Peur du péché contre l’Esprit et du péché originel ? On se calme, dans la confiance en Dieu

Par : pasteur Marc Pernot

cordée en montagne sur une arrête de neige - Photo by Jef Willemyns on Unsplash

Question d’un visiteur :

Bonjour,
Pourriez vous m’éclairer sur ce « péché contre l’Esprit »,  » le seul qui ne sera jamais pardonné »?
Par ailleurs, avez-vous écrit un article sur le péché originel?
En vous remerciant, cordialement,

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

L’Esprit est Dieu en tant que dynamique d’évolution (voir Genèse 1). Ce que signifie cette histoire de péché contre l’Esprit est que celui qui refuse d’évoluer n’évoluera pas. Même Dieu ne peut pas grand chose à cela.
Dieu, lui, n’abandonnera jamais aucun de ses enfants, car il est amour. Et la mesure de cet amour n’est absolument pas nos petites qualités et défauts. Heureusement.

Le péché originel est un développement théologique de Saint Augustin au Ve siècle qui ne me semble pas bon. L’histoire d’Adam et Eve et du serpent qui parle n’est pas un récit historique mais un récit théologique et spirituel, chacun de nous étant Adam et Ève net même le serpent qui est une figure de notre propre tentation. Leur péché consiste à prendre leur propre désir comme sujet de leur adoration. C’est effectivement une de nos tentations majeures. Ce péché est plutôt le péché fondamental, celui qui nous coupe de Dieu et nous coupe des autres humains, dans une sorte de folie égocentrique. Christ, en manifestant l’importance essentielle de l’amour nous sauve de ce péché là. Mais n’ayez crainte, Dieu n’aime pas le péché, par contre il aime le pécheur.

Donc tout va bien. N’ayez pas peur. Vous pouvez simplement être dans la confiance en Dieu. Et avancer pas à pas avec lui.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Michel dit :

    Je vois plutôt ce péché originel comme l’origine, en nous, des péchés: dans sa lettre aux Romains, Paul utilise ce mot au singulier (le péché en nous, source des péchés) et au pluriel (les péchés, conséquences du péché en nous).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *