le bien … En examinant toutes choses, retenant ce qui est bien. En cultivant la joie, la paix, la prière, rendant grâces en toutes choses… » (1 Thess. 5:15-22). Merci encore pour votre implication à répondre sans jugement à tous ceux qui vous écrivent, à les consoler, les relever, donner un sens à ce qu’ils (elles) vivent. Dieu vous bénit.

        1. Marc Pernot dit :

          Grand bravo pour ce cheminement, et grand merci de l’avoir partagé, c’est inspirant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *