J’ai injurié Dieu et l’Esprit Saint, est-ce récupérable ?

Par : pasteur Marc Pernot

Chapelle Sixtine

Chapelle Sixtine : saisissante représentation d’un damné. Juste pour nous faire peur ?

Question d’un visiteur :

Cher Pasteur,

Si vous le permettez, je souhaiterais vous posez quelques questions qui me travaillent. Voilà durant mon adolescence, j’étais très croyant jusqu’à la mort de ma mère, à ce moment j’ai perdu toute foi et espérance envers Dieu.
J’ai tellement été blessé par ce qui s’est passé que j’en ai voulu à Dieu … Il m’est même arrivé de prier Satan et d’insulter verbalement le Saint Esprit pour voir si Dieu allait écouter mes supplications et mon mal-être, mais rien ne s’est passé.

Aujourd’hui bien des années après je regrette profondément tout ça. Je prie Dieu chaque jour et le Saint Esprit pour demander pardon, mais rien ne se passe je suis toujours aussi triste et malheureux. Je pense que Dieu m’a banni pour avoir blasphémer. Je pense également que Dieu ne m’écoute pu mes prières. Moi tout ce que je souhaite serait de renouer un contact avec Dieu, et de tout recommencer à zéro . Je me sens tellement mal si vous saviez.

Pensez-vous qu’il soit déjà trop tard pour moi ?

En espérant ne pas vous avoir importuné.
Merci cher Pasteur
Cordialement,

Réponse d’un pasteur :

Cher Monsieur

Bravo de vous poser des questions, c’est comme cela que l’on avance, et donc surtout sentez vous libre de voir dans mes tentatives de réponse non pas LA réponse mettant un point final à ce questionnement, mais plutôt une occasion de poursuivre ce questionnement.

Il est tout à fait normal d’avoir un sentiment de révolte face à l’injustice et à la cruauté. Je ne sais pas pourquoi votre mère est morte, mais il est possible, si elle était jeune, que cela ait été le cas. Or, bien des personnes pensent que Dieu serait tout puissant, du coup, quand survient un événement cruel et injuste, bien des personnes perdent la foi. C’est d’autant plus dommage que la notion-même de toute puissance de Dieu est très discutable, et est remise en cause par de très nombreux théologiens catholiques comme protestants.

De toute façon, quand bien même vous auriez maudit, injurié, Dieu, l’Esprit Saint, le Christ… la base même de l’Evangile du Christ est que l’amour de Dieu est plus fort que tout. Et que jamais Dieu ne cessera d’espérer en chacun de nous.

Cela est une évidence non seulement dans les actes de Jésus, en permanence, mais encore dans ses paroles, par exemple celles-ci, qui sont célébrissimes (à juste titre) :

  • Jésus dit : « Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent, vous serez alors les enfants de votre Père qui est dans les cieux; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes… » (Matthieu 5:44-45)
  • Face à des intégristes qui le critiquent de bien accueillir ce qu’ils considèrent comme d’horribles pécheurs bon à seulement être envoyés à la poubelle, Jésus répond avec cette parabole : « Lequel d’entre vous, s’il a cent brebis, et qu’il en perde une, ne laisse les quatre-vingt-dix-neuf autres dans le désert pour aller à la recherche de celle qui est perdue, jusqu’à ce qu’il la trouve? Lorsqu’il l’a trouvée, il la met avec joie sur ses épaules, et, de retour à la maison, il appelle ses amis et ses voisins, et leur dit: Réjouissez-vous avec moi, car j’ai trouvé ma brebis qui était perdue. De même, je vous le dis, il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent, que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de repentance. » (Luc 15:2-7). Donc même la plus perdue des brebis perdue (et vous en êtes loin, n’exagérons pas !), sera non seulement recherchée par Dieu, mais certainement trouvée par ce bon berger qu’est Dieu. Et vous en êtes une manifestation, évidemment, comme nous tous, même si nous étions la plus perdue des brebis perdues. Et donc, si l’on écoute Jésus, vous n’êtes pas banni par Dieu, mais au contraire vous êtes une occasion de grande fête & joie pour lui. Evidemment.

À l’image des personnes qui critiquaient Jésus pour son accueil des pécheurs, Il y aura peut-être des chrétiens pour vous dire que, désolé, mais qu’il y a un verset qui dit que même Dieu ne peut nous sauver du blasphème contre l’Esprit Saint (Matthieu 12:31). Jésus nous mettrait-il ainsi en garde contre une phrase qu’il ne faudrait surtout pas dire parce qu’elle pourrait complètement fâcher Dieu contre nous, et cela définitivement ? C’est impossible car l’Évangile annonce donc le pardon de Dieu de façon radicale. Mais Jésus nous met en garde contre un danger mortel : en rejetant l’Esprit nous privons notre être de la dynamique d’évolution du créateur de l’univers. Alors, malgré la bonne volonté de Dieu et malgré tout son amour pour nous, nous risquons de régresser et de mourir. Par exemple, Dieu ne peut pas forcer quelqu’un qui ne le veut pas à être libre. Mais cet inconvénient cesse dès que l’on s’ouvre à nouveau à l’Esprit Saint. Il suffit d’un début d’espérance, un début de recherche de Dieu, et déjà, cela lui permet de faire à nouveau circuler en nous quelque chose de sa bénédiction.

Ne craignez donc rien, jamais il n’est trop tard. Bien sûr.
Et Dieu n’a jamais cessé et ne cessera jamais de vous appeler, de vous espérer, de vous trouver et de vous bénir.

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

57 réponses

  1. unebrebis dit :

    Bonjour, voilà. Aujourd’hui , j’ai regardé un dessin animé sur Joseph le fils de Jacob. Et une pensée désolante m’a traversé. Je me suis demandé pourquoi tout ceux qui aime le Seigneur souffre sur terre et je ne sais pas pourquoi,je me suis dit « mais c’est méchant » et je ne sais pourquoi cette phrase résonnait comme pour dire que Notre Dieu n’était pas si gentil. Le truc, c’est que je ne suis pas sûr d’avoir laisser le temps à cette phrase d’immerger car automatiquement j’ai voulu la refouler mais je sais que elle m’a traversé car je l’ai senti au creux de mon ventre que c’était mal.. Aussitôt je me suis dis « non mais n’importe quoi »… Je m’en veux car je sais que Notre Seigneur est BON , je connais la vérité… J’espère ne pas avoir blasphémer contre le Saint Esprit car comme vous dîtes plus haut c’est impardonnable… En tout cas c’est sûr , je l’ai au moins attristé… Que Dieu me pardonne… Je ne voulais pas…

  2. Jeje dit :

    Bonjour pasteur, je vous contacte car j’ai blasphémé. Je voulais méditer la parole,mes chats étaient énervé depuis un long moment déjà. Je commençais à saturer car ils sont incontrôlable, de plus en ce moment je suis fatigué car je dors mal donc je suis irritable. Donc à un moment je me suis mis en colère,pour me calmer je voulais repenser qu’il faut pas que je me fâche et mes péchés sont pardonné mais au moment de penser à la Sainte Croix, c’est le mot (pardon d’avance) putain de Croix qui a envahi ma pensée. Je m’en suis voulu immédiatement et la je me suis dis « là j’ai blasphémé… » j’ai laissé le soleil se coucher sur ma colère de plus ca ma énervé encore plus car je me suis dis « si mes chats seraient plus calme j’aurai jamais blasphémé »…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *