Est-ce que les Amérindiens du temps de la Bible sont en enfer car ils n’ont pas entendu parler du Christ ?

Un amérindien dans le Dakota du Sud, en habits traditionnels avec des plumes, en train de danser - Photo by Andrew James on UnsplashPar : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Dieu d’Israël ou Dieu universel ?
Je me demandais est-ce que les Amérindiens du temps de la bible sont en enfer car ils n’ont pas entendu parler de Dieu? Je crois que Dieu s’est manifesté de façon différentes dans le monde et que le point que nous devrions retenir des différentes religions est tous ce qui touche à l’amour et rien d’autre.

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

Et bravo pour votre réflexion, votre ouverture à la bienveillance, votre confiance en Dieu comme amour universel. Votre ouverture aux multiples chemins inspirés par Dieu aux humains à travers les siècles et les religions.

Je suis bien d’accord avec vous sur le fait que Dieu s’adresse à nous de bien des façons. C’est en quelque sorte ce que dit Jésus quand il nous encourage à aimer Dieu de tout notre cœur, de toute notre âme, de toutes nos forces et de toute notre intelligence. La connaissance de Dieu en Christ est la seule partie de l’intelligence,une sur les quatre dimensions proposées. C’est vrai que l’intelligence est une dimension importante de l’humain et de sa capacité à avancer. Mais ce n’est pas tout. C’est ainsi que Jean dit, dans sa première lettre, que « quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu », c’est équivalent pour lui à confesser Jésus-Christ publiquement.

Mais de toute façon, Dieu ne nous aime pas en fonction de notre performance à l’aimer, ou à bien agir. Dieu nous aime et nous garde parce qu’il nous aime et choisit de nous garder dans son amour, et donc de nous garder dans la vie.
C’est cette nouvelle, appelée en langage théologique « la grâce de Dieu », son amour inconditionnel et efficace pour nous sauver, qui est le cœur même de l’Evangile. Et cela fait disparaître (ou devrait faire disparaître), toute menace de la prédication chrétienne, toute peur de Dieu. Et nous concentrer, comme vous le dites, sur la gratitude d’être aimé. Cela a bien des chances de nous inspirer nous même d’aimer un petit peu plus, un peu plus véritablement.

Dieu vous bénit et vous accompagne de cet amour puissant, efficace.

par : pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *