Deux soucis : ma maladie est-elle une punition de Dieu ? Mon mari m’interdit de parler de Dieu à ma fille ?

deux parents jouent avec leur enfant devantun paysage de montagne - Photo by Marcos Paulo Prado on UnsplashPar : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour Pasteur Pernot,

Tout d’abord je vous remercie sincèrement pour le temps accordé à chacune des questions qui vous sont posées.

J’ai 24 ans et je suis mariée depuis deux ans au père de ma fille, qui a 2 ans également.

Il y a encore quelques mois de cela, je vouais un culte à la nature si je puis le dire ainsi, j’utilisais beaucoup de pierres censées avoir des bienfaits autant physiques que psychiques, je m’essayais aux méditations de pleines consciences et aux tentatives de voyages astraux, je tirais beaucoup les cartes et croyais en plusieurs déités que je célébrai lors de « sabbat ». Cela faisait déjà des années que j’aimais me considérer comme « sorcière moderne », cela ne posait d’ailleurs aucun soucis à mon époux et il n’avait non plus aucune objections à ce que j’en parle, dans l’avenir, à notre enfant.

Mais voilà, il y a quelques semaines je me suis rendue compte que j’étais moins en forme. J’ai prié les « déités », j’ai médité mais ça empirait. Et puis un matin, j’ignore pourquoi l’image de mon arrière grand mère m’est apparue (elle est décédée depuis de nombreuses années et était une catholique pratiquante extrêmement investie). Je me suis alors rappelé qu’elle m’avait offert une bible quand j’étais enfant, et qu’elle tenait beaucoup à ce que je la lise. Je ne l’avais pas fait, donc j’ai commencé à lire la bible en ligne, à me renseigner à l’aide de sites internet et de vidéos de catéchisme en ligne. Aujourd’hui au fil des jours je me sens mieux, j’ai commencé à prier.

Tout ceci, et je m’excuse de tout ce roman, pour vous demander comment devrais-je réagir face à mon mari qui refuse que je parle de religion à ma fille dans l’avenir alors qu’il ne s’était jamais opposé à cela avant ? Je précise qu’il est un athée convaincu, il a toujours respecté mes croyances mais n’y accorde aucun crédit. J’ai déjà fais des concessions sur le bapteme de notre fille, j’ai accepté qu’on la laisse grandir et demander plus tard le bapteme si elle souhaite. J’ai aussi cédé sur notre mariage, nous voulons refaire une cérémonie et je souhaitais aussi passer par l’église pour que notre union soit bénie par le Seigneur, mais là encore il a refusé. Et maintenant il refuse que je parle à ma fille de ce en quoi je crois, il me dit que je ne devrais aborder ce sujet que si un jour elle me le demande…

J’aimerai donc savoir dans un premier temps si vous pensez que le Seigneur peux me pardonner tous les péchés ? Pensez-vous que ma maladie apparue brusquement puisse être une sorte de « punition » pour mes péchés ?
Aussi, comment devrais-je réagir avec mon époux que j’aime de tout mon cœur et pour qui j’ai trop de respect pour agir dans son dos ?

Encore une fois désolée pour ce très (trop ?) long message et merci du fond du cœur de m’avoir lu.

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

Bravo pour votre beau cheminement. Cela me semble intéressant et prometteur.

Il me semble qu’un point essentiel dans la foi chrétienne est la grâce de Dieu, c’est à dire que Dieu a et garde une bienveillance radicale pour chaque personne. C’est ce qui permet encore et encore, en toute circonstance, de se tourner vers Dieu en confiance. C’est aussi une vision inspirante de Dieu pour notre vie quotidienne.

Donc, je ne pense pas une seconde que Dieu vous aurait envoyé des punitions. Il n’est que source de vie, de croissance, d’épanouissement.

La vie, par contre, se charge de nous faire payer cash le fait de vivre n’importe comment. Et il me semble qu’une part de vos difficultés présentes sont liées à cela. Mais cela ne vient pas de Dieu, et arrive en fait malgré sa volonté, qui est et ne cessera jamais de vous voir dans la meilleure forme possible. Cette théologie n’a rien d’extraordinaire. Vous qui êtes mère êtes comme cela en grande partie pour votre fille, alors même que nous, humains, avons bien entendu des forces limitées.

Si vous voulez avancer sur cette piste de la foi chrétienne, c’est déjà le point principal, le reste demande un petit peu de recherches et d’exercices à votre rythme et à votre façon, pas à pas, et je suis persuadé que les bénéfices en terme de foi et d’avancée personnelle seront sensibles assez vite.

Le fait que votre mari refuse que vous parlez de religion à votre fille n’est pas en soi un problème. Les enfant sont observateurs et si vous pratiquez votre foi régulièrement, elle le verra et s’y intéressera librement.

Cela dit, personnellement, je trouverais plus sympathique que chacun des deux parents laisse l’autre parent témoigner de ce qui l’inspire personnellement, tant que c’est dans un respect des convictions de l’autre parent, s’interdisant d’en dire du mal, mais pouvant dire qu’il ou elle ne les partage pas. C’est ce qui me semble le plus enrichissant pour l’enfant, et le plus respectueux de tout le monde dans la famille.

Mais bon, on fait ce que l’on peut. Vous avez raison de ne pas vouloir agir dans le dos de votre mari, car la confiance et la fidélité sont infiniment précieuses. Et pratiquez simplement votre foi chrétienne à votre façon.

Dieu n’a pas besoin d’une cérémonie pour bénir votre couple. Il vous bénit car il vous aime. C’est vrai qu’une cérémonie est importante car elle nous aide, nous les humains, à faire place à Dieu dans notre vie, de compter sur son aide. C’est bien là l’essentiel, et de le vivre au jour le jour.

Dieu vous bénit et vous accompagne.
N’ayez aucune crainte, avancez tranquillement, pas à pas, dans cette confiance, cette ouverture à la source ultime de la vie.

par : pasteur Marc Pernot

 

Réponse du visiteur :

Merci beaucoup pour votre réponse si rapide, je vais m’efforcer de faire un peu mieux chaque jour et persévérer dans ma recherche de Dieu.

Encore merci, bonne journée

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *