Je vais au culte, on lit la Bible et partage la Cène, puis on se dit au revoir, ce n’est pas comme une famille ?

Par : pasteur Marc Pernot

cercles de personnes en rond assises sur l'herbe - Photo by Kylie Lugo on Unsplash

Question d’un visiteur :

Bonjour
Il est vrai que je suis souvent mal à l’aise à l’issue des cultes des deux paroisses réformées que je côtoie depuis plusieurs années ( y compris par la paroisse où j’ai reçu le baptême à ma propre demande). Je vais culte, nous lisons la Bible,prenons la Cène et prions ensemble. Seulement à la fin tout le monde se dit » au revoir » comme on le ferait au facteur.Personne ne prend réellement le temps de s’intéresser à l’autre. Alors que nous venons d’écouter l’évangile. Parfois je me dis que les églises évangéliques sont quand même plus chaleureuses. J’en ai testé une récemment et cela ressemble beaucoup plus à une famille. Ce que je désapprouve par contre c’est leur refus de bénédiction pour les mariages gay. La paroisse que j’ai testé n’a pas dans l’ensemble un discours fondamentaliste mais y est tout de même opposée.

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

Cette question est très intéressante. Et assez profonde théologiquement. C’est pourquoi il y a une telle différence entre les églises.

Pour les protestants réformés, l’église est une sorte de salle de musculation pour la foi, la prière, la réflexion. La vraie vie est notre vie, avec nos familles, collègues, voisins et amis. On a bien entendu le droit (et heureusement que cela arrive) d’avoir des amis dans la paroisse, mais ce n’est pas d’abord le but. Si l’on passait tout son temps à l’église, si l’on avait tous nos amis dans l’église, elle ne serait plus un lieu de ressourcement pour nous, ce serait notre lieu de vie, rendant le monde comme secondaire pour nous. Or, l’église, et le culte en particulier ont pour but premier de nous réconcilier avec Dieu, de mieux recevoir de lui l’Esprit qui nous envoie dans le monde, avec des yeux ouverts, avec un cœur de chair pour aimer ce monde que Dieu aime (pas seulement le petit club de chrétiens), pour y discerner notre vocation d’aimer telles personnes en particulier dans ce monde, avec des personnes qui nous aident et des personnes que l’on aide, de nous y faire des amis chrétiens, athées, juifs ou musulmans, d’une autre église chrétienne, ou philosophes.

Derrière cela, il y a ainsi une certaine vision du corps du Christ. Jésus ne mettait pas de frontière, il célèbre à haute voix la « foi » d’un centurion romain qui pourtant rend un culte à l’empereur comme à un dieu. Il renvoie très souvent des personnes qu’il a rencontrées vers leurs familles et leurs amis au lieu de les appeler à rester près de lui dans ce qui serait une communauté de disciples. Il nous envoie aimer Dieu et aimer notre prochain comme le bon samaritain qui est en voyage à l’étranger et croise quelqu’un qui a besoin d’aide, tout à fait par hasard, en dehors de sa communauté. Le corps du Christ, ce n’est alors pas seulement le petit club de personnes qui sont dans la même sensibilité spirituelle, théologique, religieuse. Ce n’est pas seulement la paroisse comme un club, mais le corps du Christ est alors l’humanité entière puisque l’appel de Dieu, son amour, s’adresse à chaque personne individuelle sans aucune condition.

Effectivement, cela a des conséquences sur notre façon de vivre.

  • Toute personne de bonne volonté qui désire participer au cultes, activités, sacrements est bienvenue sans aucune condition de baptême, de croyances, de parcours de vie, d’orientation sexuelle. Que sa peau ait telle ou telle teinte, qu’elle soit cisgenre, transgenre, non binaire.
  • Nous accompagnons des couples constitués d’une personne chrétienne et d’une personne athée, ou d’une autre religion, ou d’une autre confession chrétienne, bien sûr. Nous accueillons des couples de personnes de même sexe, des couples qui n’ont pas de projet d’avoir d’enfant.
  • Nos services d’entraide, aumôneries des hôpitaux, prisons entourent toute personne qui le désire, pas seulement, les personnes de la paroisse.
  • Une personne peut appartenir à une paroisse protestante et en même temps à une paroisse d’une autre confession chrétienne, et puiser aussi à d’autres sources. Aller au culte à son rythme…

C’est vrai que c’est plus exigeant, dans un sens, car la paroisse n’est qu’une sorte de tremplin, sans prêt à penser (il faut penser par soi-même) ni prêt à vivre (il faut discerner par nous-même ce qui est juste), sans club d’amis offert sur un plateau (il nous faut aller dans le monde). La paroisse est là pour nous aider à nous former, nous aider à être adultes dans la foi et dans la vie, et donc faire que nous puissions nous passer de la paroisse. Bien entendu, c’est relatif, car on peut se former encore, affiner notre façon d’être. Mais c’est l’idée.

Si certaines personnes désirent être plus guidées et soutenues, entourées, c’st tout à fait leur droit, évidemment.

Et c’est vrai que nous pouvons être plus chaleureux, sans pour autant faire preuve d’emprise. Avant que de perfides virus ne nous en empêche, nous avions des « après cultes », apéritifs, grillades et repas… plutôt très sympathiques pour ceux qui le désirent. Et de vraies amitiés, voire des couples qui naissent dans la paroisse.

Donc, d’accord pour que nous progressions. On va s’y mettre tous.
Merci pour l’interpellation !!!

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

9 réponses

  1. Olivier dit :

    Bonsoir David
    Oui l’enseignement du Christ n’est pas : allez à l’église ou au temple.
    Cependant personnellement je vais au culte parce que Dieu m’y invite et je réponds à son invitation.
    Nule gloriole de ma part mais je fais référence au livre des actes des apôtres à savoir entre autre :
    Ils étaient tous unis dans la prière et assidus à la fraction du pain…… la suite est géniale aussi !!!
    Bien à vous

    • Marc Pernot dit :

      Cher monsieur, c’est parfait.
      C’est vrai que Jésus était manifestement plus libre et plus libérant que cette sorte d’unanimité exprimée avec cette image de la première communauté chrétienne. Mais c’est comme chacun le sent.
      Ce à quoi Dieu nous appelle, en tout cas, c’est d’être sincère et authentique dans sa propre foi, sans faire de sa sensibilité un absolu s’imposant à d’autres. C’est dans l’intimité de notre chambre que Dieu nous invite à le rejoindre, nous donne rendez-vous, lui qui est là dans le secret (Matthieu 6:6). Ensuite, c’est vrai que nous puisons là un appel à nous mettre en route vers notre prochain, et à faire ainsi corps avec les autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *