J’aime Dieu, très fort, je ne veux pas l’offenser, mais je suis tiraillée entre plusieurs points de vues qui me bloquent

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’une visiteuse :

Bonjour Pasteur,

Je vous contacte car j’ai lu plusieurs articles sur jecherchedieu et je vous trouve extrêmement rassurant et bienveillant.

J’ai 24 ans, et ces derniers temps, après 10 ans d’ignorance, je me suis à nouveau tournée vers Dieu.
Je suis baptisée catholique mais je me pose beaucoup de questions et j’avoue que ça impacte beaucoup mon bien-être.
Je suis très curieuse et je ne peux pas m’empêcher de me renseigner partout et de chercher des réponses à mes questions, mais rien ne m’apaise.

J’ai peur de la mort, peur de l’enfer, et particulièrement depuis le décès de mon père il y a 5 ans.
Il est décédé en tant qu’agnostique, et je suis triste car j’ai peur qu’il soit très loin de Dieu à l’heure actuelle…

Deuxièmement, en tant que chrétienne, j’ai du mal à savoir ce qu’il faut faire ou ne pas faire. Les points de vues protestants me rassurent sur mes péchés et me font espérer, mais les points de vues catholiques me font à l’inverse culpabiliser. Notamment des textes qui disent que c’est le diable qui nous fait croire que ce que l’on fait n’est pas grave, que l’Eglise catholique « est la vrai » et qu’il faut absolument se confesser etc…

Par exemple, si j’ai envie d’avoir des relations sexuelles avec mon copain, je suis perdue entre « La Bible ne l’interdit pas du point de vue protestant » et « c’est un péché mortel d’un point de vue catholique et je devrai regretter et me confesser auprès d’un prêtre ».

C’est très compliqué car je ne veux pas être coupée de Dieu par un péché mortel même si je sais que Dieu est amour de toute façon et qu’il ne m’en veux pas, mais en même temps je ne peux pas me dire que je dois m’interdire certaines choses qui sont des péchés graves d’un point de vue catholique qui me conduiront en enfer si je ne confesse pas. mais pour se confesser, il faut regretter ses péchés… Mais certaines choses, comme les relations sexuelles, je ne les regrette pas. A l’inverse du vol, de la violence, etc…

J’aime Dieu, très fort, je ne veux pas l’offenser, mais je suis tiraillée entre plusieurs points de vues qui me bloquent.

Bien cordialement,

Lucie

Réponse d’un pasteur :

Chère Lucie

Quand on regarde le Christ, on voit une personne d’un grand respect, pas moraliste du tout, apportant de bons soins à la personne rencontrée sans s’arrêter à ses péchés, à son manque de foi. Donnant tout pour manifester l’amour de Dieu même pour les ennemis de Dieu, nous dit-il. En cela, le Christ a manifesté vraiment l’amour de Dieu, de sorte que nous pouvons être sans crainte. Dieu prend en charge, il le fait bien, comme une mère aimante s’occupe de son enfant bien aimé.

Ne vous souciez donc pas pour l’avenir éternel de votre père. Il ne croyait pas, ou pas tellement en Dieu, cela n’empêche aps que Dieu croyait en lui, il n’aimait pas Dieu cela n’empêche pas que Dieu l’aimait, le gardait et le garde encore. Et maintenant votre père connaît Dieu.

Vous avez du mal à savoir que faire ou ne pas faire ? C’est bien de se poser la question. Dieu n’est pas un tyran qui cherche à dresser ses sujets. Dieu cherche à vous aider à voir clair par vos propres yeux. Quand une question se pose, chercher à voir, à réfléchir, à discerner les différentes questions que cela pose, est-ce que cela construit ou est-ce que cela va dans le sens du chaos, est-ce que cela respecte ou au contraire méprise, est-ce que cela tisse de belles relations ou est-ce que cela divise, est-ce que cela élève les sentiments, le regard vers de veaux idéaux ou non, est-ce que cela va vers la vie et la profondeur de la vie ou est-ce que cela va vers la mort… Ensuite, présentez la situation devant Dieu, laissez un peu le temps d’infuser, et prenez une décision par vous même, en confiance en Dieu qui vous accompagnera dans ce choix, pour que cela soit pour le meilleur, et éventuellement vous aidant à corriger le tir.

L’essentiel me semble là : ne pas faire n’importe quoi, chercher sincèrement à prendre une bonne décision, puis avancer. Faire des bilans d’étape, réviser ce qui doit l’être, faire confiance dans l’aide de Dieu.

Faire ainsi ce que nous pouvons. Avec sincérité, authenticité. Personne ne peut pas nous demander mieux. Nous ne pouvons pas exiger de nous-même de faire plus que cela. Dieu ne nous demande pas mieux.

Vous trouverez toujours des personnes ou des institutions, des partis, des idéologues prétendant détenir LA Vérité, avec un grand V, sur votre propre vie. Cela reflète leur propre fonctionnement mental. Vous pouvez les écouter, ils n’ont peut-être pas tort sur tout, leur vérité mérite parfois d’être entendue, mais comme une question, un chemin possible, sans plus.

Dieu n’est pas « offensable », ce serait le rabaisser à un tout tout petit dieu. Ne vous inquiétez donc pas de ce côté là. Il vous est favorable, et vous lui donnez beaucoup de joie.
Bravo donc à vous. Vous êtes vraiment sur la bonne voie : en voulant bien faire, en vous posant des questions, en voulant le faire main dans la main avec Dieu.

Il vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Marc Pernot

bio de Marc Pernot

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.