Lorsqu’on est vraiment éprouvé, il faut une sacrée dose de confiance pour penser que dans des années Dieu nous rétribuera

Par : pasteur Marc Pernot

des éclairs de foudre sur une ville dans la nuit - Photo by Emil Jarfelt on Unsplash

Question d’un visiteur :

Bonjour Cher Pasteur
Il est écrit  » tout concourt au bien de ceux qui aiment Dieu « . Un verset qui peut facilement interpeller nombre de personnes, quand on lit au pied de la lettre.
Personnellement je pense qu il faut traduire cela sur un plan spirituel.
Pourquoi ?, Parceque tout simplement , quand on porte une analyse de la vie de nombreux Saints, il est évident qu un certain nombre a été particulièrement éprouvé. Bien sûr, pour faire mûrir la foi. Mais quand même !!!!. Nombre de Saints ont gardé les ténèbres pendant des décennies. Ils n avaient aucune visibilité de leur devenir. Pour quelle raison padre Pio a t il eu des stigmates dans le creux de ses mains ?. Ceci est évidemment d ordre spirituel , ce n’est pas lui-même qui s est forgé ça dans ses mains.
Il y a un autre verset qui dit que tout ceux qui aimeront Dieu seront éprouvés.
On est dans une situation controverse sans aucune mesure avec la vie dans un foyer ordinaire. Évidemment quel est le père humain qui s eloignerait de son enfant. Car c’est une vérité . Notre Père céleste , on ne le voit pas , on ne l entend pas, on ne le touche pas, on ne sent pas son parfum, etc…. Un autre verset dit bien aussi  » on ne peut plaire à Dieu que par la foi. « .
Lorsqu on est vraiment éprouvé , il faut une sacrée dose de confiance pour penser que dans 5, 10, peut être 50 ans, notre bon Dieu qui nous aime , nous retribuera, un peu comme pour rappeler la fin heureuse de l histoire de job.
Je crois qu à force d attendre du mieux, on peut même en venir à s en prendre à Dieu. Le malin peut très bien nous amener à penser mauvais contre Dieu. En tout cas, il n est pas bon de trop réfléchir sur le pourquoi puisque par exemple la perte d un enfant par maladie grave ne peut aucunement se justifier de quelques manières que ce soit et ce n’est pas non plus le Bon Dieu qui est fautif.
Mais en écrivant ainsi je veux souligner qu on progresse dans la foi en s abandonnant à la confiance en Dieu. C’est pourquoi il est important de connaître que  » tout concourt au bien de ceux qui aiment Dieu  » est à considérer que Dieu désire notre plein bonheur et qu il nous attribuera selon sa sainte volonté. Peut être que vous pouvez compléter ma réflexion. Merci.
Que Dieu vous bénisse.

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

Vous avez raison, je pense.

Il n’y a pas que des grands saints qui ont été éprouvés, il y a aussi des grands méchants. Il y aussi des grands saints qui n’ont pas connu particulièrement de problèmes non plus, et des méchants également.

La vie n’est pas équitable. La foudre tombe sur la maison du pauvre comme sur celle du riche. Ce n’est pas la volonté divine mais une question de météorologie et de conductivité électrique. C’est pourquoi il est bon de faire preuve de solidarité entre nous, afin d’aider les affligés, quel que soit leurs mérites ou non. C’est ce que fait Dieu, selon Jésus : « Mais moi, je vous dis: Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent, afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes. » (Matthieu 5:44-45).

Ce n’est donc pas une question de rétribution, ni de donner de la chance en compensation d’une catastrophe subie avant. Cela ne marche pas comme ça. Dieu n’a pas en réserve un nombre limité de bénédictions qu’il accorde à l’un plutôt qu’à l’autre. Il essaye au maximum, de toute façon, de bénir le mieux possible chaque personne.

Chaque catastrophe subie est une perte, une blessure. Et Dieu n’est jamais derrière cela. Parfois il y a une faute d’une personne humaine (malgré les appels de Dieu d’agir dans le sens de la vie). Les autres catastrophes sont dues au chaos résiduel dans l’univers. Dieu n’est absolument pas le moins du monde cause de ce malheur, il ne le permet pas non plus. Dieu travaille sans cesse à poursuivre son œuvre de création, il agit dans le temps long, et il embauche des ouvriers pour faire le bien avec lui, nous pouvons agir pour faire du bien.

Dieu aime chaque personne, il n’y a pas pour lui de distinction entre le Saint et le Pécheur, car nous sommes tous plus ou moins pécheurs, bien entendu et que Dieu aime chacun. C’est normal, c’est ce qu’essaye de faire aussi chaque professeur pour les enfants de sa classe, ou chaque parent pour ses enfants. Pour nous ce n’est pas facile mais pour Dieu c’est sa nature. C’est exactemetn ce que signifie, d’ailleurs, la notion biblique de sainteté : Dieu nous considère en particulier comme un individu non pas comme un numéro. Un individu qu’il connaît et qu’il aime, non pas parce que nous serions mieux que d’autres, mais parce que lui, Dieu, aime l’unicité de chacun de ses enfants. C’est pourquoi, dans la Bible c’est Dieu qui nous sanctifie et nous sommes donc « saint », ce n’est pas nous qui nous sanctifions nous-même. Cette belle notion a malheureusement été troublée par le label de « bienheureux » ou de « saint » attribué par l’église. A mon avis le mot est mal choisi. Mais ces personnes sont en général des personnes remarquables par certaines de leurs qualités de foi ou d’action, et qui peuvent nous inspirer pour avancer.

Comment marche, alors cette phrase de l’apôtre Paul « toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu » (Romains 8:28) ? Ce n’est pas que Dieu favoriserait de chance ceux qui aiment Dieu, comme nous le remarquons, ce n’est pas le cas. Dieu est amour et pardon. Mais quand il arrive une catastrophe à quelqu’un, catastrophe que Dieu ne voulait pas, donc, Dieu est aux côtés des personnes éprouvées, qu’elles soient coupables ou non coupables, ou partiellement coupables du mal qui leur arrive (ce n’est pas la question pour Dieu, voir Jean 9:3-5). Quand une personne aime Dieu elle est plus réceptive à cette présence de Dieu, à son souffle de résurrection et de vie. Par suite, quand la personne subit une catastrophe, au lieu de briser complètement la personne, Dieu pourra soigner son cœur, son espérance, sa connaissance qu’alors même que sa situation est frappée, sa dignité en tant que personne n’est pas atteinte. Cela fait que la personne va mieux se défendre contre les conséquences du mal subit. Elle aura de meilleures réactions, et même son corps aussi, souvent. Par la suite, il arrive même que la personne sorte grandie d’un point de vue spirituel et humain suite à cette période difficile vécue avec l’aide de Dieu. Cela ne justifie en aucun cas les catastrophes, mais tant qu’à faire de les subir autant en faire quelque chose. C’est ainsi que, oui, je pense que « toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu », si ce n’est pas le cas au point de vue matériel, cela peut l’être sur le plan de l’élévation, de la capacité à faire preuve de compassion envers les personnes éprouvées, et la mobilisation pour chercher à créer un monde avec moins de souffrances.

N’ayez crainte, Dieu vous bénit et vous accompagne sans cesse, et sans conditions. Vous pouvez vous ouvrir avec confiance à tout ce qui vient de lui.
.

par : pasteur Marc Pernot

Si vous voulez, vous pouvez voir aussi, dans le petit dictionnaire de théologie ou celui des « mots qui piquent » :

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. gerard dit :

    Bonjour Cher Pasteur
    et merci pour votre réponse qui a bien répondu à mes interrogations .
    Je suis d’accord avec vous que dans les périodes noires de notre existence , il n’est pas question de rétribution comme si à cause de nos souffrances nous mériterions d’avoir une rétribution matérielle, par exemple. Effectivement , je vois un accompagnement de Dieu pour nous soutenir moralement , nous affermir dans notre foi , nous restaurer. Et je pense qu’il n’ait point besoin de vivre des drames pour vivre cela , puisque je crois qu’il nous accompagne tous les jours dans notre cheminement.
    La lecture du passage de Job peut nous amener à penser qu’après des épreuves , le  » bon  » Dieu nous rétribuera puisqu’il l’a fait à Job . Mais un autre passage dans l’Evangile fait dire par Jésus,  » celui qui viendra à moi , n’aura plus jamais soif  » . Ce qui peut faire comprendre que lorsqu’on est en bonne phase , en bonne communion avec Jésus , lui va donc remplir notre coeur pleinement ( à condition cependant qu’on le croit ) suite à la méditation, la prière, la contemplation de la nature si l’on a un jardin ou un parc à proximité, la réjouissance de relations qui nous élèvent et qui nous épanouit.
    Je vous donne un exemple de rétribution que j’ai eu par mes parents. Quand j’avais 6 ans , j’avais bien aidé mes parents à rammasser le raisin dans la vigne. Mes parents étaient si contents qu’ils avaient acheté en jouet un très beau révolver. J’étais vraiment dans la joie.
    Je pense qu’avec Dieu , à cause de notre vie terrestre , on peut avoir un raisonnement humain, pensant que si l’on se conduit pour plaire à Dieu , notre vie pourrait être améliorée , un peu parce qu’on le mérite. Et puis peut-être même que certains y verraient d’un bon oeil, de rajouter  » Dieu me protège , il m’aime, et depuis le temps que je cherche à lui plaire , il m’épargnera de bien des désagréments puisqu’il est tout puissant.  » Et évidemment ce n’est pas le cas.
    Jésus avait dit  » Contentez vous de peu  » . Ce qu’il voulait dire , je pense , c’est ne cherchez pas à vous attacher à construire un bonheur matériel pour vous , qui pourrait vous servir de point ‘appui pour votre vie , de façon égoiste. ( il n’est pas interdit de rechercher le bonheur matériel à des fins de partage et de mieux vivre ensemble ). Ce qui peut laisser penser qu’on avance dans la vie et l’on verra bien pour essayer de bien vivre chaque jour . Carpé Diem.
    Donc , vous m’avez bien éclairé sur cette phrase  » tout concourt au bien de ceux qui aiment Dieu  » sur l’aspect de la rétribution que j’évoquais vis à vis des catastrophes et des lourdes épreuves. Ma question pouvait laisser entrevoir un Dieu comptable en fonction de ce que chacun vit.
    Que Dieu vous bénisse
    Gérard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *