Pourquoi Dieu n’intervient pas plus souvent dans notre éducation, un père ne devrait-il pas le faire ?

Un papa porte deux enfants dans ses bras et veille sur un troisième - Photo by Juliane Liebermann on UnsplashPar : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour,

Je ne comprends pourquoi Dieu qui est notre Père n’intervient pas plus souvent dans notre éducation. En effet, nous n’avons pas à la naissance le sentiment qu’Il existe et nous voyons très rarement Son intervention dans notre vie, c’est d’ailleurs pour cela que beaucoup de gens ne croient plus en Dieu et c’est vrai que c’est un argument de poids. Comment un Être Suprême aimant peut se contenter d’attendre que Ses créatures viennent à Lui et se décident à Le rechercher. Pourquoi n’a-t-il pas fixé en nous l’amour qu’un fils a pour son père? Après tout, une apparition à chaque individu ne lui coûterait pas grand-chose, il en a fait de tellement formidables.

Imaginons qu’un père terrestre attende que son enfant ait besoin de lui et l’appelle pour l’aider, ce père n’est pas près d’avoir du bonheur avec son enfant…

Je reconstruis ma foi petit à petit, mais c’est très dur et ce genre de questions me prennent totalement au dépourvu.

Je vous remercie une nouvelle fois pour l’intérêt que vous porterez à cet e-mail.

À bientôt

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

Dans votre message bien intéressant, il y a une grande espérance en Dieu et aussi une déception exprimée. L’une et l’autre sont bonne, utile. En effet :

  1. Excellente est l’espérance en Dieu, l’impatience de recevoir son action, sa pédagogie, sa présence qui nous rendra un peu meilleur. Car cette espérance même l’aide à vous aider.
  2. Et excellente aussi est de dire sa révolte à Dieu. Car c’est comme cela que l’on a une chance de progresser nous-même dans notre compréhension de Dieu, ce qu’il peut faire et ce qu’il ne peut pas faire, son mode d’action, sa conception de ce qui est juste. La Bible nous montre que Dieu ne prend pas mal le fait de l’interroger, de le critiquer, de l’interpeler. Cela lui donne une chance de répondre et de nous aider. Alors que celui qui tourne le dos ne se donne à lui-même aucune chance de progresser.

Je ne suis pas tout à fait d’accord avec votre affirmation que Dieu « se contente d’attendre que ses créatures viennent à lui et se décident à le chercher ».

Certes, Dieu est discret. Il est discret pour deux raisons :

  1. Parce qu’il est un principe d’un autre ordre que nous. Et nous l’imaginons souvent un petit peu comme un sur-homme qui serait invisible. Dieu est d’une autre dimension, il ne fait pas partie de ce monde, il est source de l’évolution de ce monde, et il est normal que nous ayons du mal à réaliser ce qu’il est, et il est difficile de nous ajuster à lui et à ce qu’il nous offre, qui est unique.
  2. Dieu est aussi discret par discrétion, s’il ne l’était pas nous ne pourrions avoir aucune liberté.

Mais Dieu est toutefois d’une présence frappante, la preuve c’est que dans toutes les cultures, dans toutes les générations depuis que l’humain n’est plus seulement une sorte de singe, Dieu ou des dieux sont perçus, reconnus comme créateurs et comme agissant dans notre monde, dans notre vie et dans notre être.

Particulièrement en Jésus-Christ, Dieu n’attend pas que l’humain le cherche mais c’est Dieu qui fait tout pour chercher l’humain, c’est Dieu qui nous prie toujours et encore dans l’espoir que nous entrerons dans une relation de partenariat avec lui., et que nous nous saisirons de ce qu’il nous offre aujourd’hui comme don et comme vocation.

Vous avez raison, Dieu fait preuve d’éducation et de pédagogie plus que de violence, sans contrainte pour nous faire aller dans le sens de la vie et du bien. Il n’a pas de corde pour nous tirer et nous remettre sur le droit chemin quand nous faisons n’importe quoi. La Bible dit souvent qu’il agit par sa parole, c’est une façon bien faible d’agir sur le cours des choses, certes, car une parole peut être écoutée ou non, plus ou moins comprise ou non, plus ou moins acceptée. Et encore quand on dit « Parole », Dieu ne fait pas vibrer l’air avec des sons et des mots, quand on dit « parole » c’est une image pour dire ce que Dieu cherche à nous communiquer au fond de nous-même. Par ailleurs, Dieu cherche à nous inspirer par son exemple, sa façon d’aimer la vie, d’aimer notre personne. La parole et l’exemple sont les façons les plus respectueuses et douces de faire de la pédagogie.

Pour ce qui est de travailler sur les consciences, Dieu ne peut agir, en cohérence avec ce qu’il est, que de cette façon extraordinairement respectueuse et douce qu’est l’amour, la patience, la suggestion. Quel sorte d’amour serait le nôtre s’il était le résultat d’une programmation comme un robot, ou comme l’instinct pousse le chien de berger à aimer son maître ? Dieu espère notre amour en aimant le premier, même unilatéralement, il espère notre confiance en nous faisant confiance, même à tort…

Moi, ça me plaît assez.

Et cela fait l’importance fondamentale de la prière sincère, personnelle, silencieuse… Cela fait l’importance fondamentale d’aller témoigner de cet amour de Dieu, car comme le dit l’apôtre Paul « Comment donc les gens invoqueront-ils celui en qui ils n’ont pas cru ? Et comment croiront-ils en celui dont ils n’ont pas entendu parler ? Et comment en entendront-ils parler, s’il n’y a personne qui en parle ? » (Romains 10:14). Quand nous parlons ainsi, nous sommes littéralement un « ange du Seigneur » !

C’est ainsi que Dieu intervient directement par sa « Parole » qu’il nous adresse directement, son « Esprit » en nous. Et qu’il intervient aussi en nous envoyant des « Anges« , et en nous envoyant comme ange.

Bon cheminement dans la foi, avec plein de questions pour avancer.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Réponse du visiteur :

Lorsque vous dites que ce serait un viol des consciences si Dieu empêchait quelqu’un de se droguer ou de faire mal à quelqu’un d’autre, cela signifierait-il qu’on ne peut rien demander à Dieu quand il s’agit de dissuader une personne de faire du mal?

Réponse d’un pasteur :

Bonjour,

Votre remarque est très intéressante. Cela pose la question de la prière pour les autres. Si l’on pense que Dieu peut forcer quelqu’un à ne pas se droguer, par exemple, pourquoi attendrait-il que des gens le lui demande pour qu’il le fasse ? Ça ne peut pas être parce que Dieu ne saurait pas que cette personne avait un problème de drogue, ça ne peut pas être non plus parce que Dieu ne saurait pas que la drogue abîme une personne, ça ne peut pas être parce qu’il s’en fiche qu’une personne gâche sa vie…

Je ne vois donc pas pourquoi on demanderait à Dieu de faire quelque chose. Il fait certainement tout ce qui est en son pouvoir pour attirer cette personne vers la vie, une vie belle, libre, créatrice. Et qui sommes-nous pour lui dire ce qu’il devrait faire ?

Mais, par contre, on peut penser à une personne devant Dieu, on peut penser devant lui à notre espérance pour cette personne. Cela a de l’importance :

  1. Nous nous associons ainsi à Dieu pour espérer le meilleur pour cette personne.
  2. Dieu peut alors nous dire ce que, nous-mêmes, nous pouvons faire pour cette personne. Dieu a besoin d’anges pour aller auprès d’elle pour l’aider, pour lui porter quelque chose qui vient de Dieu: de l’aide, une parole de bénédiction, de l’amitiés…
  3. On peut prier ainsi en pensant à quelqu’un, il est bon aussi de lui dire que l’on prie pour elle, pour qu’elle sache ainsi à quel point elle compte pour nous, et qu’elle ait une chance de se tourner vers Dieu et s’ouvrir à sa puissance de guérison. Car si Dieu ne peut pas nous libérer contre notre propre volonté, nous ne pouvons pas non plus, bien souvent, nous libérer nous-mêmes. Mais quand on s’en remet à Dieu, quand on le laisse vraiment agir dans sa vie, on peut recevoir de lui de grandir, de cicatriser, et de voir naître chaque jour un peu de nouvelles dimensions dans son existence.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *