Croyez vous qu’il soit possible de jeter un sort ? Sinon comment comprendre cette situation ?

Par : pasteur Marc Pernot

tourbillon marin - Image parNaomi Booth de Pixabay

Question d’un visiteur :

Chers pasteurs

Ma question va vous paraître saugrenue, mais croyez vous ou, sinon comment expliquez vous qu’un « mauvais sort » puisse être jeté sur qq’un ? Je m’explique :
ma collègue directe (une femme que j’ai donc l’occasion d’observer et d’écouter quotidiennement) est une femme très bien (honnête, dynamique, gaie, saine de corps et d’esprit) et courageuse (elle élève seule ses 3 enfants et reste toujours de bonne humeur et positive malgré un rythme quotidien exigeant). Divorcée, ses relations avec son ex-mari et plus particulièrement son ex belle-mère sont exécrables, bien que les raisons du divorce soient parfaitement légitimes (de sordides affaires de moeurs), l’ex belle-mère ne supporte pas l’idée que des rumeurs puissent ternir son image de notable. Aussi a-t-elle juré il y a plusieurs années de faire payer l’affront à ma collègue et de lui jeter un sort.

La menace fait sourire ou lever les yeux au ciel… Néanmoins, prenant la menace au sérieux, la mère de ma collègue est allée voir un prêtre qui lui a assuré que ses trois jeunes enfants étaient protégés. Néanmoins, il pense que la belle-mère va chercher à atteindre ma collègue au travers de son entourage.

Ca vous parait sûrement complètement dingue, mais depuis plus de deux ans, ma collègue est régulièrement frappée par des malheurs et des épreuves plus ou moins grandes mais qui parasitent sa vie : elle a perdu son père puis deux membres proches de sa famille, pannes de voiture, dégâts des eaux, accident de baby-sitter, amendes et fourrières, amende dans le métro pour avoir voyagé involontairement une seule fois avec un ticket tarif réduit (quand on voit le nombre de fraudeurs on se demande si ce n’est pas une plaisanterie) et j’en passe.

En temps normal, j’ai tendance à penser que beaucoup de personnes attirent involontairement le malheur par leur attitude ou leurs décisions. Si je me permets de recueillir votre avis sur cette question apparemment fantaisiste de sort jeté, c’est parce que je ne peux rien déceler chez ma collègue qui puisse expliquer la récurrence et la diversité de ses soucis, la situation de ma collègue qui s’est dégradée assez subitement et malgré son tempérament. Elle est réaliste, dynamique, positive, humaine, sensée, bref elle a des qualités exceptionnelles et c’est comme si le sort s’acharnait sur elle. Le seul « travers » que je pourrais identifier serait une hyperactivité qui l’empêcherait de prendre le temps et pourrait contribuer à ses malchances, mais pas à ses malheurs (deuils, accident grave d’une amie)

L’ex belle-famille de ma collègue est originaire d’Estonie. Pas de vaudou donc mais peut-être davantage de pratiques de sorcellerie ? Le prêtre auquel a fait appel la mère est catholique. Il doit pratiquer l’exorcisme ou qqch d’équivalent. Il n’en demeure pas moins que les deux petites filles n’ont pas de souci particulier.

Croyez vous qu’il soit possible de jeter un sort ? Si vous n’y croyez pas, comment ceux qui y croient expliquent-ils le fonctionnement d’un sort ? Et vous, que pensez vous de cette situation ?

Merci de m’avoir lue et pour votre avis.
Bien à vous,

Réponse d’un pasteur :

Bonjour & merci de prendre à cœur les malheurs de votre amie.

Bravo d’en chercher le sens.

Du point de vue théologique et spirituel, mais aussi scientifique (c’est aussi ma formation) : je ne pense absolument pas qu’il existe des forces obscures et maléfiques. Il existe qu’une seule puissance transcendante et elle n’est que créatrice de vie, de mieux être, de réconciliation. Nous l’appelons « Dieu » en français. Le reste est gouverné par les lois de la cause et des effets, le hasard (chaos), et des personnes humaines qui peuvent à notre échelle et avec nos propres forces humaines, avoir des pensées et des actions sur ce monde. Même la plus malveillante des personnes n’a donc aucune puissance à mobiliser en jetant un sort, avec quelque pratique ou prière que ce soit. Tout au plus, il serait possible d’envisager la possibilité d’une transmission de pensée. Je veux bien en accepter l’hypothèse bien qu’à ma connaissance cela n’ait jamais été scientifiquement observé par un laboratoire indépendant de scientifique sceptiques. Mais même alors, cette transmission de pensée serait quelque chose de ténu contre lequel il serait possible de résister, et qui en tout cas ne tue pas et ne pilote pas une personne à distance.

Par conséquent, je pense qu’il n’y a rien d’objectif dans le fait de « jeter un sort ». Je suis persuadé qu’un colibri, par exemple, pourrait être maudit par la belle mère de votre copine, cela ne changerait rien à sa vie de colibri, cela ne ferait même pas frémir la plus légère de ses plumes. Elle pourrait jeter un mauvais sort à un pavé qu’il ne bougerait pas d’un millimètre.

Mais pour une personne humaine qui pense qu’on lui a jeté un sort, et qui croit cela possible, nous ne sommes pas dans la même configuration qu’un colibri. Tout événement peut alors être interprété sous cet angle. Et la peur des événements influe sur notre façon de vivre, d’espérer, d’agir, induisant de mille façons ténues notre corps, nos muscles, nos cellules, notre façon de dormir et de se lever, de vivre et de faire les petits choix de la vie quotidienne. L’être humain est si complexe et en grande partie mystérieux.

Notre monde, lui, n’est pas entièrement déterminé. Il l’est en partie, mais il y a aussi une large indétermination, due à la structure même de ce monde physique, dû aussi à la libre décision des humains, en particulier. Le propre du hasard est de rendre possible des séries, par exemple, même en tirant à pile ou face, il n’est pas rare que sur 10 tirages il y ait trois fois pile de suite. Il est facile d’y voir un signe si l’on est superstitieux alors qu’en réalité : non, absolument pas. Une personne pensant subir un mauvais sort va interpréter ces trois tirages comme pouvant venir de là. Mais je suis certain qu’elle pourrait trouver tout autant de miracles positifs dans sa vie durant ces années : combien de fois a-t-elle roulé dans un bus qui n’a pas eu d’accident ? traversé la rue sans se faire écraser ? passé un hiver sans attrapé la grippe ? combien de joints de robinet usés n’ont pas inondé le voisin du dessous ? elle n’a pas perdu ses enfants ni son travail. Et pour les décès, combien avons-nous d’amis proches ? bien plus qu’il ne semble. J’ai personnellement remarqué que quand il y a un accident impliquant un grand nombre de personne que je connais la plupart du temps une personne touchée directement par ce drame (attentat, accident d’avion)… La personne se croyant envoutée se sentira peut-être vidée personnellement, peut-être même responsable de cette catastrophe à cause de cela ! Alors que cela n’a rien à voir. le fataliste y verra un coup du destin, le scientifique y verra un coup du hasard, le religieux un signe de ses dieux ou de ses démons, le superstitieux y verra une maladresse de s’être levé du pied gauche ou de subir une conjonction de Vénus et de Mars défavorable pour les personnes du 2e décan…

Concernant votre amie, je suis convaincu que ce n’est pas sa belle mère qui lui a jeté un sort, mais qu’elle l’a traumatisée. C’est peut-être même pire, car la cicatrisation de ce genre de traumatismes est un vrai travail de rééducation comme après un accident corporel. Cela peut prendre du temps et de l’énergie. Cela demande de vouloir sortir de cette emprise, de ce traumatisme qui lui donne une vision de la réalité qui décuple le pouvoir nocif de chaque difficulté, petite ou grande, rendant encore plus sensible, plus bouleversée, plus effrayée et sensible aux malheurs qui arrivent. Moins sensible aux belles choses qui lui arrivent.

Et franchement, le prêtre qui joue ce jeu là ne lui rend pas service. Il lui a « assuré que ses trois jeunes enfants étaient protégés » ! par qui ? par Dieu qui se contenterait d’aider à moitié contre le mal ? Certaines personnes et pas d’autres ? Sympa comme conception de Dieu ! S’il pouvait protéger les deux fillettes et ne protégeait pas la mère, c’est qu’il est fatigué ? Qu’il ne veut pas ? ou qu’il est en grève et n’assure que le service minimum de la grâce ? De plus cette promesse qu’il n’arrivera rien à ses filles est une invention qui part sans doute d’une bonne intention, mais c’est hyper dangereux, il convient évidemment qu’elle fasse particulièrement attention à ses filles car c’est ce qu’elle a de plus précieux et qu’elles peuvent subir comme tout le monde les coups du hasard, et les fruits de leur maladresse. Il est donc prudent d’évaluer les risques sans cesse, sans se reposer sur d’illusoires sécurités.

Non, Dieu n’est ni le père Noël ni le Père fouettard. Il ne joue pas avec les événements comme ça, il est une dynamique d’évolution vers plus de vie et une meilleure qualité de vie, et quand une personne subit une catastrophe c’est n’est pas Dieu qui l’a voulu ni permise, c’est que Dieu n’a pas pu, malgré ses efforts, prémunir contre ce mal. Et ce ne sont pas non plus les démons ni le diable : ils n’existent qu’en l’humain, par sa capacité à être méchant.

A mon avis, le mieux que l’on puisse souhaiter à votre amie est de sortir de cette fausse peur. Cela la détourne des vrais enjeux, des vraies solutions pour vivre bien, et pour être heureuse. Elle doit probablement en vouloir terriblement à sa belle mère, et cette colère aussi la ronge, et diminue ses défenses, ainsi que sa capacité à se réjouir des petites et des grandes belles choses de la vie. Je sais que ce n’est pas facile de se libérer de ce genre de façon de voir les événements de sa vie. Mais ça lui ferait un bien fou, je pense. A elle et à ses filles. Et pour cela, elle a bien de la chance d’avoir une amie comme vous. Ainsi que la foi dans ce Père dont nous parle Jésus-Christ, Père qui est entièrement lumière, et en qui il n’y a pas de ténèbres (1 Jean 1:5)

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. sauvebois jean claude 05000 gap dit :

    je crois qu on ma jeter un mauvais sort

  2. Brigitte Dubois dit :

    Cher Pasteur Pernot, il y a bien longtemps que j’ai lu un texte aussi réconfortant. Je crois que, jamais auparavant, même en cherchant du côté de ma propre famille, j’ai ressenti autant de paix intérieur qu’en lisant votre réponse à cette amie inquiète de sa collègue de travail. Comme j’aurais aimé recevoir un message d’amour inconditionnel et de sérénité comme celui que vous avez écrit à cette personne. J’ai imprimé votre réponse. Je la mettrai dans un mica et la déposerai sur ma table de chevet. Je la lirai chaque fois que j’aurai des doutes sur mon destin et des peurs qui viennent troubler mon quotidien (probablement pour rien). Au cours de ma vie, j’ai oublié Dieu tel que vous le définissez dans votre lettre.
    Je croyais que ce Dieu n’avait jamais existé considérant la vie que j’ai eue et le manque d’amour que j’ai subi. Votre lettre m’a permis de me recentrer sur ma vie. Tout part de soi finalement. Il faut se faire confiance et croire en nous…et croire en l’amour de Dieu. Merci. Brigitte

    • Marc Pernot dit :

      Chère Madame
      Grand merci pour ce bel encouragement. C’est de tout cœur, et en toute conviction que j’ai essayé de répondre.
      Dieu vous bénit et vous accompagne chaque jour.

  3. Aguilar dit :

    Cher Pasteur Pernot je m’appelle Réjane et j’ai cru qu’on m’avait jeter un sort par envie et jalousie mais votre réponse plus haut m’a reconforté au plus au point ! J’espère y croire fermement s dorénavant sinon c’est pas la peine de vivre encore pour moi je vous beni cher pasteur protégez nous 🙏🙏🙏🙏❤️

    • Marc Pernot dit :

      Bonjour
      Dieu vous bénit et vous accompagne.
      Qu’il vous donne de la force contre les peurs, les craintes, les intimidations dont vous êtes menacée.
      Hélas.
      Oui, il y a de la jalousie, de la haine, de la méchanceté gratuite, et c’est un poison. Que cela ne vous contamine pas !
      Que la paix, la bienveillance, la modestie, la foi, l’intelligence règne dans votre cœur

  4. Caro dit :

    Mon père,
    J’ai cherché le réconfort dans ce texte. Mon mari a quitté notre famille, m’a abandonnée avec notre fils, pour s’installer avec la femme d’un autre. Il lui fait un enfant aujourd’hui.
    Je cherche à être réconfortée par vos mots. Mais comment l’être si le sort s’acharne sur moi, pas sur eux ? Peut-on tirer les mauvaises cartes du même jeu, et les autres tirer les bonnes à chaque tentative ? Où se trouve cette roue qui tourne ? Tourne-t-elle ? Paye-y-on pour le mal qu’on fait ? Véritablement ? Quand ?

    • Marc Pernot dit :

      Bonjour

      « la roue tourne » est basée sur les lois du hasard. Cela existe, même si effectivement le propre du créateur (et de nous, co-créateurs et co-créatrices) est de faire de quelque chose de plus juste à partir de ce désordre.

      Dieu, lui, cherche le meilleur en toute circonstance. Pour le juste comme pour le pécheur. Car il est le Dieu amour et source de vie. Cela dit, ce n’est pas Dieu qui rend le mal à ceux qui font le mal. La vie s’en charge, je pense. Car quelqu’un qui fait n’importe quoi avec les personnes qui l’entourent, sans fidélité et sans amour, vit dans le chaos, et le chaos c’est l’inverse du bien et du bon, du bonheur et de la vie.

      La difficulté, c’est que si vous gardez de la rancœur, de la haine, de l’espérance que cet homme « paye » ses fautes par du malheur qui lui arriverait : c’est vous qui continuez à subir de la souffrance et du malheur. Par le fait que de la haine tourne dans votre cœur et votre pensée. Il y a une belle et puissante parole de Paul en Romains 12 « Ne vous vengez point vous-mêmes, bien-aimés, mais laissez agir la colère; car il est écrit: A moi la vengeance, à moi la rétribution, dit le Seigneur. » C’est à dire, ne vous occupez pas de régler les comptes, libérez votre cœur de cette négativité, et vous vous en porterez mieux qu’en espérant le mal pour l’autre.

      Bon courage pour surmonter ce mal dont vous avez été victime. Avec l’aide de Dieu pour mettre la paix dans votre cœur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *