Mystère

Par : pasteur Marc Pernot

Un  » mystère « , dans la Bible, c’est un secret qui est maintenant révélé. Ce qui est étrange, c’est que ce mot soit devenu synonyme de l’inconnaissable.

Peut-être est-ce la faute de théologiens qui, à un moment de l’histoire, auraient voulu garder leur pouvoir en laissant planer des secrets sans communiquer la révélation, le mystère devient alors pour la foule de ceux qui ne sont pas initiés un secret. Ce n’est pas fidèle à l’Évangile, car la révélation n’y est pas réservée à une élite mais elle est donnée pour que tous l’entendent et s’en réjouissent. Si Jésus n’explique pas ses paraboles, c’est qu’elles sont des exercices qui n’ont d’intérêt que si la personne elle-même butte dessus, mais il n’y a là aucun secret que Jésus tiendrait caché, au contraire.

Certains théologiens ont utilisé le mot  » mystère  » comme une sorte de joker quand leur théologie montre ses limites ou se révèle incohérente, ils répondent alors « c’est le grand mystère de la foi », entendant ainsi qu’arrêter de réfléchir serait une preuve de foi face à un problème de logique que pose leur théologie. En bien non, Dieu ne veut pas nous rendre stupides, il veut au contraire éveiller notre intelligence (voir cet article), et l’éclairer de ce que nous ne pourrions connaître sans révélation particulière. Le mystère n’est pas une chose incohérente ou impossible à connaître, le mystère c’est l’Évangile, nous dit l’apôtre Paul, le mystère c’est le Christ 1, le mystère c’est l’amour de Dieu que Christ nous révèle pour qu’on en vive et qu’on le proclame.

1 Éphésiens 6:19, Colossiens 2:2-3

 

Marc Pernot

Suite :

Vous pouvez participer au débat en faisant part de vos remarques et questions.

Quelques courtes définitions de mots essentiels de la théologie

Quelques questions de théologie posées par des visiteurs et une réponse proposée

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *