J’ai injurié Dieu et l’Esprit Saint, est-ce récupérable ?

Chapelle Sixtine

Chapelle Sixtine : saisissante représentation d’un damné. Juste pour nous faire peur ?

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Cher Pasteur,

Si vous le permettez, je souhaiterais vous posez quelques questions qui me travaillent. Voilà durant mon adolescence, j’étais très croyant jusqu’à la mort de ma mère, à ce moment j’ai perdu toute foi et espérance envers Dieu.
J’ai tellement été blessé par ce qui s’est passé que j’en ai voulu à Dieu … Il m’est même arrivé de prier Satan et d’insulter verbalement le Saint Esprit pour voir si Dieu allait écouter mes supplications et mon mal-être, mais rien ne s’est passé.

Aujourd’hui bien des années après je regrette profondément tout ça. Je prie Dieu chaque jour et le Saint Esprit pour demander pardon, mais rien ne se passe je suis toujours aussi triste et malheureux. Je pense que Dieu m’a banni pour avoir blasphémer. Je pense également que Dieu ne m’écoute pu mes prières. Moi tout ce que je souhaite serait de renouer un contact avec Dieu, et de tout recommencer à zéro . Je me sens tellement mal si vous saviez.

Pensez-vous qu’il soit déjà trop tard pour moi ?

En espérant ne pas vous avoir importuné.
Merci cher Pasteur
Cordialement,

Réponse d’un pasteur :

Cher Monsieur

Bravo de vous poser des questions, c’est comme cela que l’on avance, et donc surtout sentez vous libre de voir dans mes tentatives de réponse non pas LA réponse mettant un point final à ce questionnement, mais plutôt une occasion de poursuivre ce questionnement.

Il est tout à fait normal d’avoir un sentiment de révolte face à l’injustice et à la cruauté. Je ne sais pas pourquoi votre mère est morte, mais il est possible, si elle était jeune, que cela ait été le cas. Or, bien des personnes pensent que Dieu serait tout puissant, du coup, quand survient un événement cruel et injuste, bien des personnes perdent la foi. C’est d’autant plus dommage que la notion-même de toute puissance de Dieu est très discutable, et est remise en cause par de très nombreux théologiens catholiques comme protestants.

De toute façon, quand bien même vous auriez maudit, injurié, Dieu, l’Esprit Saint, le Christ… la base même de l’Evangile du Christ est que l’amour de Dieu est plus fort que tout. Et que jamais Dieu ne cessera d’espérer en chacun de nous.

Cela est une évidence non seulement dans les actes de Jésus, en permanence, mais encore dans ses paroles, par exemple celles-ci, qui sont célébrissimes (à juste titre) :

  • Jésus dit : « Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent, vous serez alors les enfants de votre Père qui est dans les cieux; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes… » (Matthieu 5:44-45)
  • Face à des intégristes qui le critiquent de bien accueillir ce qu’ils considèrent comme d’horribles pécheurs bon à seulement être envoyés à la poubelle, Jésus répond avec cette parabole : « Lequel d’entre vous, s’il a cent brebis, et qu’il en perde une, ne laisse les quatre-vingt-dix-neuf autres dans le désert pour aller à la recherche de celle qui est perdue, jusqu’à ce qu’il la trouve? Lorsqu’il l’a trouvée, il la met avec joie sur ses épaules, et, de retour à la maison, il appelle ses amis et ses voisins, et leur dit: Réjouissez-vous avec moi, car j’ai trouvé ma brebis qui était perdue. De même, je vous le dis, il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent, que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de repentance. » (Luc 15:2-7). Donc même la plus perdue des brebis perdue (et vous en êtes loin, n’exagérons pas !), sera non seulement recherchée par Dieu, mais certainement trouvée par ce bon berger qu’est Dieu. Et vous en êtes une manifestation, évidemment, comme nous tous, même si nous étions la plus perdue des brebis perdues. Et donc, si l’on écoute Jésus, vous n’êtes pas banni par Dieu, mais au contraire vous êtes une occasion de grande fête & joie pour lui. Evidemment.

À l’image des personnes qui critiquaient Jésus pour son accueil des pécheurs, Il y aura peut-être des chrétiens pour vous dire que, désolé, mais qu’il y a un verset qui dit que même Dieu ne peut nous sauver du blasphème contre l’Esprit Saint (Matthieu 12:31). Jésus nous mettrait-il ainsi en garde contre une phrase qu’il ne faudrait surtout pas dire parce qu’elle pourrait complètement fâcher Dieu contre nous, et cela définitivement ? C’est impossible car l’Évangile annonce donc le pardon de Dieu de façon radicale. Mais Jésus nous met en garde contre un danger mortel : en rejetant l’Esprit nous privons notre être de la dynamique d’évolution du créateur de l’univers. Alors, malgré la bonne volonté de Dieu et malgré tout son amour pour nous, nous risquons de régresser et de mourir. Par exemple, Dieu ne peut pas forcer quelqu’un qui ne le veut pas à être libre. Mais cet inconvénient cesse dès que l’on s’ouvre à nouveau à l’Esprit Saint. Il suffit d’un début d’espérance, un début de recherche de Dieu, et déjà, cela lui permet de faire à nouveau circuler en nous quelque chose de sa bénédiction.

Ne craignez donc rien, jamais il n’est trop tard. Bien sûr.
Et Dieu n’a jamais cessé et ne cessera jamais de vous appeler, de vous espérer, de vous trouver et de vous bénir.

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

43 réponses

  1. Débby dit :

    Bonjour,

    Merci pour ce témoignage. Dieu ouvre ses bras à chaque personne repentante prête à revenir à lui. Allez vous confesser et tout reviendra dans l’ordre car la misericorde de Dieu est infini.

    • Marc Pernot dit :

      Bien utile de se confesser à Dieu : afin qu’il nous aide à avancer.

      • Judickael Labeau dit :

        Le mal me traite de blasphèmateur et il injuri le nom de DIEU Dieu et m’accuse alors que je ne veut pas et je lutte les pensé vienne du cœur mais une autres voix bonne me dit reste car Dieu veut t’a repentance et cette voix c’est m’a Foi car Dieu n’a pas décidé celà pour moi . Dite moi car je me posé des question

        • Marc Pernot dit :

          Bravo, continuez simplement à laisser vivre en vous cette foi en Dieu, c’est à dire cette confiance dans l’amour de Dieu pour vous, amour plus fort que tout et qui vous garde, et qui vous gardera toujours. Dieu est fidèle, il a promis de vous accompagner, il le fera.

          • Anaïs dit :

            Si vous avez des solutions ça me va, car j’ai peur d’aller en enfert , alors que je ne peux pas contrôler mes paroles intérieures et mes pensées, je souffre j’ai tout donné et je ne veux pas aller en enfert

          • Marc Pernot dit :

            Dieu est amour, pardon, bénédiction.
            Vous pouvez lui faire confiance.
            Mieux vaut l’injurier que de l’oublier.
            En vous souhaitant le meilleur, que bientôt Dieu soit pour vous l’ami fidèle, le réconfort si précieux pour vous.
            Entre deux injures, alors, vous pourrez de temps en temps commencer à balbutier un début de louanges.

          • Anaïs dit :

            Merci beaucoup pour votre réponse, je vais essayé même si je souffre vraiment ..
            Que Dieu le tout puissant vous bénisse !💟

          • Marc Pernot dit :

            Dieu (qui est plus tout-amour que tout-puissant, à vrai dire) vous comprend.

        • Anaïs dit :

          Je vis la même chose , sans le vouloir et je souffre , je déprime, je prie mais rien ne se passe , normalement je ne l’aurai pas insulté mais ça se passe dans mon coeur et il brûle et brûle je n’en peux plus

          • Jeremy dit :

            Dieu est bon et miséricordieux, il va vous pardonner juste avoir la Foi que Dieu vous entend et il vous aime et jamais écouter les pensées contraire sa peut être dur mais avec la FOI tout est possible 🙏🏽

        • karene dit :

          Je suis dans la même situation, j’ai tellement peur de décevoir mon DIEU

          • Marc Pernot dit :

            Bonjour Monsieur
            Prenez courage, je peux vous affirmer le pardon de Dieu, et sa force pour vous aider à avancer et à faire du bien autour de vous. Pour le reste, il serait mieux de prendre contact avec un pasteur d’une église protestante (réformée ou presbytérienne), ou un prêtre catholique près de chez vous. Que vous puissiez le rencontrer.
            Si vous êtes frappé par une dépression, il n’y a pas de honte à cela, cependant c’est une maladie comme une autre, qui demande à être soignée par un médecin.
            Dieu vous bénit et vous accompagne.

    • Scott dit :

      Bonjour Monsieur Marc Pernot.
      Je voulais vous dire qu’il arrive souvent à avoir des mauvaises pensées,des pensées mal,des pensées fausses et/ou des pensées qui n’ont pas de sens.
      Tout cela a commencé le 10 Juillet 2020 quand j’avais vu écrit dans la Bible que quiconque blasphèmera ou parlera contre le Saint-Esprit ne sera point pardonné ni dans ce siècles,ni dans le siècle à venir.
      Juste après l’avoir lu j’ai commencé à avoir peur de l’avoir fait et soudain j’ai eu dans ma tête ou dans mon cœur une pensée d’insulte ou d’injure sur le Saint-Esprit,après j’ai commencé à avoir peur et je me demande jusqu’à maintenant si je l’ai fait ou pas.J’ai encore des choses à vous demander mais s’il vous plaît faites moi savoir si je l’ai fait ou pas,car bientôt ça fera un an.

      Merci à vous de m’écouter.

      • Marc Pernot dit :

        Bonjour monsieur
        Vous vous intéressez à Dieu, donc vous n’êtes certainement pas dans cette situation.
        Par ailleurs, en Dieu, jamais personne n’est abandonné.
        Peut-être que vous pourriez lire l’article et les commentaires ci-dessus ?
        En tout cas : Dieu vous bénit et vous accompagne.

        • Scott dit :

          Monsieur Marc Pernot j’avais déjà lu et je me pas totalement rassuré,car quand j’ai souvent de mauvaises pensées dans mon cœur ou dans ma tête,je me dis que si je les rejette et les chasse pas j’insulte ou blasphème alors que non,c’est faux je ne le/les fait pas.Il arrive que ces pensées soient contre l’Esprit-Saint(me disant alors si c’est moi qui blasphème ou pas),contre Dieu ou Jésus,Merci de m’aider.

          Et je voulais aussi vous demander si le blasphème contre le Saint-Esprit c’est l’insulter,le dénigrer,l’injurier ou mal parler de lui.

          Merci à vous et bonne soirée.

          • Marc Pernot dit :

            déjà le fait de se poser la question montre que vous n’êtes pas coupé de l’Esprit.
            Faites seulement confiance en l’amour de Dieu.

          • Scott dit :

            Merci
            Donc le blasphème contre le Saint-Esprit c’est l’injurier ou l’insulter ?
            Et c’est l’insulter en pensées ,dans le cœur ou en paroles ?

          • Marc Pernot dit :

            c’est se couper soi-même de tout élan de vie.
            Dieu ne condamne pas à mort pour autant, mais cela ne lui facilite pas le boulot !

  2. Jnbaptiste dit :

    Je ne suis pas protestant, mais je suis de nouveau content de servir Dieu.

  3. Corentin dit :

    Bonjour, voilà, j’ai 13 ans et j’ai une question,

    Quand j’étais petit je demandais à Dieu quelque chose de stupide, (je me sens tellement humilié et idiot maintenant) de par exemple gagner cette partie sinon dieu n’existerai pas… (désolé) et si je perdai, j’insultais Dieu et Jésus… En ce moment, j’ai l’impression de ne pas avoir de ‘nouvelles ‘ de me sentir seul…, comment avoir son pardon ?

    • Marc Pernot dit :

      Bonjour Corentin
      Et bravo de vous intéresser à Dieu, je suis convaincu que cela vous apportera énormément.
      La base même de ce que nous a apporté le Christ : c’est qu’il n’y a rien à craindre de Dieu, qu’il est bienveillance infinie pour vous, encore, et encore, et toujours…
      Donc comment avoir son pardon ? Il est déjà donné, bien sûr. Ce n’est donc pas un problème. Faites seulement confiance.
      C’est vrai que l’on a parfois l’impression d’être « seul », de ne pas sentir la présence de Dieu. Heureusement qu’il n’est pas d’une présence envahissante, mais discrète comme l’air qui nous entoure, qui nous emplit et que l’on oublie si facilement. Mais quand on prie régulièrement en confiance, beaucoup de personnes disent qu’elles sentent avoir été au bénéfice d’une action puissante, bien plus que ne l’aurait permis une seule réflexion intérieure face à soi-même (ce qui apporte déjà beaucoup).
      Dieu vous bénit et vous accompagne.

      • Corentin dit :

        Merci Beaucoup !!! 🙂 Vous m’avez rassure parce que j’ai appris que il y’a un péché impardonnable, le blasphème du saint esprit et pour être honnête je n’ai pas trop compris ce que c’est, pouvez vous me l’expliquer à ma façon s’il vous plaît ?

        • Marc Pernot dit :

          Il convient de se méfier des personnes qui cherchent à menacer au nom de Dieu, c’est souvent une méthode pour mieux capturer les gens et qu’ils obéissent mieux aux chefs de l’église.

          Dieu aime même ses ennemis, bénit ceux qui le persécutent et le maudissent nous affirme Jésus (Matthieu 5:45)

          Le blasphème contre l’Esprit c’est refuser de vivre puisque l’Esprit est le souffle de vie. Effectivement, même Dieu ne peut pas nous forcer ni de vivre, ni d’espérer, ni d’aimer. Ce n’est pas la question qu’il serait fâché contre nous, il est seulement attristé et inquiet. La question, c’est que Dieu a alors du mal à nous aider : comment serait-il possible de forcer une personne à aimer ?

          Vous m’avez vraiment l’air d’être une personne cherchant à avancer. Donc pas de crainte de ce côté là.

          • Corentin dit :

            Si j’ai bien compris, le suicide est péché et impardonnable ?

          • Marc Pernot dit :

            Non. Mais cela illustre bien la question : une personne qui se suicide n’est pas condamnée à mort par Dieu, elle est simplement morte. Dieu pleure cet immense gâchis, il pleure sur la peine des proches. Mais malgré tout l’amour de Dieu, cette personne est privée du reste de sa vie et le monde est privé de ce que cette personne aurait pu apporter d’irremplaçable. Je pense que c’est ce que cette personne va ressentir en passant dans la suite de sa vie : l’étendue de cette immense perte et communiera à la douleur de Dieu ? Mais encore et toujours, Dieu ne garde pas rancune.

  4. Corentin dit :

    Merci de passer autant de temps avec moi et merci de votre réponse. Si cela ne vous dérange pas, pouvez vous me dire les interdits d’un chrétien, ce qu’il ne faut pas faire… Et si nous avons fait quelque chose d’interdit mais que ne nous le savions pas, je pense que Dieu nous pardonne.

    • Marc Pernot dit :

      Jésus est plus du genre positif que de mettre des interdits.
      Quand on lui pose la question, voici comment il répond :

      Un théologien s’approcha de Jésus et lui demanda: Quel est le premier de tous les commandements?
      Jésus répondit: Voici le premier: Ecoute, Israël, le Seigneur, notre Dieu, est l’unique Seigneur:
      et: Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta réflexion personnelle, et de toute ta force.
      Voici le second: Tu aimeras ton prochain comme toi-même.
      Il n’y a pas d’autre commandement plus grand que ceux-là.
      (Evangile selon Marc 12:30-31)

      C’est une bonne méthode pour vivre, pour s’interroger sur ce que l’on pense devoir faire ou éviter de faire.

      • Cela amène à présenter à Dieu ce que l’on a vécu et ce que l’on espère, ce que l’on a sur le cœur et à prier (plus pour écouter Dieu que pour lui donner des ordres)
      • Cela amène à mettre dans cette relation à Dieu son envie d’évoluer (l’âme est l’élan de vie), sa recherche de la décision juste (le cœur), y mettre de l’intelligence (pas comme dans la soumission), et sa force (y mettre du temps et de l’énergie)
      • Cela amène à chercher, non pas à trouver tout le monde sympathique, mais à faire du bien aux autres autour de soi. Et comme on ne peut s’occuper de toutes les misères, il est bon de trouver quelles personnes seraientpour nous prioritaires.
      • Et cela demande de s’aimer soi-même pour être en forme et ne pas se laisser être esclave de quoi que ce soit ?
      • Corentin dit :

        Merci beaucoup mon ami, donc (car j’ai vu sur certains sites que à ce qu’il parait c’est vrai), que le Porc était interdit, en ce moment j’essaye de lire la Bible mais c’est très long, je crois etre à la Genèse 6-7…

        • Marc Pernot dit :

          Comme je vous le disais dans la réponse précédente, en Christ, la foi se place dans un tout autre niveau que celui d’observer des règles religieuses.
          Dieu s’intéresse et désire favoriser la qualité de la relation. Il ne s’occupe pas de notre menu, ou de rites obligatoires, laisse libre dans les croyances.
          Ensuite, si une personne pense que c’est bien de ne pas manger tel truc, peut-être si elle en fait un exercice qui l’aide à penser à Dieu dans la vie, pourquoi pas.
          Donc : dans l’ancien temps, oui, il y avait ces obligations, mais en Christ, c’est la liberté, l’essentiel n’est plus là.
          Pour lire la Bible, oui, c’est assez long. Et encore le début de la Genèse est pas mal, avec ces grands mythes. Dès que vous en avez assez de la Genèse, je vous conseille d’aller lire un des 4 évangiles. J’ai mis sur le site des conseils pour aider à lire la Bible

          • Corentin dit :

            Merci beaucoup!

          • Corentin dit :

            Je voudrais juste préciser que mon père est musulman et ma mère catholique, et je passe pas trop de temps avec mon père (en plus ils sont séparés), donc je pense être catholique.

          • Marc Pernot dit :

            S’il y a un seul Dieu, toutes les religions convergent vers le même. Vous pouvez tout à fait respecter la foi de votre père, il se tourne vers le même Dieu, à sa façon. Et les chrétiens se tournent vers Dieu à leur façon. Il y a bien des chemins pour monter au sommet d’une montagne. L’essentiel est que l’on s’élève (ou que l’on est élevé par le chemin, si l’on veut).
            Entre catholique et protestant nosu sommes très proches, et en profonde communion, en particulier sur la théologie, la Bible, et le baptême. La différence est que le catholicisme a un pape, alors que le protestant compte sur Dieu pour l’éclairer directement.

  5. Corentin dit :

    Merci ! 🙂

  6. Sophie dit :

    Bonjour, j’ai vu que vous avez écrit que le blasphème contre le Saint-Esprit c’est refuser de vivre et à un certain moment je ne voulais plus vivre, je voulais mourir ;est-ce que j’ai blasphémé contre le Saint-Esprit ? Et aussi pendant que ma mère était enceinte de moi sa mère allait faire le médecin donner des piqûres à ma mère pour l’avorter. Le médecin l’a donné une première piqûre mais ma mère a intervenu et le médecin n’a pas continué. Et j’ai pensé que mieux vaut que le médecin avait continué comme ça au moins je serai au ciel car j’aurais été innocente.Et je ne sais pas si j’ai blasphémé en pensant de la sorte. J’ai pensé comme ça part rapport à ma sœur car je ne l’aime pas par rapport à ce qu’elle m’a fait et je pense qu’à cause de ça je risque de ne pas être sauvée. De plus, je pense que je n’ai pas respecté le commandement « Aimé ton prochain comme toi même ».
    Merci de m’éclairer.

    • Marc Pernot dit :

      Bonjour
      La question est à mon avis très simple. Quand on refuse de vivre, même Dieu ne peut pas nous forcer. C’est simplement cela que veut dire cette malheureuse histoire du blasphème contre l’Esprit.
      Donc si maintenant vous vivez, c’est que vous n’étiez pas tant que cela dans le refus de la vie.
      Et manifestement, aujourd’hui en plus vous vous intéressez à Dieu.
      Le blasphème contre l’Esprit ce n’est pas, ce n’est jamais que Dieu aurait cessé de nous aimer. Dieu est amour.
      Tout va bien de ce côté là, vraiment n’ayez aucune crainte de Dieu, il vous est favorable et le restera toujours.
      Personne n’est innocent, et le pardon, l’amour de Dieu est précisément là pour ça !
      Nous avons tous du mal à aimer notre prochain, nous avons tous du mal à nous aimer nous-même. C’est pourquoi nous avons besoin de l’aide de Dieu pour avancer.
      Grand bravo à vous de vouloir avancer, ne soyez seulement pas trop exigeante par rapport à vous-même. ëtre déjà dans un cheminement dans le bon sens, pas à pas, comme vous l’êtes, c’est déjà génial.
      Dieu vous bénit et vous accompagne

      • Eri dit :

        Bonjour, j’ai récemment vu que insulter le saint esprit est un pêcher impardonnable, éternel même, je me disais si il y avait quand même un moyen de se faire pardonner. Je suis née dans une famille musulmane mais c’est plus mon père qui pratique, mais le truc c’est que je me suis intéresser au christianisme, j’ai ressenti une fort envie d’en connaître beaucoup plus sur cette religion. Donc voilà, mon problème c’est qu’il y a quelques années, je n’allais pas super bien dans ma vie, puis jai commençais à insulter dieu sur u coup de colère, et aujourd’hui je le regrette totalement, j’ai vraiment envie de me faire pardonner…

        • Marc Pernot dit :

          Bravo de vous intéresser à Dieu.
          Vraiment, vous n’avez rien à craindre de lui, pas plus que le bébé aurait à craindre de sa maman parfaite. Dieu est amour.
          Jésus affirme que Dieu va jusqu’à aimer, bénir et faire du bien à son ennemi (Mat. 5:44-48), que Dieu est comme un berger qui cherche même la plus perdue de ses brebis perdues, et qui la trouve (Luc 15:1-10).
          Ayez simplement confiance en lui. Il vous comprend et vous aime comme sa fille bien aimée.
          Dieu vous bénit et vous accompagne.

  7. Enzo dit :

    Slt Marc pernot moi aussi j’ai insulter dieu je n’allais pas très bien dans ma vie j’ai vu que c’était un pêche impardonnable mais aujourd’hui je me suis fait confesse et je vais de plus en plus vers dieu

  8. Marc Pernot dit :

    Chère Audrey
    Je vous assure que ce n’est pas Dieu qui est source de vos souffrances. Car il est et sera toujours à vos côté contre la souffrance, pour vous donner la paix, la joie, l’épanouissement.
    Il me semble vraiment que ce que vous subissez est quelque chose comme une dépression. Il vous faut tout simplement aller consulter les urgences à l’hôpital pour trouver des soins adéquats et cela ira rapidement bien mieux. La foi sera d’une grande aide pour votre rétablissement et pour votre épanouissement. Et de cette immense souffrance que vous subissez, il ne restera qu’un souvenir, et aussi une force pour mieux comprendre ceux qui souffrent.
    Dieu vous bénit et vous accompagne

  9. Stéphanie dit :

    Bonjour,
    J’ai été élevée dans une famille de non croyants. Le dimanche avant les rameaux, j’ai assistée à une messe du dimanche pour faire une demande de bapteme pour mes enfants (car c’était important pour leur père) en me disant que je n’y remettrai plus les pieds que c’était juste pour y rencontrer le prêtre et par respect, mais ça ne sais pas passé comme je l’avais prévu. J’ai ressentis quelque chose en moi, une sorte d’apaisement et quelque chose de plus profond depuis quelques semaines, mais c’est difficile à expliquer. Je sens quelque chose dans mon cœur mais aussi comme si avant j’avais une sorte de volets fermés à la place de mon ventre que je ne sentais pas et maintenant et de plus en plus souvent j’ai la sensation qu’ils sont ouverts au maximum et que quelque chose y entre ou en ressort je ne sais pas, cela pourrait ressembler à un stress mais un bon stress. Est ce normal, ou est ce peut-être ça d’avoir la foi? Je n’ose pas en parler de peur de passer pour une je ne sais quoi.
    Mais cela a changer ma vie, quoi que je fasse je ressens mon amour pour notre seigneur, je suis même en route pour faire mes communions et ma confirmation de foi à 34 ans!
    Et j’ai aussi commis des péchés et j’aimerais me faire confesser car cela me ronge de plus en plus, mais j’éprouve de l’angoisse et de la honte, je n’ose pas y aller.

    • Jeremy dit :

      Dieu te pardonnera toujours mais voici tu es pas obligé de te confesser devant un prêtre 🙏🏽Va dans ta chambre prie ton père qui est la dans le secret et demande lui pardon sincèrement et demande au Seigneur Jésus de régner dans ta vie, que tu lui donne ta vie🙏🏽🙏🏽

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *