Le fait que Jésus ait célébré la cène avec ses 12 apôtres seulement a t-il pour vous une signification ?

Par : pasteur Marc Pernot

Mosaïque représentant la Cène (Sant'Apollinare in Classe, Ravenne, Italie)

Mosaïque représentant la Cène (Sant’Apollinare in Classe, Ravenne, Italie)

Question d’un visiteur :

Bonjour,

Ma question concerne la cène.

Le fait que Jésus ait célébré la cène avec ses apôtres et non avec l’ensemble de ses disciples a t-il pour vous une signification particulière ?

Si l’on tient compte de ce modèle, lorsqu’il a dit « Faites ceci en mémoire de moi » ces paroles s’adressaient-elles à une catégorie de personnes ?

Merci d’avance pour l’attention que vous porterez à ma demande.

Réponse d’un pasteur :

Chère Madame

Merci pour votre question. Vous avez raison, je pense, de poser la question en terme de signification, de sens de ce récit du dernier repas de Jésus. Car c’est bien ce que portent ces textes des évangiles, une signification, du sens, une questionnement pour nous, pour notre vie, pour ce que Dieu nous apporte et ce qu’il espère de nous, sur notre façon d’aimer les autres, etc.

C’est vrai que les évangiles disent que Jésus pris ce dernier repas « avec les douze », (Matthieu 26:20, Marc 14:17) ou avec les apôtres (Luc 22:14). Si l’on prenait ces textes isolément, hors contexte, il serait effectivement possible d’en tirer que la Cène pourrait être réservée à une élite, par exemple les clercs, les princes de l’église, les autorités, ou une élite de personne choisies parmi la foule.  Seulement, par définition même de la notion de Christ, c’est d’accomplir les promesses données en Abraham pour la multitude de toutes les nations, tous les peuples de la terre. C’est ce que l’on voit dans la façon d’être de Jésus qui aide et annonce l’évangile aux personnes rencontrées sans trier.

Pourquoi donc Jésus a pris ce dernier repas avec « les douze », avec « les apôtres » ?  Il me semble qu’il y a au moins trois raisons, trois significations possibles :

  1. Ce repas est le repas de la Pâque juive, qui est pris en famille selon la tradition juive explicitée dans le livre de l’Exode, la Pâque est prise en famille, par maisonnée (Ex 12:3). Il n’est pas question d’un repas pris sur la grand place du marché, ni d’un pique nique dans un pré ou au bord du lac comme il arrive à Jésus d’en préparer. Cela veut dire que la famille de Jésus est maintenant plus ses disciples, ceux qui s’ouvrent à la Parole de Dieu et qui cherchent à la vivre, plus que sa famille de sang. Ce n’est pas contre sa famille de sang, mais pour dire que ce qui forme un lien essentiel de proximité entre nous est l’écoute de Dieu, que ce n’est pas une question de sang. Cela accompli bien l’universalisme attendu dans la bénédiction d’Abraham. C’est ce que dit Jésus explicitement quand il appelle ses disciples « mes frères et sœurs », ou quand il dit que son Père est notre Père. Cela a donc un important sens théologique et éthique.
  2. La vocation de Jésus est effectivement de sauver l’humanité entière, de lui donner à assimiler la vie qui l’anime. Seulement, concrètement, Jésus était un humain avec des forces limitées, avec un temps très limité d’activité (juste quelques mois ou années), il ne pouvait courir annoncer l’Evangile jusqu’au Groenland, au sud de l’Afrique ou en Nouvelle Zélande, et partout, à chaque personne. Comment pouvait-il faire alors pour que chaque personne individuelle soit visitée, soignée, et entende l’Evangile ? La seule stratégie possible était celle de la transmission et de la délégation. C’est ce qu’il dit quand il dit aux douze « Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie. » (Jean 20:21), c’est la définition même d’apôtre (« envoyé ») qui va annoncer l’Evangile, soigner, et donc envoyer à leur tour chaque personne touchée. Le repas avec les apôtres est donc à vivre à notre tour, nous qui entendons l’Evangile, avec ceux vers qui nous nous sentons envoyés. Jésus a donc parlé aux foules, quand même, à titre d’exemple, joignant le geste à la parole, mais finalement il a rencontré que peu de monde, soigné seulement peu de personnes. Il a cependant choisi de prendre du temps pour former tout particulièrement quelques personnes diverses, des intellos et de simples artisans, des femmes aussi, et il les a envoyées. Ce sont les apôtres, personnes envoyées. Parfois deux par deux (en apprentissage pratique), parfois seule (comme pour la femme samaritaine, Marthe, ou Marie-Madeleine).
  3. Dans la Bible, selon l’usage de cette culture, quand un chiffre « remarquable » est indiqué, il n’exprime alors en général pas une quantité mais une qualité, un sens, une signification théologique. Or, le « 12 » est un chiffre oh combien remarquable, il signifie la totalité du peuple de Dieu (comme les 12 tribus d’Israël). En effet, le 4 exprime les 4 points cardinaux, et le 3 exprime l’éternité de Dieu, le multiple évoque donc l’humanité unie par Dieu. « Les douze apôtres » du point de vue purement matériel n’étaient peut-être historiquement 12. D’ailleurs, quand il s’agit de donner la liste des 12, les différents évangiles s’accordent sur les plus connus et hésitent sur d’autres. « Les douze » est donc une façon significative de parler du groupe des « personnes envoyées » (apôtres). Ce groupe de personnes qui suivaient Jésus au long cours et apprenaient de son ministère itinérant, ce groupe était sans doute limité en nombre, comment auraient-ils pu être accueillis dans une maison comme celle de Marthe sinon.

Donc, chacune et chacun de nous peut tout à fait se compter parmi les 12. c’est même ce que disent à mon avis ces textes de la Cène, en évoquant ce geste de Jésus, ou pour le moins le service qu’il a rendu. Faire ceci en mémoire de Jésus n’est pas d’abord, pas seulement une question de rite, mais une question de vie, de nous donner pour nourrir l’humanité qui a faim et soif de foi, d’espérance et d’amour.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *