Warning: Declaration of WPDI_Plugin_Installer_Skin::feedback($string) should be compatible with WP_Upgrader_Skin::feedback($string, ...$args) in /home/clients/8063358fdacdd22fb52f0a802851f729/web/wp-content/plugins/classic-editor-addon/vendor/afragen/wp-dependency-installer/wp-dependency-installer.php on line 526
Perspective : Tu aimeras ton prochain… même s’il est étranger ?

Perspective : Tu aimeras ton prochain… même s’il est étranger ?

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Christian dit :

    Merci pour cette réflexion ! Et puisque nous y sommes invités, c’est bien volontiers que j’entre en débat.

    La dialectique du début du texte est profonde, honnête et vraie, responsabilisante sans être pour autant simpliste.

    Pourquoi faut-il que le dernier paragraphe, comme la morale d’une fable, soit aussi discutable ? Est-ce pour faire réagir ? Alors d’accord.

    1. “L’incarnation du Messie a lieu dans une famille métissée” ? A priori, et Marie et Joseph étaient juifs, nés juifs enfants de juifs. On ne peut vraiment pas appeler cela une famille métissée (même s’il y a quelques “femmes étrangères dans les généalogies de Jésus”, dans une lointaine ascendance).

    2. “Les circonstances historiques ont poussé les premiers chrétiens à sortir d’Israël, à s’ouvrir aux peuples étrangers pour les accueillir” ? Cela me semble faux, d’abord, et passe complètement à côté de l’objet de cet article. C’est faux parce que la fonction même du Messie comprend une ouverture à toutes les nations, selon les promesses faites à Abraham et l’attente des prophètes. Et cela passe à côté de l’objet de l’article, parce que cela donnerait l’idée que cette ouverture des premiers chrétiens aux peuples divers est un accident conjoncturel alors que c’est inhérent à la reconnaissance de Jésus comme Christ, comme le Messie attendu.

    3. C’est pourquoi, il ne me semble pas correct de dire que “Le Messie lui-même est fécondé (si l’on ose dire) par sa confrontation avec une femme cananéenne qui l’ouvre à tout un pan de sa mission qu’il avait jusque-là laissé de côté”. D’abord parce que cela voudrait dire que Jésus était débile et ne savait même pas, ou aurait négligé tout un pan de sa fonction de Christ (le salut pour toutes les nations). Ensuite parce que ce n’est pas vrai que la façon d’accomplir sa mission aurait été infléchie après cette rencontre. Ensuite parce que si l’on prend cette histoire à ce niveau là, l’étranger est considéré comme un petit chien par rapport aux compatriotes qui sont des enfants de la famille…

    4. L’annonce de l’Evangile aux païens est ici appelé “ouverture aux peuples étrangers pour les accueillir” et “cela devrait inciter à l’accueil” ? Cela me semble être un curieux raccourci. Est-ce qu’annoncer son Dieu, sa théologie, son témoignage est un “accueil” ? Cela dépend comment c’est fait, entre prosélytisme et partage, voire colonisation. Cela en tout cas cela ne dit pas grand chose sur “l’accueil” des étrangers que semble promouvoir la morale de cet article. La Bible me semble ici être instrumentalisée grossièrement au service d’une idéologie. C’est bien dommage car la première partie de l’article me semblait bien parti.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *