Quel rapport entre la crucifixion de Jésus et notre salut ?

Crucifixion peinte par Raphaël en 1503 - National Gallery de Londres

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonsoir,

Je vous remercie beaucoup pour le temps que vous passez à répondre aux interrogations d’autres personnes. Pour moi qui n’ai que 26 ans et qui n’a repris le contact avec la religion qu’il y a deux ans, ce que vous offrez est fantastique.

À ce propos, j’aurai une question à vous soumettre. Cette question concerne la crucifixion du Christ. J’entends souvent que le sang versé sur la croix est la source de la grâce et que sans le sacrifice de Jésus nous ne serions pas au bénéfice de la grâce. Il me semble pourtant que Jésus a annoncé durant son ministère cette même grâce.

Alors doit-on voir la crucifixion comme le moment réel où Dieu nous a donné la grâce (et sans lequel nous ne l’aurions pas). Ou doit-on voir la crucifixion comme le symbole le plus fort de l’amour de Dieu, un amour qui peut vaincre la mort ?

Merci encore pour votre ministère.

Cordialement.

Réponse d’un pasteur :

Merci pour ces encouragements.

Effectivement la question de savoir comment le Christ nous sauve, comment ça marche, et l’éventuel rapport avec sa crucifixion sont des questions très débattues depuis des siècles et bientôt des millénaires. Ce que cela implique c’est que l’on a bien le droit de penser librement sur ces questions, l’essentiel étant que ce que l’on pense nous aide à avancer vers celui que Jésus appelait son père et notre père.

Une réponse longtemps largement dominante me choque profondément (et je ne suis pas le seul) : c’est l’incroyable théorie d’un Dieu terrible qu’il faudrait satisfaire grâce aux souffrances et à la mort d’un innocent !

Heureusement, ce n’est pas la seule façon de comprendre le salut en Jésus-Christ.

Pour moi, la mort du Christ sur la croix est signe de l’amour de Dieu, d’un amour que Dieu a toujours eu. La souffrance et la mort du Christ ne provoquent pas le pardon de Dieu, sinon ce ne serait vraiment pas de l’amour qu’il aurait pour nous. Car un amour vrai ne s’achète pas.

D’ailleurs, l’apôtre Paul écrit assez justement « A peine mourrait-on pour un juste; quelqu’un peut-être mourrait pour un homme de bien. Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. » (Romains 5:7, 8). Plus loin, il parle aussi de « l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur« , amour que rien ne pourra briser (Romains 8:39).

Oui, l’acte de Jésus est à la fois obéissance à Dieu et amour pour nous, il a la vocation de sauver l’humanité en témoignant de l’amour de Dieu, s’il avait pu le faire sans être exécuté, cela aurait été très bien, mais le fait est que ce qu’il apportait a reçu difficilement par le monde, et qu’il a malheureusement dû choisir entre mourir pour cette cause ou bien renoncer, et qu’il a choisi d’aller jusqu’au bout. Cela peut nous donner une idée de l’amour dont nous sommes aimés par Dieu, cela peut nous motiver aussi pour faire un petit effort de temps en temps pour les autres…

Amitiés fraternelles

pasteur Marc Pernot

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *