Dans le nouveau testament, Dieu est appelé « le Seigneur » et Jésus et aussi appelé seigneur.. cela ne pose t-il pas une ambiguïté ?

Par : pasteur Marc Pernot

un homme au sommet d'une pyramide dans les montagnes - Photo by Ameer Basheer on Unsplash

Appelez-moi « Seigneur » ?

Question d’un visiteur :

Bonjour Marc,
J’espère que vous allez bien !
Dans l’ancien testament le mot Seigneur est sans ambiguïté un des noms pour évoquer Dieu l’unique, source de vie, le créateur.
Mais dans notre religion chrétienne avec le nouveau testament Jésus et aussi appelé seigneur.. cela pose t’il pas une ambiguïté ?
Pour une personne avec peu de théologie ou extérieur à la foi chrétienne cela porte à confusion et pousse à penser que Jésus et Dieu ce qui me paraît inexact.
Pourquoi avoir choisi le mot seigneur dans beaucoup de passages pour parler de Jésus ?
Je vous vous remercie d’avance et vous souhaite un bon dimanche
Merci Marc

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

Bravo de lire la Bible, et de la creuser et de l’interroger. En particulier sur ce terme de « Seigneur » qui pose effectivement question.

Dans le Nouveau Testament, effectivement, le mot « Seigneur » sert souvent utilisé pour désigner Dieu comme dans la traduction grecque de la Bible Hébraïque (traduction dites des Septantes LXX datant de -300 avant Jésus-Christ). Et le titre de « Seigneur » sert donné à un maître, comme dans l’usage greco-romain de ce mot. C’était usuel qu’un élève appelle son professeur « seigneur » comme à l’école primaire les enfants l’appellent maître ou maîtresse. C’était normal que des vignerons appellent « seigneur » le propriétaire de la vigne. C’est donc tout à fait normal que des personnes appellent Jésus « Seigneur » dans la mesure où ils respectent son enseignement et se considèrent comme ses élèves ou ses disciples. Il y a donc effectivement une ambiguïté quand Jésus est appelé « Seigneur ». Et cette ambiguïté est à mon avis voulue, et entretenue par les théologiens travaillant sur la question de la personne du Christ, sa nature divine et notre nature divine. Je ne pense pas que du temps des apôtres de Jésus et de la rédaction des évangiles Jésus ait pu être déjà considéré comme étant Dieu. C’est venu plus tard dans l’histoire de la théologie, mais que Christ ait une dimension divine sous entendue par cette ambiguïté me semble vraisemblable. Dans notre vie courante, nosu appelons aussi notre père « père » ou « papa » avec le même titre que nous donnons à Dieu dans la prière du « Notre Père », ou quand le Nouveau Testament l’appelle « papa (abba). Et pourtant nous ne confondons pas notre père ou notre mère avec Dieu, même si tous les trois ont participé à nous donner la vie, d’une certaine façon. De même, je ne pense pas que l’ambiguïté soit si massive que cela entre le Seigneur utilisé pour nommer Dieu et le « seigneur » utilisé pour parler de Jésus ou d’un maître.

Dans l’Ancien Testament, à vrai dire, le terme de « Seigneur » n’est pas sans ambiguïté non plus. Ce terme de « adon » en hébreu n’était pas réservé à Dieu ou aux dieux, il était aussi utilisés pour les autorités, le propriétaire d’esclaves. Par exemple dans cette phrase “L’Eternel fut avec Joseph, et la prospérité l’accompagna; il habitait dans la maison de son seigneur, l’Egyptien.” (Genèse 39:2), sans qu’il y ait une ambiguïté, Joseph ne prend pas une seconde son patron pour Dieu.

Le problème se complexifie encore dans les traductions de la Bible Hébraïque, en tout cas pour bon nombre d’entre elles depuis la traduction en grec datant de -300 avant Jésus-Christ (les « septantes », ou LXX). En effet, cette traduction a choisit de traduire le nom de Dieu YHWH hébreu par « adonaï » qui signfie littéralement « le grand Seigneur » (avec un pluriel de majesté), ou « mon Seigneur » avec le possessif. C’est un biais théologique considérable, car « Seigneur » (adon) en hébreu désigne une fonction qui a une connotation d’autorité, de propriété sur son sujet. Alors que le nom YHWH est un mot un peu curieux qui dérive du verbe être, conjugué à la fois au passé, et présent-futur. Jean, dans l’Apocalypse 1:4 traduit ce mot YHWH par « celui qui est, qui était et qui vient », ce qui est parfait. Dans la Bible hébraïque, le nomde YHWH est utilisé quand Dieu est proche, aimant, secourable. Ce qui me semble bien différent de l’attitude d’un grand Seigneur.

La traduction chrétienne en latin par Saint Jérôme au IVe siècle s’aligne sur cette option théologique donnée par la tradition grecque, ce qui n’est pas très étonnant car il reprend ainsi la l’usage des rédacteurs des évangiles qui écrivent en grec et donnent souvent les citations de la Bible en reprenant sa traduction grecque. Saint Jérôme traduit donc YHWH par « Dominus », ce qui a aussi en latin une forte connotation d’autorité, de propriété et de supériorité. Quand l’étude du texte biblique s’est libérée à la Renaissance, au XVIe, les humanistes, les réformateurs protestants et les rabbins juifs ont cherché à mieux rendre le sens de YHWH, ils ont proposé « l’Eternel » pour essayer de rendre un petit peu cette notion d' »être » à travers tous les temps qu’évoque ce nom de YHWH. Cette traduction est imprécise et un peu mystérieuse mais le sens est moins effrayant qu’un grand Seigneur propriétaire de ses serfs, c’est déjà cela… Aujourd’hui, bien des éditions de la Bible ont repris cette « traduction » de YHWH par « Seigneur ». Avec en général une note explicative en bas de page. Cetet option rend compliqué de rendre la locution « adonaï YHWH », littéralement « Seigneur YWWH », « Seigneur Eternel », car cela conduirait à mettre « Seigneur Seigneur », que les traducteurs remplacent souvent par « Seigneur Dieu », bien que le mot « Dieu » n’était pas dans la locution de départ.

Dans ce cas non négligeable de la traduction du nom de Dieu, on n’est plus vraiment dans une traduction mais dans une prédication, où le traducteur propose une option théologique.
Tout cela n’a pas beaucoup d’importance, dès lors que l’on sait ce qui est derrière ces différentes « traductions » des différents mots.

Votre attention à cette question me semble donc utile, elle permet d’être sensible à ce que les différents textes disent de Dieu, de sa personnalité et de son action, quand ils utilisent soit le nom de Dieu « YHWH », soit « mon Seigneur » (adonaï), soit « Dieu » (Elohim), soit le « très haut » (Elyon), soit Shaddaï (https://jecherchedieu.ch/dico-de-mots-qui-piquent/theologie-shaddai-ou-la-maternite-de-dieu/)…

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Marc Pernot

bio de Marc Pernot

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Robert dit :

    Merci Marc d,avoir présenté ce thème car je m,interrogais sur cette question il y a très peu de jours. Que l,Éternel vous bénisse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.