Que deviennent les gens qui ne sont pas sauvés ?

Bas relief sur le tympan d'une église représentant les damnés envoyé en enfer -  Image: 'Le Jugement Dernier'  by Philippe Rouzet 
 https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/2.0/ http://www.flickr.com/photos/37149125@N04/5722471907

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Monsieur,

Je suis en train de lire l’ouvrage très bien fait « Le protestantisme, la foi insoumise », j’ai néanmoins une question qui subsiste : 

Que deviennent les gens qui ne sont pas sauvés par la seule grâce de Dieu ?

En vous remerciant.

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

Et bravo pour cette lecture et de vous penchez sérieusement sur des questions théologiques. Cela peut parfois sembler abstrait mais en réalité cela a bien des implications très concrètes dans notre conception de la justice, des valeurs, bien des implications aussi sur notre façon de se tourner vers Dieu.

Que deviennent les gens qui ne sont pas sauvés par la seule grâce de Dieu ?

D’abord : comment cela serait-il possible pour une personne de se trouver dans ce cas ? Je ne vois que deux possibilité, logiquement :

  1. Soit la personne n’a pas été sélectionnée par Dieu. Car c’est cela « la grâce de Dieu » : la personne est retenue simplement parce que Dieu l’aime, sans raison objective. sans chantage ni condition. Comment une personne existerait et ne serait pas aimée par Dieu sans raison, donc (puis que c’est le principe même de la grâce) ? Cela me semble contraire à l’amour de Dieu manifesté en Christ, qui aime la personne qu’il rencontre quelle qu’elle soit, apparemment : riche ou pauvre, croyante ou païenne, à la vie bien réglée ou les personnes de mauvaise vie…
  2. Soit la personne est effectivement aimée par Dieu, il l’aime, l’espère, mais la grâce de Dieu n’est pas assez puissante et il laisse échapper la personne. Par exemple parce qu’elle n’y attache pas d’importance et ne se saisit pas de la vie que Dieu lui offre gratuitement. Là aussi, cela me semble un peu méprisant pour Dieu. Et la parabole de la brebis perdue racontée par Jésus (Luc 15) me semble affirme que même la plus perdue des brebis perdue est recherchée inlassablement par le berger, et qu’il finit toujours tôt ou tard par la retrouver. C’est juste une question de temps. Cette conception se trouve aussi régulièrement dans l’Ancien (Premier) Testament, par exemple dans le Psaume 121 où le psalmiste, fort de son expérience personnelle de Dieu, se tourne vers le lecteur du Psaume et lui promet que Dieu l’accompagne et le garde pour toujours, le psalmiste n’y mettant aucune condition du genre « si tu te saisis de cette grâce de Dieu par la foi, si tu as la bonne croyance, le bon baptême, le bon rite, la bonne nourriture… »

Donc à mon avis, le jugement ne Dieu ne fonctionne pas comme une sélection de telle ou telle personne qui serait choisie ou non, assez performante ou non.

Mais quand même, votre question me semble pertinente, elle nous concerne en réalité toutes et tous : chaque personne.

Quand le jugement est l’amour on garde le meilleur de la personne et on passe par dessus ce qui est mauvais ou secondaire. C’est bien ainsi que Dieu nous juge, c’est la base même de la notion de grâce. Je crois donc que personne n’est oublié par ce salut, mais que personne n’en ressort non plus sans en être décapé d’une partie de lui-même qui lui fait vraiment honte (ou qui devrait lui faire honte). Que devient cette mauvaise part de nous-mêmes ? Tant qu’il y a la moindre étincelle d’espoir d’en faire quelque chose, Dieu la garde pour essayer de la recycler, de la guérir, de l’ensemencer. Quand une partie de nous -mêmes est vraiment morte, il l’élague (c’est l’image qui est par exemple utilisée en Jean 15), afin qu’une nouvelle branche puisse pousser.

Ce n’est pas que de la théologie abstraite, comme je le disais en introduction, car notre conception du salut est indissociable de notre façon de regarder (et d’aimer) les autres et nous-mêmes. Or la base même de l’éthique de Jésus-Christ est un respect, une espérance inlassable pour toute personne. Et il nous invite à aimer ainsi notre prochain, avec bienveillance et espérance.

Cette notion du salut qui purifie les personnes plutôt que de sélectionner les personnes est assez clairement celle de l’Evangile, malgré quelques passages qui pourraient laisser penser qu’il y a sélection des personnes. Par exemple, dans la parabole du jugement des nations (Matthieu 25), il y a séparation des brebis et des boucs (qui sont jetés en enfer). Mais si l’on regarde bien, il est évident que toute personne est concernée à la fois par les brebis et les boucs. En effet, il suffit d’avoir donné une fois un verre d’eau par amour pour être rangé, à la grande surprise de l’intéressé, parmi les sauvés, et il suffit d’avoir négligé une seule fois de donner un verre d’eau à quelqu’un qui a soif pour être parmi les perdus.

On peut voir, par exemple, la même chose dans la première lettre de Jean au chapitre 4, il semble à une ligne que seul celui qui annonce Jésus-Christ est sauvé (verset 2), mais juste un peu plus loin il est marqué que toute personne qui aime est elle-même enfant de Dieu et en pleine connaissance de ce que Dieu est (verset 7). On peut voir la même chose dans ces images du jugement que sont la moisson et le battage du blé, la vendange et le pressoir ou la purification du minerai par le feu : dans tous les cas, il s’agit bien de garder ce qui est bon en vivant en chacun et de laisser de côté ce qui est déjà mort.

Jean Calvin a été le chantre de la « prédestination » (ce n’est pas lui qui a inventé le concept) et cela a conduit à d’horribles pensées. A mon avis, Calvin pensait plus à ce que nous ne nous préoccupions pas de la question du salut dans la vie future, parce que cela conduit à l’angoisse et à agir en cette vie d’une façon vénale « pour faire son salut », ce qui trouble tout : et notre relation à Dieu et notre relation aux autres. Calvin essaye donc de nous dire : ne vous occupez pas de cela, c’est une affaire réglée, occupez-vous plutôt de bien vivre en ce temps. Là dessus il a raison et je pense que c’est fidèle à l’Evangile, et assez sain. Mais il n’a pas saisi, je pense que le salut n’est pas une sélection des personnes. Que le propre de la grâce de Dieu est de sélectionner individuellement toute personne. Mais ce concept de prédestination au salut et de prédestination à la perdition peut être avantageusement recyclé en disant que notre personnalité profonde, notre « bon fond » est prédestiné au salut éternel, et que nos faiblesses sont prédestinées à passez au néant. L’un et l’autre de ces deux opérations étant une grâce et un beau cadeau.

Avec mes amitiés fraternelles

Dans la confiance en ce Dieu qui nous accompagne et nous garde.

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *