Le pasteur lui a dit que sa fausse couche était une sanction de Dieu, et qu’elle devait se repentir.

femme sur la place écartant les bras et prenant l'air marin sur son visage - Photo by Tori Wise on UnsplashPar : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour pasteur,
Il y a quelques temps j’étais dans une communauté (je l’ai quittée depuis), dans laquelle une jeune femme a fait un jour une fausse couche après s’être mise en colère contre sa fille. Le pasteur lui a indiqué que ce n’était pas une coïncidence mais une sanction de la part de Dieu mais que si elle demandait pardon le Seigneur lui redonnerai cet enfant plus tard. C’est ce qu’elle a fait et deux ans après sa fausse couche elle mettait au monde une petite fille. J’ai été profondément marquée par cet événement. Entre temps ce même pasteur a eu une prophétie sur le fait que Dieu nous indiquait que les enfants qui naitraient après 2012 auraient très peu de chance d’être sauvés et ne le seraient que dans des conditions particulières et notamment avec des parents qui seraient très encrés dans la foi et donneraient une éducation chrétienne exemplaire. Malgré cette prophétie qui nous rendaient très hésitants et désirant agrandir notre famille quelque temps plus tard nous avons décidé de remettre ce projet entre les mains de Dieu mais j’ai alors moi même fait une fausse couche. Cette fois-ci le pasteur m’a indiqué qu’il s’agissait d’une protection de la part de Dieu. J’ai alors demandé si le Seigneur me redonnerai cet enfant (bien que sceptique sur le sujet mais tellement désireuse que ce soit possible) et il m’a indiqué que oui Il me le redonnerai, c’était il y un peu plus d’un an (j’ai subi depuis une opération car après examens les médecins ce sont aperçus que j’avais une brèche utérine suite à une précédente césarienne). Ma question est donc de savoir si effectivement le Seigneur non pas peut car Il peut tout mais agit de cette façon en cas de fausse couche et redonne le même enfant? La prophétie m’interroge également et pour en avoir discuté avec d’autres chrétiens d’autres communautés qui m’ont fait part de leur désaccord j’aimerai connaître votre position.
Je vous remercie d’avance pour votre réponse.
Soyez bénis !

Réponse d’un pasteur :

Bonjour Madame,

Vous avez bien fait de quitter cette communauté.

C’est à mon avis totalement de la manipulation, et et pire : de la manipulation par la menace, par la peur, par la torture.

  • C’est extrêmement cruel de rendre cette femme comme responsable de la mort de son enfant en gestation.
  • C’est criminel de faire passer Dieu pour un assassin, capable de tuer un embryon innocent pour la faute supposée d’une autre personne.
  • En plus, ce pasteur se fait passer pour la bouche du très-haut ?

Le Seigneur veut le meilleur pour vous et pour votre famille. Il est le Dieu de la vie, et s’il y a quelque maladie ou dysfonctionnement ce n’est jamais par sa volonté. Il nous aide et nous encourage à nous soigner, et à chercher les solutions. Et il lutte avec nous, jamais contre nous, ni contre une jeune vie qui ne demande qu’à vivre.

Et si la maladie est la plus forte, ce qui arrive hélas, c’est malgré la volonté de Dieu mais néanmoins il nous aide à continuer notre route, par un autre chemin où il nous bénira aussi.

Ce n’est jamais le même enfant qui peut naître après la mort d’un autre. Chaque enfant est unique. C’est aussi une question de biologie, chaque ovule, chaque spermatozoïde est un peu différent. Les enfants sont seulement frères ou sœurs. C’est pourquoi on est bien en droit de pleurer et de prendre le deuil après une fausse couche. Il arrive de donner un nom et de faire une cérémonie pour entourer la famille dans ce deuil. Quand à l’enfant disparu ou non né, Dieu est assez grand pour s’occuper de la suite. Il sait ce qu’il a à faire, et il le fera bien.

N’ayez aucune crainte de Dieu, il est d’un amour infini, même pour les pécheurs que nous sommes tous.

Fuyez les mauvaises compagnies.

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Marie-Anne dit :

    Ce pasteur a oublié qu’il devait partager l’amour du Christ. Son rôle est d’apporter du réconfort à cette femme et non pas de la blâmer ce que Jésus n’aurait jamais fait

    • Marc Pernot dit :

      La question, c’est que même si l’on ne tombe pas sur un pasteur comme cela, quand nous vient une catastrophe nous avons facilement tendance à nous demander « qu’est-ce que j’ai fait au bon dieu pour que ça me tombe dessus », et de nous en rendre plus ou moins responsable. Parfois, ce prédicateur moraliste est dans notre tête.

  2. Gérard dit :

    Certains religieux ont une maladresse dans leurs dires. Certains font même de l’orgueil spirituel considérant que toutes leurs pensées sont bonnes puisque envoyées par l Esprit Saint. Et ils abondent dans leurs façons d être auprès de multiples personnes , sachant que ces dernières ne peuvent pas la plupart du temps contredire, sauf après résultat. S ils avaient solution en tout , ça se saurait et les églises et temples seraient bondées de fidèles en remerciement.
    Dieu agit à sa propre façon, tout en voulant notre bien. Mais ce  » bien  » , ce bonheur qu il veut nous donner n est pas toujours comme on peut l attendre.
    Il y a un verset qui en témoigne grandement en ce sens  » mes pensées ne sont pas vos pensées, ma façon d agir ne ressemble pas à la vôtre, etc…. « .
    Pourtant il veut notre bonheur selon sa propre volonté et il n est pas fautif de ce monde en souffrance. Il nous donne son fils Jésus chaque jour pour mieux vivre, espérer et accomplir notre développement personnel.
    C’est normal qu une personne ayant un problème se fasse conseiller , pour le malade auprès du médecin, et pour le point de vue spirituel auprès d un pasteur ou prêtre. Mais dans les deux cas, ce ne sont que des hommes, des êtres imparfaits.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *