Pourquoi Dieu ne peut pas faire repousser une jambe alors qu’Il fait des miracles???

Par : pasteur Marc Pernot

deux unijambistes jouent au foot avec des béquilles - Image par Erik Smit de Pixabay

Question d’un visiteur :

Mais … Pourquoi Dieu ne peut pas faire repousser une jambe alors qu’Il fait des miracles???

Il guérit le cancer, l’aveugle voit, les muets parlent, les kystes disparaissent, les handicapés marchent … Et il y a pleins d’autres témoignages que j’ai vu et entendu …

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

Vous avez raison, manifestement, Dieu ne peut pas faire de miracles irréfutables comme de faire repousser une jambe. Ou de faire tomber du ciel du pain sur la table du pauvre affamé, ou une douce pluie sur les cultures asséchées…

Par contre dans les sectes, la sorcellerie… quantité de miracles sont proclamés, mis en scène de façon spectaculaire.
Chacun est libre d’y croire ou de ne pas y croire.

Personnellement, les miracles de Dieu dont je suis témoin sont des miracles spirituels, de force intérieure, d’espérance renouvelée, de créativité, de libération, de bonheur et de joie, de solidarité.
Pour ce qui est de la santé, la justice et la nature : Dieu n’est pas indifférent, bien entendu, il stimule une évolution positive, et il nous invite à agir avec sagesse et justice, nous qui avons un cerveau un cœur et des mains.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Si vous voulez, vous pouvez voir aussi, dans le petit dictionnaire de théologie :

Print Friendly, PDF & Email

Marc Pernot

bio de Marc Pernot

Vous aimerez aussi...

14 réponses

  1. Antoine dit :

    Notre Seigneur transforme les cœurs humains par des actes étonnants accomplis quotidiennement dans le monde entier. En fait, ces actes rédempteurs font pâlir en comparaison la division de la Mer Rouge, la chute des murs de Jéricho et la résurrection de Lazare des morts. Est-ce une exagération ? Non, parce que les plus grands miracles physiques ne coûtent rien à notre Dieu tout-puissant, mais les miracles du salut, de la sanctification et de la glorification coûtent la vie même du Fils de Dieu.

    Merci pour tous vos superbes articles monsieur Pernot.

    Antoine.

  2. Inès Brahimi dit :

    Jesus guérit de multiples façons, il n’attend que votre foi pour faire repousser des membres.
    Je crois que limité Dieu dans ses actions, c’est le traiter de menteur, car la Bible dit que « La Parole est Dieu », et Sa Parole nous dis que « Rien n’est impossible à Dieu » et « Tout est possible à celui qui croit ». Donc mes freres et soeurs, au lieu de limité le Seigneur, attendez vous à ses miracles, selon sa volonté. Soyez bénis.

    • Marc Pernot dit :

      Ce ne serait pas sympa de la part de Dieu s’il attendait la foi du handicapé pour faire repousser sa jambe ! Et de dire cela ajoute encore une douleur à sa douleur : cette théologie dit au handicapé que c’est sa faute s’il reste handicapé, qu’il n’a qu’a avoir plus et mieux la foi.
      C’est cruel. Et c’est faux : il y a des handicapés qui ont une foi merveilleuse et des personnes qui ne pensent jamais à Dieu et qui sont dans une merveilleuse santé.
      Quelle maman qui pourrait guérir son bébé ne le ferait pas en attendant que le bébé le lui demande d’une façon satisfaisante ?
      Si, nous, sommes capables de cet amour naturel, Dieu n’aurait pas cet amour ?
      Mais bon, chacun a la théologie qu’il veut.

  3. Pascale dit :

    Hier soir je lisais ces quelques lignes dans le quotidien auquel je suis abonnée :
    « Vingt personnes sont mortes piétinées samedi dans une bousculade pendant un service religieux évangélique dans un stade du nord de la Tanzanie, où de nombreux prédicateurs promettant miracles et prospérité ont fait leur apparition ces dernières années. Le bilan des victimes pourrait encore s’alourdir. La bousculade a eu lieu au moment où un prédicateur populaire a versé de l’huile sainte sur une terre boueuse dans un stade à ciel ouvert. Des fidèles se sont précipités pour toucher cette huile dans l’espoir d’être guéris de leur maladie. Beaucoup ont alors été piétinés. »
    Quelle tristesse !

    • Marc Pernot dit :

      Oui quelle tristesse !
      Et quelle honte de voir des personnes abuser de la détresse de pauvres personnes avec ces pratiques.
      La religion devrait plutôt aider les personnes à se réconcilier avec Dieu, pour une relation personnelle cœur à cœur avec Dieu.

  4. Valérie dit :

    A votre avis un Dieu qui peut ressusciter les morts ne peut il pas aussi faire repousser une jambe ?

  5. marko dit :

    Dieu peut faire repousser une jambe.
    il y a des exemples contemporain.

    ne le limitez pas

    • Marc Pernot dit :

      C’est vrai que dans des hôpitaux très spécialisés il y a eu des greffes de membres. Et l’on peut dire que le génie humain et l’ardeur au travail des équipes médicales est un fruit de l’Esprit de Dieu.
      Mais une jambe qui repousse toute seule, par l’action du saint esprit ? Non, je ne pense pas. Ou alors cela a dû faire la une du New York Times, du Monde, et du journal Science, ce qui n’est apparemment pas le cas. Peut-être qu’une personne se prétendant prophète s’est vantée de l’avoir accompli ? Et même à plusieurs reprises, à vous lire ? Qu’il montre ses prodiges à l’hôpital universitaire, si c’est vraiment réel, cela fera avancer l’évangile et cela fera aussi avancer la santé de bien des enfants de Dieu qui sont handicapés.

      • M. Noël Joyeux dit :

        Bonjour,

        Je suis d’accord. Mais comment lire alors cet épilogue de l’évangile de Jean ?

        Jean 20:24-29
        Thomas appelé Didyme, l’un des douze, n’était pas avec eux lorsque Jésus vint.
        Les autres disciples lui dirent donc: «Nous avons vu le Seigneur.»
        Mais il leur dit: «Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je n’y mets pas mon doigt et si je ne mets pas ma main dans son côté, je ne croirai pas.»
        Huit jours après, les disciples de Jésus étaient de nouveau dans la maison et Thomas se trouvait avec eux. Jésus vint alors que les portes étaient fermées, se tint au milieu d’eux et dit: «Que la paix soit avec vous!»
        Puis il dit à Thomas: «Avance ton doigt ici et regarde mes mains. Avance aussi ta main et mets-la dans mon côté. Ne sois pas incrédule, mais crois!». Thomas lui répondit: «Mon Seigneur et mon Dieu!»
        Jésus lui dit: «Parce que tu m’as vu, tu as cru. Heureux ceux qui n’ont pas vu et qui ont cru!»

        « Dieu peut faire repousser une jambe. » :
        Au commencement Dieu créa le ciel et la terre.
        ̓Εν ἀρχῇ ἐποίησεν ὁ θεὸς τὸν οὐρανὸν καὶ τὴν γῆν. (Genèse 1:1)
        Voici des exemples d’animaux pouvant faire repousser certains de leurs membres :
        le triton, le lézard (queue), axolotl, ver…
        Le foie humain semble également capable d’une certaine régénération.
        Encore un peu de progrès en biologie, et ça pourrait devenir possible médicalement parlant !

        « il y a des exemples contemporain » : on peut croire que Dieu ne souhaite pas intervenir directement de cette façon. Dieu serait-il d’une certaine façon un Dieu intérieur, non médiatique ?

        ne le limitez pas : libre à chacun.

        Exode 3:14
        Dieu dit à Moïse: «Je suis celui qui suis.»
        καὶ εἶπεν ὁ θεὸς πρὸς Μωυσῆν Ἐγώ εἰμι ὁ ὤν : Dieu dit à Moïse : Je suis la source de l’être et de l’étant.
        ̓Εν ἀρχῇ ὁ ὤν, ὲν ἀρχῇ εγώ εἰμι.

        γέγονα τὸ ἄλφα καὶ τὸ ὦ, η αρχή και τέλος. (Apocalypse 21:6)
        Je deviens l’alpha et l’oméga, le commencement et la finalité.

        Tout bienfait et tout don parfait viennent d’en haut (Jacques 1:17)

        Il a donné ses ordres aux nuages d’en haut, et il a ouvert les portes du ciel (Psaume 78:23)

        Et la Parole s’est faite homme, elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité, et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme celle du Fils unique venu du Père. (Jean 1:14)

        Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes! Il habitera avec eux, et ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux. (Apocalypse 21:3)

        Joyeux Noël,

        • Marc Pernot dit :

          Dans ce passage de l’Evangile selon Jean, le verbe « croire » n’est pas de l’ordre de la croyance, et encore moins de la croyance en n’importe quel fantasme de toute puissance, ce verbe « croire » est celui de la foi, de la relation que l’on tient, une relation dans laquelle on met notre sincérité, de l’authenticité.

          C’est vrai que la queue des lézards repousse un petit peu, une pince de crabe. Mais pas une jambe humaine, à ma connaissance. Cela ne peut être parce que Dieu ne voudrait pas qu’une personne handicapée soit en pleine forme ! Bien sûr. Cela casse les annonces de toute puissance que certains imaginent pour Dieu.

          • Noël Joyeux dit :

            Oui, en même temps, en première lecture au premier degré de ce passage sur Thomas et le Christ Ressuscité, il me semble que l’objet de l’émerveillement est face au miracle de la résurrection d’une certaine façon physique du Christ, dont les apôtres ont été et sont témoins, et si on fait cette lecture au premier degré et que l’on y croît, il est possible d’intégrer la croyance dans ce type de possibles physiques ou métaphysiques dans sa propre Foi. Croyance et Foi dans ce type de possibles, pas dans la Toute Puissance, mais dans la source des possibles.

            En passant par un peu de théologie archéontologique :
            1. ̓Εν ἀρχῇ εγώ εἰμι ὁ ὤν, γέγονα τὸ ἄλφα καὶ τὸ ὦ, η αρχή και τέλος : il est possible d’associer Dieu la source de l’être et du possible, à la création et la créativité, la source du devenir librement choisi. εγώ εἰμι « Je suis » prend alors un double-sens : je suis en tant que sujet s’ouvre au Je Suis ὁ ὤν, « je suis » est avec « Je Suis Dieu source de l’être, avec l’Alpha et l’Oméga, le Commencement et la Finalité » : εγώ εἰμι πρὸς ὁ ὤν, εγώ εἰμι πρὸς εγώ εἰμι ὁ ὤν.
            Εν ἀρχῇ ἐποίησεν ὁ θεὸς τὸν οὐρανὸν καὶ τὴν γῆν : Au commencement Dieu créa la ciel (ou les cieux, la métaphysique) et la Terre (le physique). Au commencement Dieu créa l’espace des possibles.

            Ensuite, ce n’est pas une plaisanterie, certains animaux sont vraiment capables de régénérer certains de leurs organes : triton et salamandre (membres : https://en.wikipedia.org/wiki/Salamander « They are capable of regenerating lost limbs as well as other damaged parts of their bodies. Researchers hope to reverse engineer the remarkable regenerative processes for potential human medical applications, such as brain and spinal cord injury treatment or preventing harmful scarring during heart surgery recovery »), lézard (queue), axolotl (organes, œil, cerveau, https://fr.wikipedia.org/wiki/Axolotl), crabe effectivement pour ses pinces, ver pour la partie qui ne contient pas sa tête, blob…

            L’évolution biologique (que je crois partiellement prévisible depuis la création mentionnée par la Genèse 1:1 et Jean 1:1 dans cette interprétation) a conduit a des animaux capables d’une régénération partielle, équivalente à ce que serait la régénération (lente, pas immédiate) d’une jambe pour des humains ou d’une patte pour des mammifères.
            Les chenilles sont capables de se transformer en nymphe puis en papillon. Les embryons se développent pour former le corps des bébés. Il me paraît donc raisonnable d’espérer en la possibilité de progrès en biologie et en médecine d’une régénération (sur plusieurs mois) des membres humains à partir des cellules souches de son propre corps ou de cellules fonctionnellement équivalentes.

            La Foi en ce type possible, avec comme vous dîtes, « l’ardeur au travail des équipes médicales » « fruit de l’Esprit de Dieu », peut s’ouvrir à l’accélération de certains progrès en biologie des mammifères, avec des applications en médecine humaine et vétérinaire.

            Il s’agit d’un Foi en le possible dans le futur avec participation de l’humanité à un complément de création du monde physique et biologique, et aussi d’une Foi en un possible intérieur mataphysico-physique non-médiatique.

            Ensuite, plusieurs options théologiques sont possibles je crois. A titre personnel, je vote (je crois, je souscris, en ce moment en tout cas) à une Foi en un Dieu source de l’être et de l’étant, créateur de l’espace des possibles, de la métaphysique et de la physique. Et ensuite en un Dieu peu interventionniste, indiscernable directement sauf exceptionnellement. Pour laisser l’humanité face à elle-même et à la nature, à la création, à la responsabilité, à soi-même, aux autres… Sinon, ce serait trop facile, les humains demanderaient tout à Dieu, n’écouteraient aucun autre discours que les paroles de Dieu dont tout le monde serait sûr… Même si Dieu est Amour, infiniment Bon… avec des paroles de Dieu infiniment justes, exactes, … la Vie deviendrait déterminée, « quasi-angélique » et non plus humaine.

            Un Dieu donc ayant un potentiel de puissance infinie, mais laissant le Monde partiellement livré à lui-même, en vue de l’évolution livre de l’humanité. Effectivement, ce n’est peut-être pas compatible à 100% avec l’idée d’un Dieu infiniment Bon et Aimant qui s’occuperait de résoudre les difficultés de chacun s’il avait effectivement la capacité de le faire. Personnellement je ne sais pas comment résoudre cette difficulté. Je comprends ou pense comprendre au moins partiellement la solution que vous proposez, qui est différente : infinie Bonté, mais pas infinie puissance. Mais je souhaite pour ma part conserver l’idée de Puissance créatrice de Dieu au commencement (entendu comme au commencement des Temps et aujourd’hui), de puissance potentielle infinie, capable de dépasser toute limite, peut-être en s’appuyant sur du futur non encore réalisé pour le rendre effectif dans notre réalité physique.

            Joyeux Noël

          • Marc Pernot dit :

            Vous pouvez lire ces textes comme il vous convient, bien entendu. C’est le principe même de l’écrit, il est donné pour la libre interprétation du lecteur.

            Personnellement, je remarque que ce texte de Jean, particulièrement, est manifestement, au premier degré, un texte symbolique. On le voit par exemple au fait que Thomas est appelé à toucher le trou dans les mains du Christ, or tout le monde savait bien à l’époque que l’on ne peut clouer un crucifié par les mains, cela ne peut pas tenir le poids d’un corps. Voir cette prédication, si vous voulez.

            Pour ce qui est du « je suis » de Jésus, comme vous le faites remarquer, ce n’est pas le même « je suis » que quand Dieu se présente. Le je suis de Jésus est « ego eimi » et le « je suis » de Dieu est « ô ôn ». Par ailleurs, le même évangile selon Jean fait déclarer aussi le « ego eimi » de Jésus à l’aveugle de naissance guéri. Voir cette prédication, si vous voulez.

            Il est scientifique que les membres de certains animaux peuvent repousser, comme je vous le confirmais dans la précédente réponse, néanmoins une jambe d’humain ne repousse pas.

            Bravo pour votre témoignage de foi, c’est très touchant.

            En ce qui me concerne, je pense qu’un Dieu qui serait tout-puissant dans l’instant, et qui laisserait l’horreur d’un enfant emporté à petit feu par d’épouvantables maladies crucifiantes, ce Dieu là ne pourrait être justifié par le fait qu’il voudrait laisser les humains se débrouiller, comme un moyen pédagogique les amenant à mieux écouter sa parole. Je trouverait que ce moyen pédagogique est épouvantablement cruel, et quand on en est réduit à de tels moyens, c’est un signe d’une grande faiblesse, en particulier morale, utilisant la souffrance de l’enfant comme moyen acceptable. Au contraire, la Bible me semble affirmer que la puissance de Dieu ne sera réalisée qu’à l’horizon des temps. Que sa bonté est infinie en tout, c’est l’Evangile. Mais cela suppose que sa puissance se déploie dans le temps, avec une création en cours d’évolution. Voir cet article, si vous voulez.

          • plume (^-^) dit :

            Merci beaucoup pour votre réponse, j’avais déjà lu 2 de ces articles. Dialoguer permet de progresser, de chercher ce que l’on pense soi-même, et fait partie de la recherche (théologique). Difficile de trouver des interlocuteurs, donc vos articles, espaces pour s’exprimer, et réponses sont extrêmement précieux, et merci infiniment et bravo pour ce blog parmi d’autres sites et pour tout ce que vous faîtes…

            Je pense que l’on est d’accord sur beaucoup de choses : « Au contraire, la Bible me semble affirmer que la puissance de Dieu ne sera réalisée qu’à l’horizon des temps. Que sa bonté est infinie en tout, c’est l’Évangile. Mais cela suppose que sa puissance se déploie dans le temps, avec une création en cours d’évolution.  » : c’est un peu ce que je voulais exprimer avec la phrase « Puissance créatrice de Dieu au commencement (entendu comme au commencement des Temps et aujourd’hui) […] en s’appuyant sur du futur non encore réalisé pour le rendre effectif dans notre réalité physique ».

            Application à la question « au commencement » de cet article : la Foi et la croyance en la puissance créatrice de Dieu peut agir comme un catalyseur pour accélérer le transfert à l’humanité d’une puissance nouvelle, celle d’être capable dans le futur par la science, la biologie, la médecine pour les humains, les soins vétérinaires pour les animaux, de faire repousser une jambe, une patte. Mais croire cela, croire en cette possibilité, accélère la possibilité que cela advienne effectivement dans la réalité. Personnellement je le visualise déjà, cela me paraît tout à fait possible dans un futur ni très proche ni très lointain, sous forme de soins médicaux permettant à une jambe biologique fonctionnelle de pousser/repousser chez un adulte en plusieurs mois. Grâce à la science, aux biotechnologies, aux startups… On a bien déjà des aveugles qui peuvent voir et des sourds qui peuvent entendre au moins un peu grâce à des implants… On croirait entendre des phrases bibliques : aujourd’hui, depuis quelques années ou dizaines d’années, grâce aux progrès scientifiques, technologiques et médicaux de l’humanité, des aveugles peuvent voir et des sourds peuvent entendre. Pourquoi pas demain, des jambes biologiques fonctionnelles qui repousseraient ?

            Il s’agit de l’histoire de l’humanité. En considérant une perspective temporelle élargie à plusieurs siècles, alors oui bien des miracles peuvent se réaliser : il y a 300 ans, il n’était pas possible pour les humains de voler. Aujourd’hui, on a les montgolfières, les avions, les hélicoptères, les fusées, les ULMs, les deltaplanes, les parapentes, les combinaisons ailées d’écureuil-volant (wing suit), les flyboard et flyboard Air, les méga-drones, les voitures volantes (existent déjà sous forme de prototypes qui fonctionnent, bientôt utilisées pour des services de taxis sur des lignes fixes entre deux héliports ou aéroports)… C’est plutôt le mythe d’Icare qui a du plomb dans l’aile, même si tout ceci reste très risqué et dangereux dès que l’on s’élève physiquement en altitude. Idem dans tous les domaines : téléphonie, internet… … Précisément, je suggère de faire le lien avec la Foi en faisant l’hypothèse que la science est l’ensemble des théories humaines de type intelligible-sensible (vocabulaire néoplatonicien) ou modèle-empirique (vocabulaire Karl Popper – pragmatisme) qui cherchent à retrouver la science divine à l’origine de la création physique de l’Univers. Application aux jambes : dans le futur, elles pourraient pouvoir repousser, par application des lois de la physique, de la chimie et de la biologie terrestre, qui dérivent des lois scientifiques divines des origines.

            La Foi contient la croyance en la puissance créatrice de Dieu ὁ ὤν et de la Parole de Dieu faîte chair lumière du Monde Fils Unique du Père de la lumière des humains qui est venu « tabernacler » (ἐσκήνωσεν) parmi nous au sens de la tente (tabernacle du latin tabernaculum) de la rencontre construite par Moïse en Exode 33:7-34:35:
            Jean 1:14 καὶ ὁ λόγος σὰρξ ἐγένετο καὶ ἐσκήνωσεν ἐν ἡμῖν, καὶ ἐθεασάμεθα τὴν δόξαν αὐτοῦ, δόξαν ὡς μονογενοῦς παρὰ πατρός, πλήρης χάριτος καὶ ἀληθείας
            La Parole est devenue chair ; elle a fait sa demeure parmi nous, et nous avons vu sa gloire, une gloire de Fils unique issu du Père ; elle était pleine de grâce et de vérité.

            Matthieu 13:31-32 sur la Foi :
            Il leur proposa une autre parabole: «Le royaume des cieux ressemble à une graine de moutarde qu’un homme a prise et semée dans son champ. C’est la plus petite de toutes les semences, mais quand elle a poussé, elle est plus grande que les légumes et devient un arbre, de sorte que les oiseaux du ciel viennent habiter dans ses branches.»

            Et encore Matthieu 17:20
            «C’est parce que vous manquez de foi, leur dit Jésus. Je vous le dis en vérité, si vous aviez de la foi comme un grain de moutarde, vous diriez à cette montagne: ‘Déplace-toi d’ici jusque-là’, et elle se déplacerait; rien ne vous serait impossible.
            Il s’agit bien de la Foi pistis (πίστιν) : Ὁ δὲ λέγει αὐτοῖς· διὰ τὴν ὀλιγοπιστίαν ὑμῶν. ἀμὴν γὰρ λέγω ὑμῖν· ἐὰν ἔχητε πίστιν ὡς κόκκον σινάπεως, ἐρεῖτε τῷ ὄρει τούτῳ· μετάβα ἔνθεν ἐκεῖ, καὶ μεταβήσεται· καὶ οὐδὲν ἀδυνατήσει ὑμῖν

            Quant à la théodicée, et concernant la souffrance actuelle avec Dieu n’intervenant pas physiquement (sauf exception peut-être), je ne sais pas s’il s’agît d’un moyen pédagogique, ou d’une nécessité effectivement nécessaire que nous ne sommes pas en mesure de comprendre. La vie humaine nécessite la possibilité de la souffrance, charge à chacun et à tous collectivement de s’organiser socialement et économiquement pour la minimiser, pour transformer les blessures physiques et morales en guérisons, les jambes coupées en jambes biologiquement fonctionnelles dans le futur…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.