J’ai eu une surprise, agréable, avec votre conception de l’enfer. Mais que dire de ces versets terribles ?

une jeune femme accompagne sa grand mère en fauteuil voir le coucher du soleil - Photo by Dominik Lange on Unsplash

Sa grand-mère ne soit pas très performante en course à pied, je suis certain que cela ne change rien, mais rien du tout, à l’amour que cette femme porte à sa grand-mère. Bien sûr. Et l’amour de Dieu non plus ne s’arrête pas à nos performances en quelque domaine que ce soit.

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour,

Je suis récemment tombée sur votre site, et je suis surprise par votre position l’enfer. Je dois préciser que c est une surprise agréable, puisque cela colle beaucoup mieux à l’image que donne Dieu de lui-même par le biais de Jésus-Christ. Mais dans ma lecture de la Bible j ai l’impression que certains versets ne collent pas avec cette explication. Est ce que vous pourriez m’expliquer la façon dont vous les comprenez ?

  • Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent tuer l’âme; craignez plutôt celui qui peut faire périr l’âme et le corps dans la géhenne.Matthieu 10:28
  • Ensuite il dira à ceux qui seront à sa gauche: Retirez-vous de moi, maudits; allez dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et pour ses anges.Matthieu 25:41
  • 2 Pierre 2:9-10 => dans ce verset, est-ce que l’on peut conclure que les injustes sont uniquement ceux qui ne croient pas en Dieu ? Cela voudrait dire que l’on aurait d’un côté les personnes qui croient, et de l’autre celles qui ne croient pas ?
  • Car, si Dieu n’a pas épargné les anges qui ont péché, mais s’il les a précipités dans les abîmes de ténèbres et les réserve pour le jugement;2 Pierre 2:4
  • Proverbes 15:24
  • Marc 9:43-51 => dans ces versets, j’ai comme l’impression que Jésus ne veux pas que nous allions tout entier dans la géhenne. Il dit qu’il vaut mieux une main y aille seule, plutôt qu’un être tout entier. Alors que si la géhenne est un lieu de purification, alors il vaudrait mieux pour nous que nous y allions tout entier, non ? => de plus je ne comprends pas pourquoi « tout homme sera salé de feu » ?
  • Et la mort et le séjour des morts furent jetés dans l’étang de feu. C’est la seconde mort, l’étang de feu. Quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de vie fut jeté dans l’étang de feu. Apocalypse 20:14-15 => est-ce que certains d’entre nous pourraient ne pas avoir leur nom dans le livre de la vie ?
  • Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Église, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle. Matthieu 16:18 => si nous allons tous au séjour des morts, parce que nous sommes tous imparfait, pourquoi l’Église ne pourrait-elle pas y aller ?
  • Et quand on sortira, on verra Les cadavres des hommes qui se sont rebellés contre moi; Car leur ver ne mourra point, et leur feu ne s’éteindra point; Et ils seront pour toute chair un objet d’horreur. Ésaïe 66:24

Voilà, j’espère que ce n’est pas trop long, et encore, je ne les ai pas tous cité. J’avoue que votre interprétation de l’enfer me paraît plus coller avec le caractère de Dieu. Mais je ne peux pas croire à une idée tant que je ne l’ai pas confronté à tous les verset de la Bible qui en parlent. C’est peut-être buté de ma part, mais c’est la seule façon pour moi de m’assurer qu’une idée, ou une interprétation soit la « bonne ».

Merci d’avance pour votre réponse,

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

Bravo de chercher personnellement, sans vous laisser entraîner sans réfléchir n’importe où, ni par les menaces et la peur, ni par la facilité.
Vous n’êtes absolument pas obligée d’être du même avis que moi. Bien sûr.
Cela dit, il me semble que l’évangile du Christ est fondamentalement, essentiellement, radicalement : bonne nouvelle, LA meilleure de toutes les nouvelles pour le pécheur, même pour la plus perdue des brebis perdues, et que cette annonce de la grâce de Dieu est diamétralement opposée à l’annonce d’un enfer, de peines éternelles pour des individus pas assez performants sur un plan quelconque (selon les églises, ce serait à causes d’œuvres mauvaises ou insuffisantes, d’un baptême ou autre rite non fait ou non fait comme il faut, de croyances pas assez fermement crues, ou de foi insuffisante…). Bien sûr, il est possible de voir différemment le fond essentiel de l’Evangile du Christ.
C’est selon la compréhension personnelle qu’il a de l’Evangile du Christ, que le lecteur de la Bible fera ensuite telle ou telle lecture de ces textes. Bien sûr. C’est donc un petit peu comme la question de la poule et de l’œuf : lequel ou laquelle a été crée en premier ? Selon que l’on valorise, soit la grâce radicale de Dieu, soit la nécessité une certaine qualité de la personne : nous aurons une lecture différente de ces textes des évangiles, en particulier sur cette question du jugement de Dieu, de l’enfer et ses peines éternelles… (voir ces articles dans le petit dictionnaire de théologie et dans le 2nd tome, des « mots qui piquent« )
Si l’on pense que le jugement de Dieu est l’Amour, il garde le meilleur de chacun, il garde même ce qui pourrait devenir bon, il garde ce qui est unique et irremplaçable comme la personnalité profonde de la personne. Quand on aime, c’est comme cela que l’on juge. Et quant au mal qui existe aussi dans la personne, quant aux manques de développement, quand aux faiblesses et aux souffrances de la personne, que fait celui qui aime ? Il garde la personne malgré tout cela, l’amour cherche comment à aider la personne à s’affranchir du mal, de la souffrance, de ses handicaps, l’amour cherche à combler ses lacunes. Ce n’est pas étonnant non plus, bien des mamans et des papas, bien des professeurs d’école, des amis, des médecins et des services sociaux ont cette démarche.
Avec cette clé de lecture des textes, tous les passages menaçants d’élimination, de passage au feu, d’envoi dans la décharge municipale (Géhenne)… sont lus comme étant ce geste d’amour de Dieu venant délivrer la personne ce ce qui en elle est souffrante, méchante, déjà morte, plombant notre foi ou notre espérance ou notre capacité à aimer… Pour savoir ce que c’est que l’amour qu’est Dieu, Paul nous propose cette définition : « L’amour (Dieu) est patient, l’amour est bon, … il ne s’irrite pas, il ne tient pas compte du mal ; il ne se réjouit pas de l’injustice, mais il se réjouit avec la fidélité ; il pardonne tout, il croit tout, il espère tout, il endure tout. L’amour ne succombe jamais. »
C’est avec cette clé là que nous pouvons interpréter les passages que vous avancez :
  • « Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent tuer l’âme; craignez plutôt celui qui peut faire périr l’âme et le corps dans la géhenne. » (Matthieu 10:28)
    Dans la Bible, « craindre Dieu » signifie le respecter pour ce qu’il est, d’une tout autre dimension que nous. Ici la géhenne est la décharge municipale de Jérusalem où le feu détruisait, purifiait les ordures. Le feu n’est donc pas une torture, mais un agent de purification de ce qui nous pourrit la vie à moins que Dieu nous aide à nous en purifier.
  • « Ensuite il dira à ceux qui seront à sa gauche:  Retirez-vous de moi, maudits; allez dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et pour ses anges. » (Matthieu 25:41)
    Dans cette parabole du jugement, nous sommes à la fois brebis et bouc, sauvé et perdu. Voir, si vous le désirez, cette prédication.
  • « Le Seigneur sait délivrer de l’épreuve les hommes pieux, et réserver les injustes pour être punis au jour du jugement, surtout ceux qui courent après la chair dans un désir d’impureté et qui méprisent l’autorité. Audacieux et arrogants, ils ne craignent pas d’injurier les gloires. » (2 Pierre 2:9-10) => dans ce verset, est-ce que l’on peut conclure que les injustes sont uniquement ceux qui ne croient pas en Dieu ? Non, je ne pense pas que cela ait un sens. Personne n’est 100% juste, et personne n’est à 100% « injuste ». Il y a en chacun de nous ce qui est en harmonie avec Dieu, c’est à dire ce qui va en nous de l’ordre de la vie et ce qui en nous est de l’ordre de la haine, de la dépression, de la mort. Dieu garde, élève, nourrit, réveille, épanoui le meilleur, et cherche à soigner ce qui est souffrant. Tel est le « jugement » de Dieu.
  • « Car si Dieu n’a pas épargné les anges qui ont péché, mais les a jetés en enfer, et les a livrés dans les chaînes des ténèbres, pour être réservés au jugement » (2 Pierre 2:4). Le mot « ange » veut dire « messager ». Il peut y avoir en nous des voix qui s’expriment, une façon de comprendre, des préjugés, des voiles de noirceur, notre soif d’écraser les autres qui se fait passer pour Dieu… des voix trompeuses en nous, si nous pouvons avoir un coup de main pour savoir où on en est à peu près de ces voix  en nous, c’est un grand service que Dieu nous rend. Celui du discernement.
  • « Pour le sage, le sentier de la vie mène en haut, Afin qu’il se détourne du séjour des morts qui est en bas. » (Proverbes 15:24). Ce qui est sage en chacun nous permet d’élever notre regard, de cheminer vers une plus grande élévation.
  • « Si ta main est pour toi une occasion de chute, coupe-la; mieux vaut pour toi entrer manchot dans la vie, que d’avoir les deux mains et d’aller dans la géhenne, dans le feu qui ne s’éteint point… Car tout homme sera salé de feu. »  (Marc 9:43-50).
    Jamais Jé »sus ne va couper une main ou arracher un œil, bien sûr. c’est à lire au 2nd degré.
  • Voir, si vous le désirez, cette prédication
  • « Et la mort et le séjour des morts furent jetés dans l’étang de feu. C’est la seconde mort, l’étang de feu. Quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de vie fut jeté dans l’étang de feu. » (Apocalypse 20:14-15) Pour ce qui est de notre personne en tant que personne, elle est aimée par Dieu, qui l’a nécessairement inscrite sur ce registre. La preuve c’est que Jésus nous affirme qu’il fait tout pour chercher même la plus perdue des brebis perdues afin de rassembler tout le monde. Cela dit, il y a certainement du mal aussi en chacun, un petit peu, moyennement, beaucoup ou énormément de mal. On est d’accord. Il y a donc un certain « travail » à faire, un soin, une purification, une consolation… c’est de cela dont parle cette histoire curieusement rédigée de l’Apocalypse. Cela ne parle pas ni du passé historique, ni du futur dans l’histoire, mais du présent de cette action de Dieu en nous aujourd’hui, c’est le traveil de salut de Dieu opérant en nous pour nous sauver, nous élever.
  • « Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur  cette pierre je bâtirai mon Église, et que les  portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle. » (Matthieu 16:18). L’église, ici, ce n’est pas l’institution avec les bâtiments, les réunions, et les autorités qui gouvernent… C’est ici l’église au sens de l’humanité recevant l’appel de Dieu à avancer vers Lui. C’est vrai que l’église en tant qu’institution a bien besoin de se convertir, de progresser. Comme tout groupe humain, cette église a un niveau d’élévation un peu plus bas que la moyenne des personnes qui la compose. Il y a donc du boulot. Et ne pas être dupe, mais ne pas jeter non plus le service que rend l’église pour nous aider à entendre l’appel de Dieu et avancer vers Dieu… Pour le reste, sur ce verset célèbre, peut-être que cette question éclairera un petit peu sur ce verset.
  • « Et quand on sortira, on verra Les cadavres des hommes qui se sont rebellés contre moi; Car leur ver ne mourra point, et leur feu ne s’éteindra point; Et ils seront pour toute chair un objet d’horreur. » (Ésaïe 66:24) Là encore, il s’agit des horreurs qui existent en l’humain, indéniables, et aussi un petit peu en nous-même. Donc là encore nous pouvons compter sur dieu pour ne pas tout confondre, ne pas nous condamner pour notre mauvaise part, mais nous sauver à cause de son amour pour nous, sa fille ou son fils bien aimé.
Dieu vous bénit et vous accompagne, dans l’écoute de sa Parole de vie. Dans la confiance, paisible et pleine d’espérance, qu’en lui il n’y a pas de ténèbres mais de la lumière, de l’amour. (1 Jean)

par : pasteur Marc Pernot

Réponse du visiteur :

Merci, merci, merci !

Cette question de « l’enfer » comme lieu de torture éternelle me paraissait de plus en plus improbable, mais à force de fouiner sur votre site, et grâce à votre réponse, je vois les choses de façon plus claire.

La difficulté que j’ai eu premièrement avec cette idée, c’est qu’il m’a fallu briser toutes les idées préconçues que j’ai hérité du cinéma, de l’art, ainsi que des prédications de mon église…

Lorsque j’ai abordé ce sujet avec mon pasteur et que je lui ai répliqué que, ma famille n’étant pas croyante, j’allais par conséquent me retrouver seule au paradis, tout ce qu’il m’a répondu c’était que la justice de Dieu était ainsi, et que je pouvais toujours essayer de les convertir. Et lorsque je lui ai demandé ce qu’il adviendrait s’ils ne se convertissaient jamais, tout ce qu’il m’a répondu c’est : « ce sera leur choix, Dieu se doit d’être juste ».

Certes, Dieu est juste … mais il est aussi amour. Comment un Dieu d’amour pourrait-Il abandonner ses enfants ? Comment pourrait-Il séparer des familles ? Comment pourrait-Il nous demander de pardonner, de tendre la main vers le prochain … s’il ne le fait pas lui-même ?

Je l’avoue, j’ai été en colère contre Dieu à cause de cet « enfer ». Mais en vous lisant je me dis que ce n’est pas Dieu qui est (in)juste, mais plutôt nous qui le comprenons mal. Je crois que nous reportons notre façon de voir le monde (moi, je suis parfait, et les autres non) sur Dieu et sur la Bible (les « justes » seront sauvés, et les « injustes » non).
N’est ce pas là un drôle de paradoxe ? On se reconnait pêcheur, tout en pensant que certains sont plus pecheurs que d’autres, et en pensant ainsi on devient orgueilleux et donc on pèche en regardant l’autre comme moins méritant que soi.

En fin de compte, je crois que la clé de la lecture de la Bible est de lire ces pages avec le regard d’un enfant. Sans idées préconçues, sans « héritage religieux et culturel ».

Encore merci, je viens de me réconcilier avec ce Dieu d’amour que je ressentais auparavant.

Que Dieu vous bénisse.

Réponse d’un pasteur :

Bravo !

Heureusement, que l’amour de Dieu nous rejoint souvent, malgré les stratégies de chantage et de menaces mise en place par certains.

Jésus nous conseillait de ne pas nous faire dévorer par les loups, d’être « prudents comme les serpents, et simples comme les colombes », comme vous dites, accueillir Dieu avec un cœur d’enfant, et avoir une analyse des discours avisée, mettant en doute ce qui est dit avec assurance comme venant de Dieu. Car les voleurs se déguisent en berger, les loups se déguisent en mère-grand… pas que dans les contes.

Dieu vous bénit et vous accompagne

par : pasteur Marc Pernot

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *