Y a-t-il une vie après la mort ? Sur terre ou bien ailleurs ? Et si on a l’espoir de revoir nos proches disparus ?

Par : pasteur Marc Pernot

Sous-bois éclairé d'un rayon de soleil -  Image: 'Wonderland Tunnel'  by Johan Neven 
 https://creativecommons.org/licenses/by/2.0/ http://www.flickr.com/photos/75612671@N03/45488678501

Question d’un visiteur :

Bonjour,

Pouvez-vous me dire s’il y a une vie après la mort ? Et si on a l’espoir de revoir nos proches disparus ?

La résurrection dont parle la bible sera-t-elle sur terre ou bien ailleurs ?

S’agit-il de la résurrection après la mort ?

très cordialement,

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

A mon avis, oui, il y a une vie après la mort du corps. Mais je ne puis l’affirmer, évidemment, faute d’expérience en ce domaine.

Il est bon, je pense, que cela n’ait pas trop d’importance pour nous, car la question de la vie future ne doit surtout pas nous détourner de la vie présente. C’est aujourd’hui que nous pouvons aimer Dieu et aimer notre prochain, et c’est aujourd’hui que nous avons à le faire. Et si nous avons cette mission, ce n’est pas en vue de notre vie future, mais parce que vivre aujourd’hui et vivre vraiment, c’est cela : c’est aimer Dieu et aimer notre prochain comme nous-mêmes.

Pour ce qui est de la vie future, il me semble assez raisonnable d’y croire, et Jésus-Christ nous dit que cela existe. Il ne s’agirait pas d’une autre vie, mais de la poursuite de la vie présente :  une dimension de notre être restant vivante, la dimension qui est de l’ordre du spirituel (la foi, l’espérance et surtout l’amour). Cette vie future n’est pas matérielle, elle n’est donc pas sur cette terre ni ailleurs, mais hors de cet espace et de ce temps.

Dans ce cadre, oui, nous restons en relations avec ceux que nous aimons, puisque l’amour appartient à ce qui demeure éternellement. Ce n’est donc pas que l’on retrouve nos chers disparus, mais il me semble que nous restons en relation avec eux par l’amour qui existe aujourd’hui entre eux et nous aujourd’hui. J’imagine que cet amour restera mais qu’il prendra une dimension nouvelle, plus essentielle pour nous, parce qu’aujourd’hui cet amour est comme minimisé par le fait qu’il n’est qu’une des multiples dimensions de notre être (ce qui est tout à fait normal durant cette étape qu’est la vie en ce monde).

Il y a une résurrection essentielle qui est à vivre aujourd’hui, sur cette terre, c’est Dieu qui nous ressuscite en transformant notre cœur de chair en un cœur qui aime un peu véritablement, une pensée qui s’élève dans l’espérance et dans la confiance en Dieu. Effectivement, cette résurrection est comme un éveil à la vie, et quelque chose qui était mort en nous, des dimensions qui étaient absentes ou endormies enrichissent progressivement de plus en plus notre façon d’être et de vivre.

C’est sur cette résurrection à vivre aujourd’hui que le Christ insiste, par exemple dans Jean 11:20-27 (dialogue de Jésus avec Marthe).

Pour ce qui est du passage à travers la mort physique, nous verrons bien. Connaissant Dieu tel que nous le connaissons en Christ, de toute façon nous ne pouvons avoir que des bonnes surprises. Mais je suis toujours amusé par les théologiens qui prétendent disserter de ce qu’il y a après la mort comme s’ils le savaient très bien. D’abord nous n’y avons jamais vraiment goûté, nous n’avons jamais vécu sans corps, il est absolument impossible de savoir ce que cela pourrait être. Et même si nous en avions fait l’expérience, il serait impossible d’en parler avec des mots. Même expliquer quel est le goût des fraises à quelqu’un qui n’en aurait jamais goûté, ce n’est pas facile ! Alors pour parler de la vie après la mort, c’est comme si nous n’avions jamais goûté à une fraise et que nous voulions expliquer à d’autres ce que c’est que le goût de la fraise ! On peut essayer de s’imaginer à partir de ce que l’on a entendu dire par des personnes qui y ont goûté, mais un peu d’humilité est alors raisonnable et honnête.

Vous pouvez voir aussi l’article du petit dictionnaire de théologie : résurrection

Mais en réalité, nous avons déjà une certaine expérience de cette affirmation de la Bible : l’amour est plus fort que la mort. Par exemple quand nous continuons à aimer une personne dont le corps est mort. Et nous avons une certaine expérience de la résurrection : alors qu’une catastrophe avait frappé notre existence, quand nous avons pu reprendre pied dans la vie, dans un cheminement, avec encore une part de bonheur à vivre.

Bravo de vous poser des questions ainsi !

pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *