Jésus est mort sur la croix pour racheter nos péchés ?

Christ crucifié (peinture de Vélasquez vers 1632)

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour Monsieur Pernot,
Je vous écris pour solliciter davantage d’éclairages quant à deux de vos messages.
J’entends presque chaque dimanche, dans l’église que je fréquente, que Jésus est mort sur la croix pour racheter nos péchés. Je préfère l’explication que vous donnez. Mais dans ce cas, comment comprendre les versets suivants :

  • « En effet, si nous avons été réconciliés avec Dieu grâce à la mort de son Fils lorsque nous étions ses ennemis … » (Rm 5,10) ;
  • « Il est lui même le victime expiatoire pour nos péchés, et non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier. » (1 Jn 2,2) ;
  • « … et donner sa vie en rançon pour beaucoup. » (Mc 10,45) ;
  • « Le sang de l’alliance, qui est versé pour beaucoup pour le pardon des péchés » (Mt 26,28) ;
  • « Vous qui étiez morts à cause de vos fautes et de l’incirconcision de votre chair, il vous a rendu à la vie avec lui. Il nous a pardonné toutes nos fautes, il a annulé l’acte rédigé contre nous qui nous condamnait par ses prescriptions, et il l’a annulé en le clouant à la croix. Il a ainsi dépouillé les dominations et les autorités et les a donné publiquement en spectacle en triomphant d’elles sur la croix » (Col 2, 13-15) ?

Fraternellement,

Réponse d’un pasteur :

Bonjour Monsieur et grand merci pour ces encouragements que cela représente d’entrer en débat. Cela montre que le but de ces prédications est dans une certaine mesure atteint car l’idée de la prédication n’est pas de prétendre donner le juste dogme, mais de témoigner d’un point de vue personnel, reconnaissant humblement que comme tout témoignage il est en partie subjectif, et donc partiel, discutable. L’espérance est que les participants se sentent appelés à s’interroger et autorisés à se faire leur propre opinion personnelle.

C’est exact que cela me semble absolument ahurissant que l’on imagine une seconde que le pardon de Dieu doive être acheté, ou que sa justice trouve en quelque manière que ce soit une satisfaction dans la souffrance. Quant à aller jusqu’à imaginer que la peine d’un innocent puisse être une chose en quoi que ce soit satisfaisant pour Dieu ! A mon avis c’est carrément vicieux. Et les conséquences sont d’une grande nocivité théologiques, spirituelle et éthique pour ceux qui croient sincèrement à cette théorie abracadabrante.

A la base, je pense que cette théorie n’est pas si biblique que cela, même si certains textes peuvent le laisser penser. Les paroles de Jésus, ses gestes, et même sa mort sur la croix montrent son amour pour le pécheur quel qu’il soit et son pardon (évidemment) sans que Jésus se sente obligé de donner ne serait-ce qu’une claque au coupable, et encore moins de coller une gifle à un enfant innocent qui passe par là pour que « justice » soit faite ? Quel justice ce serait ? Quel amour ? A mon avis cela suffit à forger un rejet horrifié de cette théorie épouvantable de la satisfaction vicaire. Même avant Jésus-Christ, j’ai en tête immédiatement de nombreux passages qui annoncent le pardon de Dieu sans contrepartie, effaçant les fautes, ne tenant pas compte des péchés anciens.

Cela dit, je veux bien tenter d’apporter mon éclairage sur ces versets que vous citez :

  • « En effet, si nous avons été réconciliés avec Dieu grâce à la mort de son Fils lorsque nous étions ses ennemis … » (Rm 5,10) ;
    Pour Paul, la mort du Christ révèle son amour, manifestant précisément l’amour de Dieu pour nous, pécheurs. Et cela nous réconcilie avec Dieu. Dans ce texte que vous citez, c’est bien nous qui sommes réconciliés avec Dieu. Alors que dans les adeptes de la rançon, c’est Dieu qui aurait eu besoin de se réconcilier avec nous, coincé dans son besoin que l’affront qu’il a subi soit payé par de la souffrance, fusse-t-elle la souffrance et la mort d’un innocent… C’est ainsi que la mort du Christ et la croix nous sauve : en nous révélant l’amour de Dieu, sa grâce (qui par définition n’a besoin de nul achat ou rachat), et la lettre aux Romains est spécialiste de cela, précisément dans ce passage que vous citez (5:8) mais encore le célèbre Romains 8:39 disant que rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur.
  • « Il est lui même le victime expiatoire pour nos péchés, et non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier. » (1 Jn 2,2)
    Je propose une autre traduction pour « victime expiatoire », c’est « signe de notre salut ». Le mot grec ilasmos est utilisé dans la bible des Septante (traduction en grec faisant autorité à l’époque de Jésus) pour traduire soit le kippour, soit le pardon comme dans le Psaume 130:4… on n’est donc pas du tout obligé pour comprendre cela au sens païen du terme : une offrande pour calmer la fureur de la divinité. Même les courants les plus légalistes de l’ancien testament n’en était plus à ce stade, je pense.
  • « … et donner sa vie en rançon pour beaucoup. » (Mc 10,45) ;
    Là encore, c’est la traduction qui cherche simplement à promouvoir cette théorie moyenâgeuse de la satisfaction vicaire. Car le verbe lutroo en grec signifie effectivement affranchir un esclave, ce qui pouvait se faire par le payement d’un somme d’argent mais pas nécessairement. Par exemple c’est le verbe lutroo qui sert pour évoquer la libération des hébreux hors d’Egypte, où il n’y a eu nulle rançon pour avoir cette libération, c’est par la force. Les esclaves pouvaient aussi être affranchis selon à l’occasion d’un jubilé, là encore sans rançon versée.
  • « Le sang de l’alliance, qui est versé pour beaucoup pour le pardon des péchés » (Mt 26,28) ;
    Oui, il est versé pour la multitude, en signe de l’amour de Dieu, et donc de notre pardon (aimer c’est précisément ne pas garder les fautes de l’autre), et afin de rendre possible que nous vivions de ce pardon de Dieu, et trouvions enfin la force de pardonner aux autres.
  • « Vous qui étiez morts à cause de vos fautes et de l’incirconcision de votre chair, il vous a rendu à la vie avec lui. Il nous a pardonné toutes nos fautes, il a annulé l’acte rédigé contre nous qui nous condamnait par ses prescriptions, et il l’a annulé en le clouant à la croix. Il a ainsi dépouillé les dominations et les autorités et les a donné publiquement en spectacle en triomphant d’elles sur la croix » (Col 2, 13-15) ?
    il s’agit d’une libération de la source du mal en nous, d’une résurrection de notre vie, je ne vois pas ici de valeur de la souffrance comme satisfaisant la justice de Dieu, lui permettant alors de nous pardonner ?!
  • …Mais peut-être existe-t-il quelques passages dans un coin qui soutiendrait cette idée horrible. C’est tellement courant dans la pensée du monde depuis la nuit des temps dans le domaine du commerce que chaque marchandise ou service se paye. La Bible est un livre pluraliste, avec des voix diverses. Il revient à chacun par l’Esprit de discerner sa propre conception de Dieu, conception de ce qui est juste et bon.

Bien fraternellement

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

PS. Pour un peu plus de détails sur cette question, voici ce que j’avais écrit il y a quelques années concernant cette question :

À quoi sert la mort du Christ ? En quoi est-ce que ces larmes, ce sang, cette souffrance, cette croix nous apporte quoi que ce soit d’important pour vivre ?

Des théories fumeuses, voire totalement perverses, ont fleuri. La pire est sans doute la thèse popularisée par Anselme de Cantorbery au XIe siècle, théorie encore soutenue aujourd’hui que par quelques extrémistes catholiques ou protestants. La thèse d’Anselme est appelée du doux nom de satisfaction vicaire. Selon cette théorie, Dieu ne pourrait pardonner une faute qu’à condition que quelqu’un paye. Selon cette théorie, comme nos péchés sont abominables et que nous sommes nombreux, la note est vraiment salée. Nous sommes surendettés de péchés à payer. Déjà, cela me semble exagéré, mais la suite du raisonnement est abominable : le Christ, en étant innocent et en souffrant terriblement, aurait payé la note, nous achetant ainsi notre pardon pour satisfaire la terrible justice de Dieu.

Cette théorie est une incroyable régression par rapport à l’évangile du Christ, elle est même en régression par rapport à la théologie d’Abraham (soit une régression niant presque 4000 ans d’efforts de Dieu pour se faire connaître depuis qu’il empêche Abraham de sacrifier son fils).

Cette théorie est épouvantable dans l’idée de Dieu qu’elle projette : un Dieu qui pourrait d’une certaine façon se satisfaire de la peine d’un homme. Un Dieu qui aurait besoin de cette peine, de cette souffrance, et même de la peine de son enfant bien aimé ! Mais cette théorie est épouvantable aussi par l’idée de justice qu’elle offre à la conscience humaine. Non, il n’est pas juste qu’un innocent souffre à la place des coupables. Le projet de Dieu n’est même pas que le coupable souffre, mais qu’il change et vive enfin. Et puis, non, le pardon et l’amour ne se monnayent pas, ni en faisant du bien, mais encore moins par de la souffrance, et certainement pas par du sang ou de la mort.

Certes, cette théorie du rachat de nos péchés par le Christ peut trouver une justification biblique. Mais les pires idées peuvent être aussi justifiées par des textes bibliques si l’on s’applique vraiment, par exemple certaines personnes sont arrivées à justifier le racisme de l’apartheid à partir de l’histoire des fils de Noé. On peut tirer le meilleur comme le pire de la Bible. On peut tirer aussi le meilleur comme le pire du Coran. On peut tirer des textes définissant la « laïcité à la française » aussi bien des idéaux de liberté et de respect, mais certains arrivent à en tirer une sorte de laïcisme plein de haine pour la foi des croyants,d ans une athéisme intégriste.

Une autre compréhension de la croix du Christ est non seulement possible, mais soutenue quasi unanimement pas les 4 évangiles et par des textes majeurs de l’apôtre Paul. Le cœur même de l’Évangile c’est que le premier à aimer (même ses ennemis) : c’est Dieu. Il n’y a pas de « péché originel », c’est une invention du Ve siècle, par contre il y a un amour originel, celui de Dieu. Il n’y a donc rien à racheter. Et l’amour de Dieu, comme tout amour véritable, ne s’achète pas.

Cet amour originel, Jésus en témoigne quand il dit, selon le témoignage de Jean : Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque ait foi grâce à lui ne meure pas, mais qu’il ait la vie éternelle.(Jean 3:16)

L’amour de Dieu est premier, et le Christ manifeste cet amour qui est à l’origine de tout ce qui est vivant et bon en ce monde, il le manifeste pour que nous vivions par lui.

Mais c’est l’apôtre Paul qui développera bien cette notion d’amour originel de Dieu, manifesté en Christ. Par exemple dans sa lettre aux Romains, l’apôtre Paul nous dit que :

Alors que nous étions encore sans force, Christ,
au temps marqué, est mort pour des impies.
À peine mourrait-on pour un juste,
quelqu’un peut-être mourrait pour un homme de bien.
Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que,
lorsque nous étions encore des pécheurs,
Christ est mort pour nous.
(Romains 5:6-8)

C’est clair. La croix est signe de l’amour de Dieu pour nous. Elle est signe du pardon de Dieu, elle n’achète pas ce pardon. Et comme Jésus dans le passage de l’Évangile selon Jean que je citais précédemment, Paul nous dit que cet amour manifesté sur la croix nous invite à aimer Dieu, à nous réconcilier avec lui.

Et Paul ajoute, un, peu plus loin que « Rien ne nous séparera de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ : ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature. » (Romains 8:38-39)

Parce que cet amour est donc sans chantage, nous ne sommes pas obligés d’aimer Dieu en retour. Nous l’aimerons si nous le voulons bien. Nous aimerons les autres si le cœur nous en dit. C’est la liberté et la joie de Dieu, si je puis dire, d’aimer l’humanité et d’aimer chaque être individuellement. C’est notre liberté de nous ouvrir ou non à cette dynamique, à cette qualité d’être, de cheminement et de vie qu’est Dieu. C’est notre liberté, et c’est vraiment aussi une joie…

Vous aimerez aussi...

9 réponses

  1. Michel dit :

    Bonjour Marc,

    Il semble que le NT enseigne bel et bien que Jésus a réalisé lui-même ce que l’AT décrit sous la forme de sacrifices d’animaux, qui seraient une anticipation de ce que Jésus réaliserait une fois pour toutes. Voici 4 passages, mais il y en a d’autres:

    Romains 3:25:5 C’est lui que Dieu s’est proposé de constituer en expiation, au moyen de la foi, par son sang, pour montrer sa justice – parce qu’il avait laissé impunis les péchés commis auparavant.

    Éphésiens 1:7:7 En lui, nous avons la rédemption par son sang, le pardon des fautes selon la richesse de sa grâce.

    Colossiens 1:19-20 : Car il a plu à Dieu de faire habiter en lui toute plénitude et, par lui, de tout réconcilier avec lui-même, aussi bien ce qui est sur la terre que ce qui est dans les cieux, en faisant la paix par lui, par le sang de sa croix.

    1 Jean 1:7 : Si nous marchons dans la lumière, comme lui–même est dans la lumière, nous sommes en communion les uns avec les autres, et le sang de Jésus, son Fils, nous purifie de tout péché.

    • Marc Pernot dit :

      Effectivement, il existe quelques versets qui ont été traditionnellement interprétés dans le sens d’une lecture de la croix comme un « sacrifice propitiatoire », le mécanisme serait de payer une rançon avec les souffrances de Jésus, avec son sang versé, sa mise à mort.

      D’abord, il existe une autre lecture possible, massive de la mort du Christ :

      • 1) simplement due à la méchanceté et à l’orgueil des humains, comme le dit la parabole très claire de Jésus lui-même, quand après avoir envoyé des prophètes maltraités, le maître de la vigne envoie son fils « en disant: Ils auront du respect pour mon fils. » (Marc 12:6) il est clair que le pardon de Dieu et sa bonne volonté pour sauver les pécheurs étaient premiers, avant la mise à mort du fils par les méchants vignerons homicides. Et donc que Dieu nous pardonne et sauve malgré la croix et non grâce au sacrifice de Jésus.
      • 2) elle est le signe de l’amour de Dieu et de l’amour de Jésus en écho. C’est d’ailleurs ainsi que Jésus la lit par exemple dans Jean 15:9-13 : l’amour de Dieu est premier, suscitant l’amour de Jésus pour nous, amour qui va jusqu’à donner sa vie pour nous.
      • 3) Jésus dit, affirme, et manifeste par ses paroles et ses actes que Dieu va jusqu’à aimer ses ennemis, bénir ceux qui le maudissent, faire du bien à ceux qui le haïssent, et intervenir en faveur de ceux qui maltraitent et persécutent… (Matthieu 5:44). Jésus n’a besoin d’aucun rachat, aucune souffrance infligée à un coupable (et encore moins à un innocent) pour pardonner à la femme adultère, ni à l’homme paralysé descendu par ses amis à travers un trou dans la toiture, ni aux soldats romains qui le crucifient..

      Paul confirme cette lecture de la croix comme signe de l’amour et non comme utile en quoi que ce soit pour permettre le pardon : Romains 5:8 « Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. »

      Ensuite, les sacrifices des hébreux n’avaient pas pour but d’acheter le pardon de Dieu, ni de payer un prix pour racheter nos fautes. Ce type de marchandage était étranger à leur logique (tant mieux pour eux). Ce sont des sacrifices de louange à Dieu, en particulier pour son pardon. D’ailleurs des centaines d’années avant le Christ, bien des prophètes déjà canonisés de son temps, remarquaient que le sacrifice n’a en soi aucune utilité, si ce n’est celui de l’être du coupable lui-même qui se convertit. Par exemple Osée 6:6 où l’Eternel dit « Car j’aime la piété et non les sacrifices, Et la connaissance de Dieu plus que les holocaustes », cité en Mt 12:7 où Jésus dit « Si vous saviez ce que signifie: Je prends plaisir à la miséricorde, et non aux sacrifices, vous n’auriez pas condamné des innocents. »

      Le sacrifice d’animal au temple est un signe de reconnaissance pour le salut et la bénédiction de Dieu. Ce n’est donc pas pour les juifs une « victime expiatoire » ni « propitiatoire ». La fête du Yom Kippour est centrée sur l’idée de repentance, de démarche de réparation, pas sur l’idée d’un sacrifice calmant la fureur d’un dieu en colère comme dans les cultes de Baal ou de multitudes de cultes divers dans l’entourage des hébreux. Du temps de Jésus, et particulièrement pour Jésus, la culte àç la synagogue, et une démarche spirituelle ont plus d’importance que les sacrifices. On le voit clairement dans l’acte majeur posé par Jésus dans le temple de Jérusalem, solennellement, après avoir été acclamé comme roi avec des rameaux. Il renverse les tables des marchands du temple, indispensables pour que les familles qui le désirent puissent offrir un sacrifice. Jésus appelle plutôt à la prière.

      Il est donc inimaginable dans le contexte du milieu de Jésus que l’idée même d’un sacrifice humain, qui plus est d’un innocent, puisse en quoi que ce soit « satisfaire » Dieu, ou être trouvé le moins du monde conforme à la justice, et encore moins justifiant qui que ce soit aux yeux de Dieu.

      Quant à ce genre de versets utilisés pour soutenir cette théorie du sacrifice expiatoire, j’ai proposé quelques lectures ci dessus. Je vais essayer ci-dessous de le faire aussi pour les versets que vous citez.
      Mais de toute façon, on n’est pas nécessairement d’accord avec tous les versets, et on ne peut pas nécessairement les comprendre du premier coup.

      Comme indiqué, il me semble utile de noter que les traductions proposées dans ces versions me semblent impropres, elles sont tirées d’une conception grecque (et donc païenne) du sens des mots et non de leur signification hébraïque déterminante dans ce contexte :

      • « ilasmos » ou « ilasterion » (1Jean 2:2; 1 Jean 4:10 ; Romains 3:25) est traduit par « victime expiatoire » alors que ces mots signifient dans la Bible hébraïque aussi bien le pardon (comme dans le Psaume 130:4) ou la fête du pardon (le kippour) en hébreu. Dans ces versets, s’il y a donc « expiation », ou victime expiatoire », il est possible de lire « signe du pardon de Dieu », de sa justice, de son amour.
      • Le sang répandu, aspergé, fait référence à l’agneau de la Pâque, agneau qui était mangé par les hébreux afin de prendre des forces pour se mettre en route dans le chemin de salut ouvert par Dieu (sans qu’ils aient eu besoin de l’acheter ni « d’expier » leurs fautes) et dont chacun devait asperger du sang sur les montants de sa porte pour éviter la mort. Je pense que c’est un signe d’alliance (Ex 24:8; Mt 26:28; Mr 14:24; Heb 9:20; Heb 10:29), très ancien, liant les deux contractants, comme si trahir ce lien était comme se vider de son sang. Ce n’est pas du sang offert à Dieu ou à diable pour payer quelque prix que ce soit. Cela ne « marche » que si l’alliance est tenue. Or, en Christ, précisément, on découvre que Dieu va jusqu’à aimer ses ennemis, et donc que lui tient l’alliance même unilatéralement, et que c’est comme si Dieu lui-même avait marqué du signe de son alliance sur chaque personne.
      • « lutroo » ou « lutrosis » peut faire référence en grec à la notion de rançon, certes, mais en hébreu, non, c’est le fait de libérer quelqu’un, un prisonnier, un esclave que l’on affranchit. Par exemple, précisément à la Pâque juive si importante et emblématique, c’est le verbe lutroo qui sert pour évoquer la libération des hébreux hors d’Egypte, où il n’y a eu nulle rançon pour avoir cette libération, c’est par la force. Les esclaves pouvaient aussi être affranchis selon à l’occasion d’un jubilé, là encore sans rançon versée. On traduira donc cette notion non par les mots de « rachat » ou de « rançon » mais par libérer, affranchir, sauver… comme on veut

      Ce qui nous sauve, ce n’est donc rien d’autre que la grâce de Dieu,

      • Romains 3:25 : tout ce développement vise à montrer précisément que le salut est gratuit (v.24) et donc sans que quiconque paye une note, et le Christ est signe de cet amour, de ce salut. Cela appelle la foi, notre foi, en confiance en ce Dieu qui aime et qui donne le signe d’alliance qu’est le sang de l’agneau, même si nous n’avions pas pensé à en asperger nos portes. D’ailleurs cette référence nous appelleà manger le Christ, à assimiler ses paroles, sa façon d’être et d’aimer, y puiser des forces pou rnous mettre en route, en chemin de vie grâce à la foi en lui, par lui…
      • Éphésiens 1:7 : là encore, cette « rédemption » est une libération pour avancer dans la vie, vers la vie. C’est bien plus qu’une simple amnistie. Bien autre chose. De toute façon, en Christ nous savons que Dieu ne garde pas rancune, il ne garde pas de comptabilité des bons et mauvais points. Il a de toute façon une volonté de nous aider à avancer. Telle est la richesse de sa grâce.
      • Colossiens 1:19-20 : Ce n’est pas Dieu et son terrible jugement qui devait être réconcilié avec nous. Il n’a cessé depuis les origines de vouloir libérer l’humain de sa détresse qu’elle soit de sa faute ou qu’elle soit subie. Et donc la question est de ramener le pécheur mais aussi le chaos de la nature dans la vie et la paix. De réconcilier tout ce bazard (si je puis dire), avec lui. A la base, donc, l’amour même unilatéral de Dieu, manifesté en Christ, qui est comme un signe d’alliance de Dieu avec l’univers entier, aspergé même si le pécheur n’a pas pensé, pas voulu prendre cette peine, ou refusé.
      • 1 Jean 1:7 : Cet amour nous purifie, car c’est ainsi que Dieu nous regarde.

      Cette idée de sacrifice humain nécessaire pour que Dieu puisse sauver me semble complètement contraire à ce que manifeste Jésus-Christ. Cela me semble un régression par rapport à la religion juive, et à ses efforts millénaires pour réinterpréter les sacrifices païens. De plus, cette idée de sacrifice humain nécessaire me semble induire une épouvantable idée de la justice, et donc de l’éthique de base dans les échanges entre personne qui s’aiment.

      Bien cordialement

  2. Marc Antoine Gabarre dit :

    Le sacrifice du Seigneur Jésus-Christ, l’offrande de sa vie sur la croix c’est l l’œuvre qui nous sauve.
    Mais il est aussi un sacrifice de rédemption, de rachat, fin que nous appartenions désormais à Dieu, après avoir été sous la domination de Satan.
    DIEU ne prend pas de force. Il nous demande de le reconnaître comme notre Dieu et de nous offrir nous-mêmes volontairement à lui.

  3. prisca dit :

    Bonjour Monsieur Pernot,

    J’arrive sur votre blog car j’essaie de trouver régulièrement des personnes qui pensent comme moi, et c’est la première fois qu’effectivement je tombe sur une personne qui pense comme je pense, à savoir que Dieu n’envoie pas Jésus pour accabler Jésus des péchés des hommes pour en échange donner son Pardon.

    C’est ahurissant comme vous le dites et c’est à se demander à quoi pensent les prêtres catholiques et consorts.

    Mais après la question reste en suspens, et se pose toujours.

    Pour avoir cherché longtemps, je vous en parle.

    Jésus s’est abaissé au rang d’homme afin de paraitre « demi dieu » et ainsi lorsque Jésus donnera la vision à l’empereur Constantin, celui ci sera favorable à la libération des chrétiens, otages, car il aura perçu le prix de la rançon, à savoir la Vie de Jésus symbolisée par la Croix, laquelle il voit dans le Ciel de Rome.

    Donc par sa Crucifixion Jésus a vaincu l’empereur Constantin.

    Hébreux 2 dit que Jésus a vaincu satan.

    Est ce que Constantin est satan ?

    Il l’est car il porte le nombre 666 puisque DIEU nous donne cet indice pour conforter une opinion.

    Le chrisme = RHO =100 , CHI = 600 = 700 ; Jésus a donné sa Vie – 34 = 666

    Le chrisme sur le casque de Constantin et le casque sur son front.

    Ainsi DIEU non ne donne pas son Pardon en ayant eu en échange la Vie de Jésus.

    Jésus apporte la Parole de Dieu, et la Parole de Dieu doit être répandue : c’est le but.

    Mais Rome fait obstruction.

    Jésus souffre la mort sur la Croix pour que la Parole de Dieu se fraye le passage dans la Rome paienne afin que l’ère Chrétienne voit le jour.

    De ce fait donc les Lois ne sont pas abolies comme le disent les catholiques puisqu’eux voient le Pardon de Dieu en échange des péchés.

    Donc tout change tout pour tout.

    Et pour regagner le Ciel la condition à remplir est : croire en Jésus, écouter sa Parole, la mettre en pratique. Comme la Nouvelle Alliance prévoit que lorsque DIEU juge la personne acceptable, Dieu l’accepte par son Jugement et rend la personne « vivante » c’est donc au mérite que la Grâce gratuite de DIEU s’exerce car par gratuité il faut entendre que la Foi Dieu la donne, car après la personne « vivante » se voit désinibée du mal, puisque ceux qui appartiennent à Dieu ne pèchent plus 2 Jean 5 18 Nous savons que quiconque est né de Dieu ne pèche point; mais celui qui est né de Dieu se garde lui-même, et le malin ne le touche pas.

    Bien à vous.

    • Marc Pernot dit :

      Bonjour

      Je ne suis pas du tout convaincu par ce type de lecture : ni de l’histoire, ni de la Bible avec ce type de calculs qui sont des inventions relativement récentes.

      La Bible, même l’apocalypse, parle du présent de foi du lecteur du livre. C’est un livre qui parle du présent continu. Donc l’Apocalypse n’est pas plus une prophétie sur Néron, sur Constantin… mais une prédication pour nous aider à voir clair sur nous-même, notre vie, notre monde et Dieu.

      Ensuite, vous en tirez la conclusion que c’est plutôt pas mal de mettre sa confiance en Jésus Christ. Certes, cela me semble effectivement une bonne idée.

      Mais il ne me semble pas qu’il y ait à « regagner le ciel », puis qu’en Christ, est révélé précisément que Dieu vient à nous, et même en nous. De quoi aurions-nous peur ?

      Dieu vous bénit et vous accompagne

  4. Julie dit :

    Bonjour Monsieur Pernot, ayant lu les articles traitant de la question d’un rachat ou de sacrifice de Jésus, je m’interroge : si la croix est le signe de l’amour de Dieu pour nous, en quoi la souffrance de Jésus manifeste cet amour ou peut pousser à aimer Dieu en retour ?

    Merci.

    • Marc Pernot dit :

      L’apôtre Paul explique (Romains 5:6-8) : déjà ce n’est pas drôle de donner sa vie pour des personnes justes, mais lui, Christ, a donné sa vie pour des pécheurs (nous tous), et pour cela, il faut vraiment être motivé par l’amour pour ces personnes, pour cette humanité, sinon ce n’est pas possible.

      • Julie dit :

        « Pour nous » s’entend parce qu’il a œuvré pour qu’il n’y ait pas de séparation entre Dieu et les Hommes, qu’il a témoigné de Dieu, montré l’amour de Dieu, alors il en a subi les conséquences (sa mise à mort) ? Donc il est mort sur la croix parce qu’il nous a aimé ?

        • Marc Pernot dit :

          Le Christ a travaillé à notre réconciliation avec Dieu. oui. Ce n’est pas que Dieu aurait eu besoin d’être réconcilié avec nous puisque Dieu a toujours été amour et pardon, il n’a donc jamais eu besoin d’être réconcilié avec nous. Par contre, le Christ a tout fait pour réconcilier l’humain avec son Dieu : l’humanité en général et chaque personne en particulier. Bien entendu cette œuvre est encore en cours et plus nécessaire que jamais. Il y a tant de personne qui ignorent Dieu ou qui s’en méfient. Effectivement, Jésus a manifesté que Dieu est prêt à tout donner pour que nous soyons en forme, rayonnant de bonne choses. Et à la suite du Christ, il nous est donné « le ministère de la réconciliation » pour appeler à nous réconcilier avec Dieu (2 Corinthiens 5:18 ).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *