Je pense être en Dépression, j’en suis venu à me poser beaucoup de questions

Par : pasteur Marc Pernot

des vagues sur la mer, avec du vent - Photo by Axel Antas-Bergkvist on Unsplash

Question d’un visiteur :

Bonjour, en premier lieu, je voulais vous remercier pour tout ce que vous avez fait et aux nombreuses questions auquel vous avez pris le temps de répondre. J’ai lu beaucoup sur votre site et même si beaucoup d’entre elle répondent a pas mal de mes questions, je voulais vous faire un mail personnalisé et avoir votre avis sur ma situation.

Aujourd’hui je pense être en Dépression, et de cette dépression j’en suis venu à me poser beaucoup de questions à propos de moi et de la vie en plus grande généralité.
J’ai 26 ans et je suis baptisé (Enfant) et même si je n’ai jamais été « très » pratiquant, j’ai toujours plus ou moins cru en un créateur, car même si le monde n’est pas parfait, il reste je trouve très équilibré et malgré que beaucoup de chose sont expliquer par la science.
J’essaye au quotidien de bien faire, même si clairement je ne suis pas un saint, j’essaye de me montrer gentil, généreux, amical et d’être une personne sur qui on peut compter sans vraiment demander quoi que ce soit en retour et je vis depuis 4 ans avec ma copine avec qui je m’entends bien et avec elle je veux construire quelque chose.

Au cours de ma vie, j’ai eu déjà quelques « épisodes » de Dépression ou je me sens mal pendent quelques dizaines jours sans vraiment trop de raison et il m’est arrivé de par ces moments de me tourner vers la foi qui m’apporter du réconfort, j’ai beaucoup de mal à poser des mots sur ce que je ressens et ce qu’il y a dans ma tête, mais tout ce que je sais c’est que je n’arrive pas à vivre correctement à cause de ça.

Et me revoila de nouveau à un de ces moments désagréable, ou dès que j’ouvre les yeux je me fais envahir de penser négative, ou je trouve que les choses n’ont pas de sens, et j’avance peu à peu dans ma journée avec l’envie de pleurer, je fais des crises d’angoisse et même si ma compagne essaye de me consoler, me dit que tout va bien, je ne peux m’empêcher de retourner en l’état quelques minutes plus tard,

Je me tourne vers Dieu et vers le Christ (j’avoue ne pas trop être adepte de prière), je leur parle, les implore de me venir en aide, mais rien, le silence le plus absolu… Alors je fais des recherches sur Internet, je cherche des preuves, des méthodes, des solutions, mais pareil, je ne trouve rien de bien fixe et c’est alors que je me pose ces questions qui me retourne le crâne. « Pourquoi un dieu qui voudrait mon bien, ne me répond pas quand je lui implore de l’aide, je n’ai besoins que d’un signe ? »
Je sais que la bible explique plusieurs fois qu’il faut avoir la foi sans voir, mais pourquoi ?
Quand on pense qu’il suffirait que dieu se montre au monde pour que les gens puissent être heureux, je ne comprends pas… Alors je continue, encore et encore dans ma quête de recherche de réponse, je regarde des « EMI » qui parle de gens qui ont vu Dieu ou le Christ, mais il en existe aussi d’autre qui disent un tas d’autre chose, donc ce ne sont pas des sources fiables… Il existe des milliers de phénomène surnaturel que la science ne peut expliquer.

Et au finales, moi dans tout ça ?
Je n’ai jamais réussi à trouver ces réponses, j’aimerais faire confiance, mais je n’y arrive pas, une partie de moi veut y croire, mais une autre a besoins de réponse, le monde dans lequel nous vivons est bien complexe, mais je n’ai pas les réponses, et j’ai peur, très peur…
Pourquoi des gens n’entendrons jamais parler de dieu de tous leurs vies (Ancienne Tribu par exemple) et du coup, que deviendrons ces gens devant le seigneur ?

J’ai l’impression que la plupart de ces questions se trouve sur votre site, et pour la plupart, j’ai pu lire de magnifique passage en réponse a d’autre personne comme moi, mais je tenais à vous écrire pour vous exposer un point plus personnel de ma situation et encore une fois, vous remercier pour tout ce que vous faites pour moi et pour les autres.

Cordialement, bonne journée.

Réponse d’un pasteur :

Cher Monsieur

Merci pour les encouragements, je fais ce que je peux. Cela m’encourage de savoir que cela a pu aussi vous apporter quelque chose. Cependant vous n’êtes pas du tout d’être d’accord avec tout, bien sûr. Le questionnement est essentiel, et je pense que c’est bien heureux que Dieu ne se manifeste pas de façon évidente et absolument irréfutable aux humains car alors où serait la place pour la liberté ? Par ailleurs, je pense que Dieu est une réalité d’un autre ordre que le visible, c’est une réalité essentielle comme source d’évolution, de sens, d’amour, de mise en relation. Cela n’est pas à voir, ou alors c’est par les yeux du cœur et de l’intelligence, par notre conscience.

Je sais que la dépression n’est pas un passage facile, très douloureux.
Est-ce qu’effectivement vous recevez des soins de qualité ? Normalement cela devrait donner de bons résultats.

Dieu n’est pas un magicien, il interagit à sa façon, en appelant à être, en donnant du sens. c’est vrai que la foi est d’une grande aide pour cheminer dans la qualité d’être. Mais ce n’est pas un magicien. Si on a une jambe cassée, la prière ne la répare pas, pour cela il faut du soin et un peu de temps. La prière est utile dans ce cas pour entendre Dieu nous dire notre infinie dignité dans la maladie comme dans la santé, pour nous aider à trouver notre vocation même avec une jambe cassée, il nous aide à espérer avoir la meilleure forme possible et à trouver l’aide nécessaire. Et ensuite à évoluer dans notre vocation au fur et à mesure de l’évolution de notre forme.

Pour ce qui est de l’existence de Dieu, un visiteur m’a posé cette question et j’y ai répondu il y a quelques jours, peut-être que cela vous intéressera. Cependant, c’est normal que dans la dépression on se mette à désespérer, même de la foi, et de Dieu, et des autres. C’est un des symptômes de cette maladie, et qui fait qu’elle est plus difficile à vivre qu’une jambe cassée, par exemple, pour laquelle notre capacité à nous déplacer est affecté mais notre capacité à espérer est intacte, et la compassion de notre entourage plus facile car le problème est objectivement visible par tous sur une radio.

Donc bravo de garder un bout de foi, de recherche, d’espérance, de prière tout en traversant un épisode de dépression. Cela me fait penser à Jonas qui, du fond du fond du gouffre, constate qu’il est aux racines des montagnes : c’est un début de regard vers le haut, qui lui permet d’esquisser une prière. Et dans cette prière, alors qu’il est encore au fond du gouffre et qu’il accuse Dieu de l’y avoir jeté, il remercie déjà Dieu de l’en avoir sorti, rien que par cette possibilité de prier, de crier à Dieu. En pensant à vous j’ai mis en ligne cette prière de Jonas (que j’ai un peu relue pour la dire au cours du culte du dimanche).

S’il y a une chose certaine, c’est l’amour de Dieu, pour vous en particulier. Vous êtes gardé comme la prunelle de ses yeux. Ce n’est pas basé sur nos performances, heureusement, mais seulement sur son amour pour nous, comme un père ou une mère peut aimer son enfant. Les non croyants sont aimés aussi. S’il est bon de connaître Dieu et de le prier c’est pour s’ouvrir à son souffle de vie, et c’est un bonheur de pouvoir ainsi, au jour le jour, être dans cette relation comme avec un ami.

Bon courage, nous pensons à vous. Nous prions avec vous.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Pascale dit :

    Dieu qui ne se manifeste pas à nous, ou du moins pas selon nos critères ou selon nos désirs : je suppose que, Dieu étant d’une tout autre nature, la « communication » entre les deux « mondes » doit être compliquée, quoique certains puissent en dire. Lorsqu’on s’occupe d’une plante il y a des effets visibles (il parait même que leur parler a une influence) mais on n’a aucune idée sur la manière dont la plante le « perçoit ». Et il y a bien plus de différences entre Dieu et nous qu’entre nous et une plante. Je trouve déjà extraordinaire que dans tous les âges, dans toutes les civilisations, il y ait une forme d’intuition de Dieu. Peut-être y a-t-il là, précisément une manifestation de Dieu, dans cette intuition, dans ce désir qu’on a de lui, dans ce cri qu’on lui adresse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *