J’ai pu lire plusieurs fois que le hasard n’existe pas, et que TOUT vient de Dieu.

Des dés colorés sortant d'un sac de toile sur une table - Photo by Alperen Yazgı on Unsplash

« Dieu ne joue pas aux dés » aurait dit Einstein. Oui, il ne joue pas, c’est vrai. Mais l’incertitude, le hasard est au cœur même de la réalité de ce monde. C’est ce que montrera Bohr. Et la vie, et la foi…

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonsoir Marc.

J’ai put lire plusieurs fois que le hasard n’existe pas, et que TOUT vient de Dieu.
Le problème c’est que dans certaine situation, j’y vois du hasard, puis je me dis que cela n’existe pas. Je me dis donc que cela vient forcément de Dieu mais je n’y trouve du coup aucun sens.

Par exemple cette après midi, je regardais une télé-réalité où dedans il y a une personne enceinte et je me suis dis « tien! Ça doit être pour bientôt. Je me demande quand elle accouche. » Le soir même j’ai vue qu’elle avait accouché.
Cela m’a fait sourire, puis 1000 questions me sont venue. J’y vois un simple hasard, une coïncidence mais comme j’ai lu que hasard = Dieu, quel est le but de Dieu dans ça?

Merci pour votre réponse et votre implication.

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

Il y a des gens pour dire que le hasard n’existe pas. On trouve cette idée parfois chez des musulmans, ou certaines sensibilités chrétiennes. Ils pensent qu’il y a une sorte de puissance absolue qui tire toutes les ficelles, un destin tout tracé d’avance, inscrit dans un grand livre, ou piloté par les astres.

Je ne pense pas que ce soit une bonne façon de penser.

Car Dieu n’est pas comme cela, c’est un Dieu qui accompagne, qui libère. Ce n’est pas un tyran. A mon avis, cette idée d’un Dieu qui tirerait toutes les ficelles est épouvantable.

La création est en cours, il reste quelque chose du chaos primordial, dans le monde et en nous-même. Dieu est encore à l’œuvre pour créer, faire émerger la vie du chaos, et il y a encore du boulot ! Et il nous embauche.
Ces récits des évangiles où Jésus calme la tempête ou quand il marche et fait marcher sur l’eau : dans la Bible, la mer déchainée est une figure du chaos, donc du hasard dans la nature (et en nous). Ces récits nous appellent ainsi à participer, par la foi, à vivre en faisant notre chemin par dessus le hasard agitant les événements, et nous menaçant parfois.

Du point de vue scientifique, le hasard est au cœur même de la matière. Et dans les événements que nous voyons, le hasard existe, c’est lui qui fait cette injustice de la catastrophe qui frappe une personne et laisse vivre une autre personne sans aucune logique.

Il est bon, je pense de discerner ce qui vient de Dieu, son type d’action dans le monde (douce, comme un souffle, comme une suggestion, comme un appel, comme un baiser dirait le Cantique des cantiques dans la Bible). Et de discerner la réalité du chaos, et de voir aussi la liberté relative mais réelle qu’a l’humain, et l’importance de sa créativité dans ce monde, face au mal.

C’est ce qui peut effectivement aussi produire des coïncidences dans notre vie. Il serait tout à fait nocif de voir un signe de Dieu dans la course d’une feuille morte entraînée par le vent, ou de regarder le vol des oiseaux pour prendre des décisions comme le faisaient des devins dans l’antiquité. Mieux vaut réfléchir et prier, discuter avec ceux que l’on aime et avec Dieu.

Dieu vous bénit et vous accompagne

par : pasteur Marc Pernot

Si vous voulez, vous pouvez voir aussi :

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Carla dit :

    Lorsque vous dites « Et dans les événements que nous voyons, le hasard existe, c’est lui qui fait cette injustice de la catastrophe qui frappe une personne et laisse vivre une autre personne sans aucune logique. »
    Je ne comprend pas tout.
    Si nous sommes deux, que une personne est touché par hasard mais pas moi, c’est le hasard qui l’a touché, mais donc moi ce n’ai pas Dieu qui m’a sauvé? C’est le hasard qui m’a épargnée? Je ne dois donc pas remercier Dieu d’avoir était épargnée et d’être encore en vie?

    • Marc Pernot dit :

      Bonjour
      Il existe tous les cas de figure :

      • du mal qui m’arrive parce qu’une personne, moi ou une autre personne a fait le mal
      • du mal qui arrive par hasard, frappant une personne et laissant la personne voisine sauve. C’est le cas par exemple de la foudre qui tombe et tue une personne dans la rue. Ou de certaines maladies.

      Dieu cherche à donner la santé à toute personne, indépendamment de ses qualités et défauts, car chaque personne est son enfant, et qu’un bon parent fait tout pour chacun de ses enfants. Donc, oui, des guérisons viennent de lui et si quelqu’un est malade c’est qu’il n’a pas pu, malgré les recherches médicales et les soins de tout le monde. En tout cas, il n’abandonne personne, accompagne et cherche le meilleur.

      Il arrive que des humains fassent le bien aussi ! Soignent, guérissent, aident, secourent.

      Dans tous les cas, oui, on peut remercier Dieu de la vie et de la santé, car la possibilité même que cela existe vient de Dieu, et il accompagne le monde dans l’espérance du meilleur.

      Dieu vous bénit et vous accompagne

  2. Cabane dit :

    Il est souvent bon d’accepter de se tromper. Si la vérité était l’équivalent d’un grand puzzle,, nous n’en connaissons que des petits morceaux indépendants, et nous ne savons pas au juste combien il y a de morceaux, ni à quelle place ils se trouvent. Tout au plus nous est donné par Dieu de savoir qu’au terme de notre vie, tout le puzzle sera bien reconstitué. Cest déjà rassurant !

    Mais concernant le hasard mieux vaut admettre de se tromper, car nous savons … que nous ne savons pas tout ! Ce serait effrayant, à vrai dire ! Il faut (à mon sens) faire constamment des erreurs, car c’est de nos échecs que peut jaillir un petit morceau de vérité. Et si nous savons assembler ces petits morceaux, alors les plus grandes espérances nous sont offertes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *