Quels « avantages » d’une spiritualité religieuse, par rapport à une spiritualité sans dieu ?

Par : pasteur Marc Pernot

Illustration : une personne en train de forcer pour décoller en parapente -

Question d’un visiteur :

Bonjour,

Je suis une jeune femme protestante et avant de vous poser ma question, j’aimerais vous remercier pour votre site que j’apprécie beaucoup.

Certaines personnes se disent spirituelles, mais pas religieuses. On entend parler d’une spiritualité sans dieu, sans religion…

Religion et spiritualité sont deux mots différents, parfois confondus. Pourtant j’ai l’impression qu’ils sont intimement liés. Pour moi quelqu’un qui se dirait religieux et n’aurait pas de spiritualité serait assez éloigné de la religion… Je pense que la religion a besoin de spiritualité. Mais inversement, si la spiritualité est présente dans la religion, a-t-elle besoin de cette dernière pour exister ?

Si on considère que la spiritualité est une quête personnelle, un chemin individuel, un travail sur soi-même, on peut s’imaginer qu’elle soit le choix de quelqu’un, même sans Dieu. Dans cette optique, quels sont alors les « avantages » d’une spiritualité religieuse (par opposition à une spiritualité sans dieu) ?

Je serais ravie d’avoir votre avis sur cette thématique, dans un temps où les religions traditionnelles ont tendance à perdre du terrain et la spiritualité athée à prendre de l’essor.

Cordialement

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

Mil mercis pour les encouragements en ce qui concerne le site !

Vous avez tout à fait raison de distinguer le spirituel, la foi et la religion.

La religion est un exercice de musculation pour notre réflexion et notre foi. La religion est en partie communautaire (en particulier le culte, les formations, discussions…) mais aussi intime (la prière, la réflexion, la lecture…). A chacun de choisir ses activités, son rythme, le dosage entre les activités collectives et privées.

Certaines personnes identifient foi et religion, cela me parait effectivement un peu dangereux, et aliénant. Dans notre sensibilité protestante, nous faisons bien la distinction, et insistons sur la plus grande sincérité et intériorité, relativisant les rites et l’institution de l’église. Nous faisons bien attention à ce que le sommet de ce que l’on vit ne soit pas à l’église, mais que cela puisse être dans notre cœur et dans notre tête, dans notre vie, notre cheminement, notre croissance.

Pour nous, chrétien, la spiritualité est une ouverture à Dieu, une recherche de Dieu, parfois un contact avec Dieu. Pour un athée, il est possible d’avoir des temps de méditation aussi. Mais pour nous, c’est une méditation devant Dieu, ou dans l’espérance de Dieu. Mais il n’y a pas de frontière étanche entre les deux.

Quel avantage alors d’être dans une spiritualité avec Dieu plutôt que sans Dieu ? A mon avis elle est immense :

  • D’abord, ce qui est certain, c’est qu’en s’ouvrant à ce que l’on appelle « Dieu », on bénéficie de l’immense champ de la théologie : un débat avec des millénaires de textes, de pistes de recherches diverses, de prière, d’expressions artistiques, de courants philosophiques, d’engagements politiques ou caritatifs, d’idéaux. Un trésor accumulé depuis des centaines de générations. Une œuvre plurielle et encore en chantier, ouverte pour que nous apportions notre pierre à l’édifice.
  • Ensuite, il me semble sain (sans t) d’avoir une spiritualité qui reconnaît qu’il y a une dimension qui nous dépasse, et même plus que cela : une autre dimension, une source en amont de tout ce qui est bon et beau, et une dignité qui dépasse toute question de performance de notre être, et une visée ultime. Dieu est au moins cela.
  • Enfin, et non des moindres, la différence entre une spiritualité sans Dieu et une spiritualité avec Dieu, c’est… Dieu. Je suis convaincu (et ne suis pas tout à fait le seul) qu’il est effectivement une source d’évolution dans le monde, depuis l’aube de l’univers, en encore maintenant, particulièrement dans l’humain. La spiritualité chrétienne est alors pas seulement une recherche de progression personnelle, c’est cette ouverture confiante à Dieu qu’est la prière, c’est une recherche délibérée de bénéficier de l’aide de Dieu, c’est un modeste mais opiniâtre effort de progresser dans la cohérence entre ce Dieu et notre pensée, nos paroles et nos actes…

Cela dit, si une personne choisit d’avancer en dehors de toute référence à Dieu, c’est bien son droit et sa recherche, et même ce qu’elle appellerait sa « spiritualité » peut être excellente et féconde. Je ne pense donc pas que nous devrions nous sentir en opposition entre les personnes ayant une quête spirituelle sans dieu ou avec Dieu. Nous pouvons débattre, travailler ensemble sur bien des points. Avec même un enrichissement dans ces débats : celui de ne pas se sentir comme possédant LA Vérité avec un grand V.

Mais je ne pense pas que la spiritualité chrétienne perde du terrain aujourd’hui. Bien au contraire. J’ai rencontré un grand nombre de jeunes adultes qui s’intéressent. Ils ont la plupart du temps une qualité d’intelligence et de foi, de sincérité et de liberté, de solidarité… impressionnante. Cela me rend optimiste pour l’avenir de l’humanité et de ce monde.

Bien cordialement

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *