Faut-il tout avouer à la personne que l’on a trahie, et si ça lui fait du mal ?

Bible en hébreue entrouverte laissant voir deux pages d'hébreu et le pli entre les deux - Image par Republica de Pixabay

La Bible intègre la complexité de notre vie avec de multiple voix. La « vérité » y est une vérité de relation, c’est la fidélité, la sincérité.

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour Pasteur j’ai lu sur votre page internet lorsque je cherchais une réponse sur le fait que j’ai déjà confessé mes péchés a Dieu mais il y a sans cesse une voix qui me disait: »avoue avoue avoue avoue ta faute parle de ton péché partout » et cela s’accompagne avec de la peur, alors j’ai avoué la faute a la personne car je pensais que c’est Dieu qui me demandait de le faire et cela a fait beaucoup de mal a la personne. Et quelque temps après la même voix me dit « tu n’as pas tout dit tu n’as pas tout dit, maintenant, dit dans les détails absolus ce que tu as fait » et la encore avec la peur et je me suis dit je ne pense pas que cela vient de Dieu ça m’oppresse ce n’est pas normal.

A votre avis est ce que c’est une obligation de dire dans les moindres détails les fautes commises envers une personne? Comment se donner la liberté de ne pas tout dire sans se sentir oppressé et sans se sentir « menteur » ? Car je ne souhaite pas tout dire pour le bien être de la personne et pour mon bien être. Car ce que la personne redoutait, je l’ai fait et la personne m’a fait savoir sa peur et je ne veux pas blesser la personne en allant dans les détails. Je me sens accusé par ces voix.

MERCI POUR VOTRE DISPONIBILITÉ ET VOTRE REPONSE. QUE DIEU VOUS BENISSE

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

La question n’est pas d’être pardonné par Dieu. Il est amour. C’est au delà même du pardon. Votre pardon n’est nullement à acheter, puisqu’il est le fruit du simple amour de Dieu pour vous. Un amour qui aurait besoin d’être acheté ne serait pas de l’amour. Or, Dieu vous aime. Et quand on aime une personne parfaitement, on lui pardonne parfaitement. Et gratuitement, ans chercher votre peine, votre souffrance, ni votre humiliation. Bien sur, car il est le Dieu qui relève le coupable. Comme Jésus n’a pas fait battre, ni humilié les pécheurs avant de leur annoncer le pardon.
La question n’est pas non plus de « devoir » tout avouer à la personne que vous avez trahie. Comme vous le dites très bien, si cela faisait le moindre bien à cette personne, cela serait une bonne idée. Mais si cela ne lui fait pas de bien, si peut-être cela lui fait du mal, bien sûr qu’il ne faut pas aller déballer quelque chose qui va ajouter encore de la peine à une personne à qui vous avez déjà fait du mal. Ce serait une honte. Et cela ne vous soulagera en rien d’avoir ainsi ajouté du mal au mal. C’est un point important : sur ce second point, que ce soit le bien, et le bien seul de cette personne qui vous guide. Le bien est là. Et le mal de faire du mal.
La question est plutôt de vous pardonner à vous-même. C’est vrai que ce n’est pas facile.
  1. Il y a la honte d’avoir fait quelque chose de mal.
  2. Il y a le fait que rien ni personne ne peut revenir en arrière.
  3. Il y a cette réalité que quand on fait le mal, non seulement cela fait souvent du mal à d’autres personnes, ce qui est certain c’est que cela fait du mal au coupable, cela trouble, tord quelque chose en nous.
Comment faire alors ?
  1. Pour cette honte en nous, le pardon de Dieu nous aide. Cette connaissance du Christ montre l’amour que Dieu a pour nous, et donc son pardon. Cela montre que toujours, Dieu nous donne une possibilité de vie nouvelle, de faire du bien. Ce pardon nous oriente vers la vie aujourd’hui, vers des projets de bien pour demain. En particulier pour tenter de réparer le mal que nous avons fait, quand cela est possible, en tout cas de faire du bien, et de tenter au maximum de ne pas faire du mal, en connaissance de cause.
  2. Et de ce mal commis, Dieu ne peut pas non plus faire qu’il n’ai pas été commis, mais Dieu peut tirer de ce mal, malgré tout, un bien avec votre collaboration, un bien de croissance et de votre personne : il espère faire grandir en nous une meilleure compréhension du bien, une meilleure détermination à faire le bien, à la fidélité, à la vérité, au pardon et des autres et de soi-même.
  3. Dieu soigne nos plaies, il ressuscite même ce qui est mort. C’est Dieu qui peut vous donner cette paix intérieure. Ce n’est pas instantané comme par un coup de baguette magique, mais comme une cicatrisation. Et il veut le bien de la personen à qui vous avez des torts. Et s’il veut ce bien c’est parce que Dieu aime le bien. Cette idée est complètement fausse que Dieu voudrait vous humilier, vous faire souffrir en avouant vos fautes partout. Dieu ne veut humilier personne. D’autant plus que vous regrettez le mal que vous avez fait.
Etre dans la « vérité » c’est être et agir dans la véritable recherche de ce qui est bon pour l’autre. C’est cela être fidèle à son prochain.
C’est un petit peu exceptionnel, mais il existe des circonstances où pour faire le bien de l’autre, on ne lui dit pas toute la vérité. Je pense que vous êtes dans ce cas là. Et oui, cela tord notre désir de justice, qui est de toujours dire la vérité. Il y a là quelque chose de tragique. Mais au fond, avec l’aide de Dieu, et si c’est vraiment pour le plus grand bien de votre prochain, c’est ce que vous devez faire. Et le faire avec l’aide de Dieu pour vous pardonner, vous, et de grandir dans le bien et dans sa paix.
Dieu vous bénit et vous accompagne

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *