Selon Jésus, il y aurait des petits et des grands dans le Royaume des Cieux ?

Jésus en berger - catacombes de Rome

illustration du IIIe siècle représentant Jésus en berger sauvant les pécheurs

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour, j’ai aussi beaucoup aimé la prédication: « Des brebis et des boucs, qu’est-ce qui est gardé de chacun ». Cependant, vous dites que le plus petit au royaume de Dieu sera celui qui aura eu la moindre part de bon en lui. Cela signifie-t-il qu’il y a une hiérarchie au royaume des cieux?

J’ai aussi lu que vous pensiez que, lorsque nous mourrions, nous restions vivants sous forme purement spirituellement. Mais dans ce cas, pensez-vous que les morts peuvent réellement avoir de l’influence sur les vivants en les aimant après la mort? J’ai aussi l’impression que vous considérez que la problématique de la vie après la mort n’est pas tellement importante, mais n’est-ce pas, au minimum, l’un des messages les plus importants du message du Christ?

Et enfin, il reste une question essentielle que, il me semble, personne n’a encore posé sur votre site. Pourriez-vous me dire, selon vous, ce qu’est Dieu ? Car le fait qu’il aime et s’intéresse à chacun d’entre nous supposerait qu’il soit une personne, ce qui est parfaitement irréaliste. S’agirait-il d’une sorte d’entité qui existerait depuis la création du monde? Mais il me semble étrange d’imaginer Dieu sans les hommes. Ou bien alors serait-ce justement, cette part de bon qui est en chacun de nous?

Merci d’avance pour votre réponse, j’espère que vous aurez le temps d’y répondre.
Bonne journée,

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

Merci pour ces encouragements. Vous n’êtes absolument pas tenu d’être d’accord avec moi, bien entendu, nous avons heureusement une liberté de pensée et de foi.

Je ne pense pas que ce texte veuille dire qu’il y ait vraiment une hiérarchie aux royaume des cieux, mais ce petit et grand évoque une proportion, un degré, et un appel aussi à la croissance de chacun. La comparaison n’est donc pas entre deux personnes mais entre deux mois possibles, ou moi à deux époques différentes.

Les morts peuvent avoir une influence sur les vivants par la mémoire des vivants, et particulièrement par leur amour pour la personne décédée, je pense. Pas par une sorte de télépathie des morts, non, vraiment pas.

Oui, dans un sens, la vie après la mort est un message des plus importants de l’Evangile… mais le Christ n’en parle qu’extrêmement rarement. Visiblement, ce n’est pas quelque chose qui l’empêche de dormir. Et il me semble que quand il en parle c’est pour appeler à vivre aujourd’hui et maintenant. Et comme il est extrêmement avare en description de cette réalité de toute façon insaisissable pour nous,, cela nous invite à faire confiance à Dieu pour la suite. Finalement, je pense que c’est le message essentiel en ce qui concerne la vie future.

Pour ce qui est de Dieu, le fait même de se poser la question est une démarche essentielle. La réponse que l’on donne ensuite à cette question est très déterminante sur notre vie car cela concerne fondamentalement notre idée du bien, du juste, de ce qu’est une belle vie et une bonne personne…

C’est vrai que c’est un abus de langage de dire que Dieu est une personne car le concept même de personne est évidemment pour nous une personne humaine. Mais pourtant, je pense que ce n’est pas faux au sens où il y a une intention, une proposition qui est projetée par cette source d’évolution que nous appelons Dieu. Je pense aussi que c’est utile de penser Dieu comme étant une personne, de l’intégrer dans ce concept malgré le fait qu’il ne l’incarne pas de la même façon que nous. Car je ne connais en réalité que des personnes pour avoir une opinion, une pensée, une liberté de bâtir un avenir, de tendre la main, d’appeler et choisir d’aimer, d’entrer en dialogue. Or ce dialogue avec Dieu me semble essentil. Et je pense que c’est la réalité au sens où la source de création de l’univers est « cybernétique », elle tient compte de l’actualité du monde et donc de notre petit avis à nous, qui ne sommes pourtant qu’un petit brin d’herbe. Mais un brin d’herbe verte qui compte pour lui/elle.

Je pense effectivement que Dieu existait avant le début de notre univers. Personnellement je pense que l’hypothèse la plus raisonnable face à cette incroyable dynamique d’évolution que nous révèle la science est l’existence d’une cause première.

Et donc, d’accord avec vous, puisque l’homme à une capacité à être source de vie par sa bonté et sa créativité, Dieu n’est pas étranger à cette bonne dimension de notre être.

Amitiés

pasteur Marc Pernot

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *