Quel est votre avis biblique sur le thème important de la « réconciliation » ?

Par : pasteur Marc Pernot

ballon en forme de smiley au sourire crispé - Photo by Bernard Hermant on Unsplash

Avoir le sentiment de pouvoir faire mieux, et le manifester ?

Question d’un visiteur :

Bonjour Pasteur,

Je suis catholique mais je me remets toujours aux études bibliques car je crois fermement à la puissance des saintes écritures guidée par l’esprit de Dieu. La Bible est salvatrice et je me dis qu’il faut lui faire confiance car elle vient de Dieu, elle ne trahit pas l’homme mais est plutôt porteuse d’espoir.

Je suis membre d’une chorale depuis bien longtemps et il se trouve que le prêtre de la paroisse souhaite donner un enseignement sur le thème de la réconciliation. Je vais assister à cet enseignement mais avant cela, j’aimerais tellement avoir votre avis biblique sur ce thème important avant d’y aller.

Je vous demande de bien vouloir m’excuser pour mes intrusions. Je vous contacte dans le cadre de mes recherches personnelles, simplement parce que je vous fais confiance et c’est pourquoi je m’adresse à vous.

Bonne semaine

Réponse d’un pasteur :

Bonjour Madame

Bravo pour cette belle recherche. Bravo pour votre ouverture aux autres, dans la fidélité à votre propre sensibilité chrétienne.

La lecture personnelle de la Bible est bien enrichissante. C’est plus le fait de la lire et d’y plonger son visage. Elle est alors un miroir pour nous, une formation pour notre propre façon d’être. Personne ne peut donc lire et interpréter à la place de quelqu’un d’autre,; ce serait comme aller faire de l’exercice physique à la place de quelqu’un d’autre, cela ne marche pas tellement. Les études bibliques et prédications, homélies sont assez utiles à titre de formation, donnant quelques états de la question théologique, et proposant des gestes. Ensuite, ce sont des témoignages te on n’est pas du tout obligé d’être du même avis que la personne qui a préparé.

Ce thème de la réconciliation est bien intéressant.
Dans un sens, il me semble que la réconciliation est un petit peu le travail ou le chemin en vue de vivre le double/triple commandement d’aimer que donne le Christ quand on lui demande de résumer l’essentiel de ce qui nous est demandé et qu’il répond :

Ecoute, Israël ! Le Seigneur, notre Dieu, le Seigneur est un,
et tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ton intelligence et de toute ta force.
Le second, c’est : Tu aimeras ton prochain comme toi-même.
Il n’y a pas d’autre commandement plus grand que ceux-là.
Evangile de Jésus-Christ selon Marc 12:29-31

Nous avons donc à nous réconcilier avec Dieu, avec notre prochain et avec nous même. C’est bien de se placer dans cette perspective, activement. Et de mesurer pour soi-même et en soi-même son avancée dans ce domaine (et de faire cela devant Dieu, en confiance).

Peut-être qu’en français le terme de réconciliation est un peu trop négatif, insistant sur le fait que nous sommes mauvais. Cela arrive, mais Jésus est plus positif, avec lui, le passé est pardonné, avançons donc, avec l’aide de Dieu. Car fondamentalement, le moteur de cet élan est l’écoute de Dieu, comme le dit ici Jésus en reprenant le « Shema Israël ». C’est aussi dans la confiance dans l’action de Dieu que Jésus parle d’aimer son ennemi. Il place cela dans le fait de se laisser enfanter par Dieu afin d’arriver à un petit peu parfois, à aimer notre ennemi, le bénir et lui faire du bien (Matthieu 5:43-48).

Donc à la base, fondamentalement, il y a cette réconciliation de nous-même avec Dieu, de sorte que nous pouvons l’écouter, l’aimer, nosu laisser fortifier et éclaire par lui. C’est lui qui nous donnera ensuite, comme un fruit, d’avancer vers la réconciliation avec notre prochain et avec nous-même.

C’est ainsi que la foi chrétienne n’est pas, ou ne devrait pas être (à mon avis), un moralisme. La leçon de morale, surtout dans ce domaine peut être particulièrement nocive, blessante, voir mortelle pour des personnes (c’est ce dont j’essayais de parler dimanche dernier dans cette prédication « Ne vous sentez pas contraint de pardonner, cela vient comme une bénédiction« )

Ce thème de la réconciliation avec Dieu est un thème majeur dans les lettres de l’apôtre Paul, également. Non que Dieu ait jamais eu besoin d’être réconcilié avec nous, même pécheurs, puisque son amour n’a pas de fin. Mais c’est la personne humaine qui a grand grand besoin de se réconcilier avec Dieu. Nous aimerions tellement n’avoir personne « au dessus de nous ».

Paul nous dit que nous avons même reçu le « ministère de la réconciliation », nous sommes chargés d’aider notre prochain à se réconcilier avec Dieu (2Corinthiens 5:18) Cela me semble un thème majeur.

Il insiste également sur l’union entre nous, humains, dans ce passage excellent où il parle du « corps du Christ » (1 Corinthiens 12). Ce texte me semble essentiel, l’unité est la aussi un fruit de l’Esprit, c’est lui qui, travaillant en chacun est source de cette unité, ce n’est pas par des contraintes venant de l’extérieur nous tenir ensemble. Cela vient en nous, en chacun de nous. Ensuite, ces membres tous différents et tous indispensables, est une réflexion essentielle dans ce travail de réconciliation. Que l’autre soit différent de moi et qu’il soit cependant tout aussi légitime est un choc, une tension. Elle est bien exprimé par Paul parlant du fait qu’un membre puisse se sentir illégitime (c’est dur de se réconcilier avec soi-même). Et du rejet du membre différent, lui disant qu’il n’est pas digne d’être compté comme étant dans le corps du Christ (or ce corps, vu du Christ lui-même est l’humanité entière, certainement, pas seulement ceux qui diraient suffisamment bien oui comme il faut à l’appel de Dieu, et pas seulement notre club de copains qui ont la même sensibilité que moi).

Bonne route, bonne recherche
Dieu vous bénit et vous accompagne

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *