Ma mère est persuadée qu’être avocate est le plan que Dieu a prévu pour moi.

un bébé koala sur le dos de sa mère - Image par Welcome to all and thank you for your visit ! ツ de Pixabay

Pour une maman, on est toujours son petit koala mignon, c’est naturel.

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour
J’ai 19 ans et je suis une étudiante en deuxième année en droit.

Depuis le début de ma première année, je me rend compte que le métier d’avocate n’est pas quelque chose que j’aime. J’ai de plus en plus de difficultés à valider mes stages et à m’investir comme il le faudrait dans ces études. Actuellement, je souhaites arrêter et me lancer dans quelque chose que j’aime vraiment : être orthophoniste.

Cependant, voici mon vrai problème : Je suis issue d’une famille évangélique et moi-même je le suis. Le soucis c’est que ma famille, plus particulièrement ma mère n’est pas du tout d’accord à l’idée que j’arrête cette formation, étant persuadée que c’est le plan que Dieu a prévu pour moi. Je lui explique sans cesse que je n’arrive pas à m’investir, à faire plus d’efforts et cela commence à jouer sur mon moral de tous les jours. Je suis fatiguée de faire des études qui ne m’intéressent pas.

Je ne comprends pas la logique du fait que je supporte de moins en moins cette formation, mais que ce soit tout de même la volonté de Dieu, d’autant plus que j’ai déjà beaucoup prié par rapport à tout ça, j’ai déjà demandé à Dieu de m’aider à supporter tout ça, à me faire aller mieux, mais rien n’y fait.

Aujourd’hui, j’ai envie de passer à autre chose, de faire ce que j’aime. Mais j’ai peur que ce que j’aime ne soit pas la volonté du Seigneur. Je ne suis pas sûre que Dieu puisse permettre de subir ce que je subis moralement actuellement. Peut-être si cette formation était vraiment difficile mais que j’en avait un minimum envie, ou que ça m’était supportable, j’aurais pu accepter l’idée que c’est la plan de Dieu, en sachant bien évidemment que son plan n’est peut-être pas obligé de nous plaire ; mais dans ma situation, j’ai du mal à y croire.

J’ai un doute lorsque l’on me dit que c’est le chemin que Dieu a prévu pour moi, alors que c’est quelque chose que je n’arrive plus à faire.

Je vous remercie énormément pour votre patience, en attendant une réponse de votre part.

Que Dieu vous bénisse

Réponse d’un pasteur :

Chère Sophie

Votre mère a tout à fait le droit d’être dans une église « évangélique », seulement cela ne lui donne pas le droit de décréter quel est le plan de Dieu à votre égard. Je trouve cela tout à fait problématique. En le disant de façon aussi catégorique, elle confond sa propre pensée avec celle de Dieu lui-même. C’est un problème spirituel, déjà, pour elle-même. Avant de décréter quelle est la volonté de Dieu, il faut de la modestie et de la prudence, comme vous le faites, et dire « Je me demande si ce pourrait vraiment être la volonté de Dieu que tu sois avocate, ou orthophoniste ? » Comme une hypothèse, avec un point d’interrogation. Car en nous, bien des voix s’expriment et bien des voix sont assez habiles pour se faire passer pour l’Esprit-Saint en nous.

Mais peut-être que dans votre église on vous encourage à dire, quand on a eu une impression, que c’est Dieu qui vous a révélé cela ?

En l’occurrence, c’est effectivement à vous de discerner par vous-même ce qui vous correspond, dans un dialogue entre vous-même et Dieu. Pour cela, il y a la prière personnelle, il y a l’observation de ce que l’on a soi-même dans le cœur, il y a l’écoute des personnes qui nous aiment, c’est vrai. Mais en définitive c’est entre Dieu et vous. Dieu n’est pas méchant, il ne viole pas la conscience d’une personne. Quand on est dans le plan de Dieu, vous avez raison, cela ne nous plait pas toujours, mais on sent que cela nous correspond, on sent que chaque effort est comme porté. Manifestement, ce n’est pas le cas dans ce que vous dites, et il me semble que ce n’est pas faute d’avoir essayé car vous avez fait un long effort, avec bonne volonté, avec ouverture à la possibilité que ce soit la volonté de Dieu. C’est bien.

La difficulté, c’est que si votre mère a décidé que c’était la volonté de Dieu. Est-ce qu’elle peut entendre que vous, vous pensiez que ce n’est pas la volonté de Dieu ? A quel point est-elle sûre d’elle-même ?

Ensuite, est-ce que vous avez creusé votre projet de faire carrière dans l’orthophonie ? Est-ce que vous avec rencontré des personnes travaillant dans ce secteur pour connaître le contexte ? Est-ce qu’ensuite, effectivement vous avez éprouvé cette intuition dans la prière ? C’est ainsi que l’on discerne un projet, dans un aller et retour entre le monde où nous sommes et l’Esprit, que nous cherchons à ce que la volonté de Dieu soit faites, qu’elle s’incarne dans notre vie, dans notre monde.

Il est possible que parfois la volonté de Dieu soit assez pressante pour nous indiquer une voie. Je pense que c’est exceptionnel. Dieu ne considère pas la personne humaine comme une machine dans laquelle il charge un logiciel lui imposant un fonctionnement. Son projet est de nous créer à son image : de nous créer créateur, nous même, donc capable d’inventer une vie nouvelle. Souvent, l’on dit que Dieu nous éclaire. Par exemple dans ce fameux verset « Ta Parole est une lampe à mes pieds, une lumière sur mon sentier » (Psaume 119:105). La Parole de Dieu ne nous révèle pas un unique chemin pour nous. Il ne nous place pas sur un rail pour qu’ensuite nous n’ayons même plus à choisir. Mais la Parole de Dieu est lumière afin de nous aider à défricher dans un pays que personne n’a encore exploré (celui de la suite de notre vie) un chemin nouveau un petit peu plus en connaissance de cause. Et la promesse de Dieu est qu’il nous accompagnera. Le chemin qu’est le Christ est celui de la confiance en Dieu et donc de l’audace d’oser inventer, de créer notre propre sentier. C’est ainsi que ce qu’il faut demander à Dieu c’est sa lumière, sa sagesse, c’est de nous ouvrir (encore plus) les yeux, les oreilles et l’intelligence. Ensuite, parmi les cas exceptionnels où Dieu se fait plus directif, je pense que c’est dans le cas d’un danger aigu, quand vraiment notre projet est de la folie, ou quand il y a une opportunité exceptionnelle qui nous correspond si bien, à nous en particulier, que ce serait dommage que nous passion à côté. Mais même là, je pense qu’il agira plus en mettant en lumière la situation pour nous, et en nous donnant du courage. Pas en nous injectant dans le cerveau un programme.

C’est très humain pour une maman de considérer sa fille chérie comme son bébé, qu’il faut accompagner, guider, porter. Hier encore, il fallait vous apprendre à mettre le bon pied dans la bonne chaussure, et hop, le temps d’un battement de cil, et vous êtes devenue une femme adulte. Cela demande de la compréhension, et je sens que ce respect, vous l’avez aussi, malgré cette grande difficulté, et malgré la nécessité de lui faire comprendre que vous avez votre façon de sentir et de voir, votre sensibilité, que vous avez votre foi, et que c’est par la foi que vous avez discerné ce chemin.

Dieu vous bénit et vous accompagne sur le chemin que vous choisirez.

par : pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *