Un ami musulman qui m’a posé quelques questions, et j’avoue que je n’ai pas su bien lui répondre.

Par : pasteur Marc Pernot

Sainte Sophie ou Grande mosquée d'Istambul - Photo by Simon Infanger on Unsplash

Église Sainte-Sophie transformée en mosquée, au XVe siècle (Constantinople – Istambul).

Question d’un visiteur :

Bonsoir Marc,

Tout d’abord je voulais vous remercier pour votre site et vous dire à quel point votre travail est utile et intéressant, et qu’il pousse à la réflexion

J’ai discuté hier avec un ami musulman qui m’a posé quelques questions, et j’avoue que je n’ai pas su bien lui répondre

Du coup comme je lui ai parlé de votre site, il m’a demandé si je pouvais vous demander, parce les réponses d’un Pasteur l’intéresse

Il veut savoir :

  1. Si Dieu est tout puissant, pourquoi a t’il eu besoin de Jésus ?
  2. Pourquoi disons nous chrétiens que Jésus est Dieu alors qu’il était homme ?
  3. Comment un homme peut-il être Dieu et avoir créé l’univers ?
  4. Pourquoi le créateur s’est il abaissé à s’incarner dans sa créature
  5. et comment Dieu peut-il mourir ?

J’ai bien essayé de lui répondre maladroitement, il était un peu horrifié par mes réponses et m’a partagé ce que les musulmans croient

Bon mon ami est très respectueux, et j’ai dû faire une drôle de tête, car de suite il m’a dit « non mon ami, je ne voulais pas te blessé, désolé si tu prend mal ce que je dit, excuse moi »

Bref c’est quelqu’un de très ouvert, et qui cherche à savoir
Donc il m’a mandaté pour avoir la réponse d’un spécialiste en la matière 🙂

J’espère que vous allez pouvoir apporter des réponses plus instructives que les miennes à lui partager

En vous en remerciant par avance

Cordialement,

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

Merci pour les encouragements. C’est bien sympa.

Je ne sais pas d’où votre ami a tiré ses idées sur le christianisme, je ne pense pas que ce soit à partir des évangiles.

Cela dit, je remarque que toutes ses questions concernant le christianisme sont plutôt des objections contre la foi chrétienne. S’il s’intéresse sincèrement au christianisme, il me semblerait plus intéressant d’aller chercher ce qui fait le cœur le la foi chrétienne, par exemple en vous demandant ce qui vous, chrétien, recevez de vivifiant dans votre façon chrétienne d’être en relation avec Dieu. Cela me semblerait d’abord une façon plus enrichissante d’aborder un domaine que l’on ne connaît pas, en cherchant ce qui pourrait l’enrichir lui-même dans sa propre foi. Cela me semblerait aussi être une attitude plus respectueuse vis à vis d’une autre croyant, plutôt que de le bombarder d’objections, le mettant évidemment mal à l’aise. Son « je ne voulais pas te blesser », est donc un peu étrange, car oui, évidemment, on blesse une personne en l’exposant à des objections contre sa foi au lieu de valoriser le meilleur côté de sa foi. Et son « désolé si tu prends ça mal » est un peu étrange aussi : c’est n’est pas vous qui « le prenez mal », c’est lui qui s’y prend mal en interrogeant une personne sur sa foi de cette façon.

Cela dit, il n’y a pas de question sans réponses. En général de multiples réponses possibles, grâce à 2000 ans de christianisme, avec cette liberté de réfléchir personnellement que nous avons en étant assuré par Christ d’être au bénéfice de la grâce de Dieu, et de son pardon.

1) Dieu n’est pas tout puissant. D’abord. Il est infiniment puissant, c’est très différent. Ensuite, il a créé l’humain comme un co-créateur (à l’image de Dieu, dit la Genèse), c’est à dire ayant de la liberté, celle d’avoir son avis, et il est invité à la créativité plus qu’à la soumission à des règles. Du coup, cela demande une véritable éductation de l’humanité et de la personne individuelle. Même Dieu ne peut pas forcer une personne à aimer, ni à espérer, par exemple. La seule façon de l’aider à cela est de lui manifester de l’amour qu »il puisse sentir que l’amour est une belle façon d’être. C’est ce que Dieu fait en Christ. Il n’agit pas en créateur par la force, il cherche à ouvrir l’humanité à sa façon d’être à lui, Dieu, qui est l’amour, le respect, le pardon, la liberté. Et c’est ce que manifeste Jésus.

2) Les évangiles ne disent pas que « Jésus est Dieu ». Et les évangiles ne disent pas non plus que Jésus ne serait pas un homme. Au IVe siècle, une majorité de chrétiens a déclaré que Christ est « Dieu et homme », les deux à la fois, avec une dimension divine et une dimension humaine. Certains chrétiens ont continué à dire que Jésus était un homme normal avec une vocation unique et un degré de développement exceptionnel. Aujourd’hui, dans notre église, un chrétien a tout à fait le droit d’avoir sa propre façon de concevoir le Christ. Bien sûr et heureusement. La définition de ce que c’est d’être chrétien n’est absolument pas une question de dogme, mais de s’intéresser à la personne de Jésus comme Christ, c’est à dire comme apportant le salut de Dieu. Quel salut, comment, ce qu’il nous apporte à nous en particulier dépend de chacun.

3) Un homme n’est pas Dieu. Cependant, c’est vrai que l’humain est capable de création libre et originale. L’individu participe donc effectivement à la création de l’univers. A une toute petite mesure, c’est vrai, mais quand même.

4) La vraie grandeur est précisément de pouvoir et de savoir s’abaisser pour sauver une autre personne sans devenir indigne pour autant. Par exemple quand un grand roi visite un pauvre berger pour s’intéresser à sa situation et lui donner un coup de main, le roi s’abaisse de niveau, mais cela n’abaisse pas le roi. Au contraire. C’est ainsi que Dieu s’abaisse en venant à l’humain. Deuxièmement, quand une personne choisit d’avoir un enfant, cela ne l’abaisse pas non plus, cela lui complique la vie car il aurait pu mettre de l’énergie dans des conquêtes de pouvoir et de richesse alors qu’en faisant un enfant il s’occupe d’une autre vie en cherchant à l’augmenter, à l’émanciper. C’est ainsi que Dieu a choisi de se donner des enfants en l’humanité. C’est un projet ambitieux, complexe, car ces enfants écoutent ou non, saisisse ou non ce que Dieu espère.

5) Le christianisme n’a jamais dit que Dieu pourrait mourir. C’est Jésus qui est mort sur la croix, pas Dieu. C’est vrai que quand on voit un juste être torturé et exécuté comme cela, ce n’est pas réjouissant, tant s’en faut. Je pense donc que Dieu est atteint par cette issue. Mais que Dieu soit mort, non. C’est vrai que certains théologiens ont parlé au XXe siècle de « la mort de Dieu », c’est suite à la pensée du philosophe Friedrich Nietzsche. Ces théologiens ne voulaient pas dire que Dieu en tant qu’être serait mort. Cela veut dire que l’idée que nous nous faisions de Dieu traditionnellement disparait, perd de sa puissance, l’idée d’un Dieu tout puissant qui tirerait les ficelles de l’histoire, cette idée serait devenue caduque. C’est vrai, dans un certain sens. En particulier après l’horreur ultime qu’est la Shoah, quand le génie créatif de l’humanité est détourné pour se mettre au service d’un génocide, au lieu d’être tourné vers la vie et la qualité d’être. Il s’agit donc de la mort d’une certaine conception de Dieu, pour laisser place à une foi plus profonde et plus fidèle.

Voici quelques réponses rapides. Pour vous.

Par ailleurs, je ne suis pas certain que ce soit utile, ni bon, de polémiquer dans le domaine de la religion. Ce monsieur est musulman, c’est très bien, il n’y a pas à le convaincre de la validité du christianisme, ce dont il a l’air de douter. S’il veut s’intéresser au christianisme, qu’il lise les 4 évangiles et qu’il fréquente un quelques mois une ou mieux plusieurs églises chrétiennes différentes. C’est la meilleure façon de se renseigner. Peut-être que sa motivation profonde est de développer l’islam, c’est bien aussi, seulement, plutôt que de de chercher à secouer dans leur foi des personnes déjà croyantes, il me semblerait mieux pour le service divin qu’il cherche plutôt à intéresser des personnes athées à la question de Dieu, tout en respectant ces personnes et leurs convictions.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *