L’amour de son père terrestre est visible dans ses gestes, de la part de Dieu c’est plus obscur, et la vie est bien dure.

Par : pasteur Marc Pernot

Une fillette heureuse dans les bras de son papa barbu - Photo by Caroline Hernandez on Unsplash

Question d’un visiteur :

Bonjour Cher Pasteur
En réfléchissant dans le domaine relation père et enfant, j’avoue m interroger sur une profonde différence entre cette relation terrestre et la relation sur un plan spirituel Père et ses enfants .
Déjà sur un plan terrestre, nous avons toutes les perceptions en nos sens , que nos parents nous aiment ( je parle évidemment d une famille normale et aimante ). Ce père humain quand nous sommes tout petit va nous raconter une histoire pour mieux nous endormir, nous embrasser en témoignage de son affection, au matin nous sourire, nous dire bonjour , nous parler , nous caresser de sa main pour que l on perçoive encore mieux son affection. Il va nous réprimander quand c’est justifié.Etc….
Dans le domaine spirituel, on est loin de tout cela. On est donc obligé de choisir le Cap de se croire aimé , sans toutes ces manifestations sensibles que je viens d evoquer. Et quand vient une épreuve, alors que nous ne sommes pas responsable, fautif, il faut encore garder le cap de se croire aimé. C’est ce que j’entends ou lit une façon de faire grandir la foi.
C’est loin d’être évident. Et c’est pourtant un chemin.
Car sur un plan terrestre, toutes les marques visibles d affection de notre papa peuvent amener à comprendre qu’il s agit d un père aimant et que plus je grandis physiquement, plus je fais confiance à mon père.
Sur le plan spirituel, ce serait l inverse. En catéchèse, on apprend que Dieu est amour. J’ai fait la catéchèse. Dieu amour, c’est ce qu il faut enseigner. Pourtant ces enfants qui grandissent , deviennent adolescent, puis adulte, vont se rendre compte que la vie n’est pas un long fleuve tranquille, avec même des souffrances injustifiées. Même les Saints , pour certains, ont douté, c’est dire la grande épreuve dans leur foi.
Alors, je me dis que , puisque les Saintes écritures parlent d un royaume où l on sera extrêmement bien , et pour une vie éternelle, et que si l on est ici bas , c’est qu à l’origine , nous avons dû fauter. En quoi, je ne sais pas. Car je ne crois pas , même avec une imagination très ouverte, à cette histoire de serpent qui parle dans l arbre à Adam et Ève. Ou peut-être faut-il penser qu’il faut un passage terrestre avant l entrée dans le royaume , comme une sorte de système par lequel on est obligé de passer. On taille bien les rameaux de la vigne et ça les fait pleurer. Pourtant , ensuite, il y a beaucoup de fruits.
Je voulais connaître votre point de vue.
Et merci beaucoup pour votre site.

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

Que Dieu soit amour, ce n’est pas seulement le catéchisme. Le fait que du bien, de la beauté, de la vie, de l’amour existe est un miracle immense. Presque totalement improbable. Si j’appelle Dieu ce qui a permis cela, suscité cela. Et ce Dieu est même plus que de l’amour, c’est la source de l’amour. Et c’est ce qu’il est. Dieu est au moins cela : ce qui, en nous, entre nous et dans ce monde est source de bien, de mieux, de beauté, de vie croissante. Cela fait vraiment sens, très concrètement dans notre réflexion de chercher cela.

Une proportion non négligeable de personnes ont la chance d’avoir senti l’amour de Dieu, parfois sans le chercher. D’autres constate que Dieu les a accompagné. Tant mieux pour ces personnes, cela ne veut pas dire que les personnes qui seraient moins sensibles au sentiment religieux seraient moins aimées par Dieu, chacun sa façon d’être. Mais même les personnes qui n’exprimeraient pas les choses ainsi peuvent s’adresser à Dieu comme si c’était une personne aimante et voir le bénéfice sur leur développement. Et cela aussi est concret comme les bons soins d’un père aimant ou d’une mère aimante.

C’est vrai que le monde, la nature, et la société humaine ne sont pas parfait et qu’il y a plein d’injustices et de souffrances. Il me semble que’il faut comprendre le monde comme étant encore en chantier, avec Dieu y travaillant encore, aidé par des personnes de bonne volonté. On ne peut en vouloir à Dieu du mal qui existe, il n’en est pour rien responsable. De même qu’une fille ne peut en vouloir à son adorable papa si elle a une malformation cardiaque, ce n’est certes pas la volonté du père pour sa fille, il va au contraire tout faire pour soigner, pour faire opérer, pour encourager sa fille, bien sûr. Dieu est ainsi.

Vous avez raison en ce qui concerne notre passage sur terre et la comparaison agricole, Jésus compare notre vie présente à un semis, à une vigne ayant besoin d’être taillée. C’est intéressant car cela place dan sune perspective de progression, de croissance, cela nous tourne vers un meilleur avenir avec des fruits, et dan sle présent cela nous encourage à prendre soin de notre vie et de notre monde dans le présent.

Cela dit, je ne suis pas certain que l’on puisse dire que la vie future serait une sorte de calme plat. La vie est mouvement, elles est faite de nouveauté, de changement, de franchissements. Je ne vois pas pourquoi la vie future ne serait pas ainsi.

C’est vrai que nos fautes engendrent de la souffrance, mais il y a aussi du manque de bien (du pas encore construit, pas encore grandi, pas développé, des fruits pas encore mûrs). Ce mal (ou ce manque de bien) n’est alors pas ou pas seulement une conséquence de fautes passées, et pourtant cela peut faire souffrir aussi. Et ce n’est pas une punition de Dieu, cela appelle à continuer à semer nous-même, à soigner nous-même, à l’image de ce que fait Dieu, avec l’aide de Dieu.

Il vous bénit et vous accompagne

par : pasteur Marc Pernot

Si vous voulez, vous pouvez voir aussi, dans le petit dictionnaire de théologie :

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Gérard dit :

    Cher Pasteur
    Merci pour votre réponse. Je comprends le sens de votre réponse, que l homme évolue sur son chemin empreint de difficultés plus ou moins grandes, mais de par sa foi il est accompagné par Dieu aimant qui nous soutient.
    Un verset indique  » ne regardez pas mes dessins , mais qui je suis  » . Je pense qu’il s agit hors des cas où nous sommes fautifs, que Dieu nous invite à depasser nos difficultés , vivre autrement , malgré l évidence du mal qui nous frappe injustement. C’est sans doute pourquoi il existe aussi ce verset sur  » renaître en Esprit « .
    Sinon on reste le vieil homme , focalisé sur le pourquoi ça m arrive , en s interrogeant sans cesse et l on ne trouve évidemment pas de réponse. Je parle bien de maux inexpliqués , ni provoqués par les hommes à cause par exemple de leur violence, ni un mal en retour d une très mauvaise conduite de sa personne , par exemple quelqu un qui aurait un cancer du foie à cause qu il a largement abusé d alcool. C’est un exemple..
    Dieu nous accompagne toujours. C’est notre foi que nous devons mettre en mouvement pour vivre l instant présent avec tout ce qu une journée peut nous apporter dans de multiples détails.
    C’est certain que si l on focalise sur nos problèmes , ça va assombrir notre esprit. Hors pratiquement tout le monde a des difficultés, certes plus ou moins grandes.
    Il y a des comportements qui peuvent engendrer de véritables dégâts. En Cour d Assises, j’ai vu des accusés reproduire un schéma de comportement qu ils avaient subi dans leur enfance, ils avaient été violés par leur père et inconsciemment à l’âge adulte ils en faisaient autant. Il s’agit donc d’un mal qui malheureusement se poursuit et fait des dégâts gigantesques.
    Sans demander à ce que le monde soit plus que parfait, si l on réfléchissait un peu à nos actes , nous pourrions éviter des suites d événements néfastes pour nous et autrui.
    Je pense qu’il est extrêmement important d une éducation solide et aimante. Un copain m avait dit alors que je plantais un arbre et que je disposais un tuteur, que c’est le même exemple pour nos enfants. Il y a des périodes où il est impératif que l enfant soit accompagné. Toute son enfance afin de constater l effet bienfaiteur lorsqu’il quitte le foyer pour de nouveaux horizons.
    Je pense qu il en est de même avec la spiritualité. Comme nous n’avons pas la science infuse, nous ne sommes pas parfaits, nous avons donc besoin d être orientés, assistés pour prendre de justes décisions. Personnellement ne serait ce que pour de petits détails au quotidien, être à l’écoute de son esprit et réaliser , c’est vivre l instant présent et ça devient profitable pour les autres et nous mêmes.
    J’ai lu un livre d un pasteur dans lequel il indique que nous sommes tellement habitués à recevoir au quotidien le bénéfice de profiter de nos 5 sens , que nous oublions de rendre grâce à Dieu. Le goût pour les plats succulents, le toucher pour la marque d affection, la vue pour la contemplation d un superbe paysage, etc… J’ai un copain qui depuis le covid a perdu le goût et l odorat et maintenant on arrive à une durée où son médecin lui a dit que passé un an ce serait très certainement définitif.
    Tout ça pour pour dire qu on ne se rend pas forcément compte des richesses que nous avons au quotidien. L homme par nature recherche toujours plus , et court après son bonheur. J’ai lu certains livres où il était rappelé que le bonheur est déjà présent au quotidien. Dès maintenant.
    Cher Pasteur que Dieu vous bénisse pour tout le bienfait de vos réponses aux lecteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *