Les enfants nés d’adultère, sont-ils Enfants-de-Dieu, ont-ils droit au Salut ?

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. MK dit :

    Dans votre article “Les enfants nés d’adultère, sont-ils Enfants-de-Dieu, ont-ils droit au Salut ?” vous répondez à cette question par l’affimative.

    Exode 34 dit ceci: “6… L’Éternel, l’Éternel, Dieu miséricordieux et compatissant, lent à la colère, riche en bonté et en fidélité,
    7 qui conserve son amour jusqu’à mille générations, qui pardonne l’iniquité, la rébellion et le péché, mais qui ne tient point le coupable pour innocent, et qui punit l’iniquité des pères sur les enfants et sur les enfants des enfants jusqu’à la troisième et à la quatrième génération ! »

    Ici, l’iniquité des pères est l’adultère. Dans le verset 7, Dieu dit qu’il ne tient point le coupable pour innocent, et qui punit l’iniquité des pères sur les enfants…

    Dans ce contexte, je crois que l’enfant a droit au salut, mais que les parents doivent passer D’ABORD par une démarche de repentance afin que Dieu, selon le verset 7, leur « pardonne l’iniquité, la rébellion et le péché » que constitue leur adultère. Je crois que c’est à ce prix-là SEULEMENT que l’iniquité des parents ne sera pas punie sur l’enfant adultérin, toujours selon le verset 7, n’obstruant pas ainsi, le droit au salut de l’enfant.

    Ceci est mon opinion personnelle. Donnez-moi la vôtre, s’il vous plait.

  2. Marc Pernot Marc Pernot dit :

    Bonjour

    En réalité, la traduction “Dieu punit l’iniquité des pères sur les enfants… ” est une interprétation du traducteur, qui est très discutable. Le verbe “traduit” par “punit est le verbe hébreu paqad qui veut dire visiter quelqu’un, veiller sur quelqu’un. Cette vigilance pourrait être une action négative, mais ce n’est pas logique puisque juste avant, il est dit que l’Eternel conserve son amour pour DES MILLIERS de générations, c’est à dire quelque chose comme au minimum 50.000 ans ! Le traducteur a mit “punir” car c’est la logique humaine de garder rancune et de vouloir que pour un œil crevé, on crève l’œil du coupable. Telle n’est pas la logique de Dieu, qui est la logique du pardon et de l’amour. Amour pour le coupable, car s’il est coupable c’est qu’il a un truc qui ne va pas, et doit donc être soigné. Donc oui, heureusement que Dieu ne tient pas le coupable pour innocent, ce serait comme un médecin qui déclare simplement que le malade est en bonne santé et donc ne le soignerait pas. Au contraire, Dieu soigne le coupable, cherche à lui faire du bien, à le bénir. C’est ce que révèle Jésus quand il dit que Dieu n’est pas dans la logique de la loi “œil pour œil”, mais dans celle de l’amour de ses ennemis. Et il aime bien entendu et soigne d’autant plus les enfants du coupable, bien sûr, dans la mesure où leurs parents n’étaient pas au mieux de leur forme.

    Ensuite, l’amour est sans chantage. L’amour n’attend pas que le coupable passe d’abord par la repentance pour que Dieu l’aime, lui pardonne et espère qu’il progressera. C’est précisément ce que Jésus dit à propos de l’amour des ennemis (Matthieu 5:44,45), et c’est ce que fait Jésus quand il prie pour le pardon des soldats romains qui viennent de le crucifier et qui, non seulement n’ont alors aucune démarche de repentance, mais en plus sont en train de voler les affaires de Jésus et de se moquer de lui (Luc 23:34).

    Si Dieu est comme cela pour le coupable, comment peut on imaginer une seconde qu’il voudrait punir les enfants de la faute de leurs parents ? Si un pays avait une telle loi, tout le monde crierait au scandale, et heureusement. Quelle justice serait-ce cela ? (on ne peut même plus alors parler d’amour ou de grâce de Dieu) ?

    Bien cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *