Est-ce que Dieu nous pardonnera d’avoir divorcé et de vouloir nous remarier ?

Deux mariés veulent aller dans des chemins différents (illustration) - http://www.flickr.com/photos/29370225@N03/6446336787 Found on flickrcc.net

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour pasteur,
je suis très ennuyée.
Je suis actuellement en couplé avec un collègue depuis 1an et demi. il est en procédure de divorce. Cela se passe très bien et avec ses enfants également.
Nous nous sommes rapproché car nos couples ne fonctionnaient plus.
Nous avons échoué dans nos couples et cela me perturbe énormément. Je culpabilise beaucoup et demande pardon à dieu de l’avoir blessé. Pensez vous qu’il nous pardonnera? Nous voulons avancer dans l’amour et la foi mais ne sommes nous pas adultères aux yeux de dieu? Jesus avait des paroles très dures au sujet du divorce et de l’adultère. Et il est dit que les adultères n’hériteront pas du royaume des cieux. Comment peut on traduire cela ? Peut il nous pardonner dans ce cas avec les souffrances que cela engendre pour les autres ?

Merci pour votre réponse.

Réponse d’un pasteur :

Chère madame

D’abord, la base même de l’Evangile est le pardon et même plus, c’est la tendresse de Dieu, sans condition. Donc, rien à craindre de ce côté là.

Ce qui nous est demandé, c’est de faire au mieux, de ne pas faire les choses à la légère. Cela n’a pas l’air d’être votre cas, franchement.
Le divorce n’est jamais une bonne chose, mais il arrive que ce soit la moins mauvaise.

  • C’est le cas quand le couple fait plus de mal que de bien : pour les deux conjoints et donc aussi pour les enfants. Il est bon alors de reconnaître cet échec, prendre le temps de la séparation, du célibat, avant de reprendre si cela se trouve une nouvelle relation, et donc un nouveau projet de couple stable.
  • Par contre certaines personnes divorcent simplement pour tenter une nouvelle vie avec une nouvelle personne, connaître à nouveau le plaisir de la séduction, du flirt, des premiers émois, de la découverte d’un autre. Cela ne me semble alors pas une bonne idée, je ne pense pas que l’on doive zapper sa vie, son couple, comme on zappe un programme sur son écran.

Personne n’est mieux placé que vous-même pour savoir plutôt dans lequel de ces deux cas (schématiques, évidemment). L’aide de Dieu est d’une grande aide pour faire le point. Elle est cherchée dans la prière, à plusieurs reprises, avant de réfléchir et de décider.

Si donc, dans vos situations particulières, le divorce vous apparaît être la moins mauvaise des solutions :

  • Cela demande alors de le faire, et de le faire le plus humainement, le plus respectueusement possible. C’est ce que vous m’avez l’air de faire, puisque cela se passe bien avec vos anciens conjoints. Et que cela se passe bien pour les enfants (il est essentiel que jamais un des deux parents dise du mal de l’autre devant les enfants, bien entendu, que l’on soit en couple ou séparés)
  • Cela appelle à faire un effort de lucidité et de repentance, ce que vous m’avez l’air de faire.
  • D’essayer (on fait ce que l’on peut en ce domaine) de pardonner à l’autre : ce que vous avez l’air d’arriver à faire puisqu’il n’y a pas un mot de récrimination vis à vis de vos anciens conjoints.
  • Ensuite d’essayer de se pardonner les causes de cet échec. C’est plus difficile, et vous semblez effectivement en être à cette difficulté là. C’est pourtant utile afin d’avancer, de regarder en avant, de bâtir, de progresser. L’aide de Dieu, et son formidable pardon nous aide sur ce chemin. D’ailleurs c’est ainsi que je comprends la prière du « Notre Père » que Jésus nous a offerte : qu’il nous pardonne et qu’il nous aide à pardonner (aux autres et à nous-même) : lui demander l’un comme l’autre.

Il serait donc dommage de rester dans cette crainte de Dieu, car cela risque de perturber votre ouverture à son aide. Au contraire, sachant sa bienveillance, sentant sa tendresse par la prière et la contemplation : nous avons envie de nous ouvrir à la force de son aide pour soigner, pacifier, nous élever et nous bonifier, nous éclairer et nous permettre ainsi d’inventer de belles choses.

Je ne pense pas qu’il faille penser que Jésus exclut quiconque du Royaume. Il relève la femme adultère et lui dit qu’il ne la condamne pas et l’encourage à avancer dans la paix. Mais c’est ce qui est méchant en chacun de nous que Dieu élimine, c’est ce qui nous trouble, nous tire vers le bas, c’est ce qui nous fait souffrir et nous rend égocentrique. Ce sont ces dimensions de nous mêmes que Dieu élimine : et c’est une bonne nouvelle, c’est un soin comme un chirurgien soigne une appendicite.

Alors, effectivement, il est le Dieu du pardon et de la résurrection. Et le fait que vous pensiez au mariage pour ce nouveau couple est une excellente chose. Cela montre que vous ne vivez pas en zappant mais en vous engageant, en construisant.

Dieu vous bénit et vous accompagne

par : pasteur Marc Pernot

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *