Une nouvelle alliance, non de la lettre, mais de l’Esprit ; car la lettre tue, mais l’Esprit fait vivre ?

colombe sur un fond de bâtiments en béton - Photo by Sunyu on Unsplash

Au souffle de l’Esprit

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour,

Pasteur j’aimerais votre éclaire sur ce passage de Bible. Je voudrais savoir ce que veut dire pour vous, « Il nous a aussi rendus capables d’être serviteurs d’une nouvelle alliance, non de la lettre, mais de l’Esprit ; car la lettre tue, mais l’Esprit fait vivre. ».
J’ai une amie qui pense que cela porte sur la réflection humaine, que nos différentes interprétations peuvent tuer. Qu’en pensez-vous.

Cordialement

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

C’est vrai que des interprétations de la Bible peuvent tuer. Il y a des gens qui ont tiré de la Bible des justification pour le racisme, la xénophobie, l’homophobie, la misogynie, l’esclavage.

C’est effectivement plutôt un manque de réflexion humaine qui peut conduire à cela, et non un excès de réflexion humaine. Et c’est aussi un manque de prière, je pense. Plus probablement les deux : un manque de prière et un manque de réflexion.

Il est vrai qu’une lecture « à la lettre » c’est à dire une lecture qui fait du texte biblique une réponse absolue, alors que le texte biblique est plutôt un ensemble de bonnes questions à se poser. Alors que le texte biblique est rédigé dans un contexte précis, celui où se trouve le prophète, le psalmiste ou l’apôtre face à la situation des personnes dont il a la charge.

C’est ainsi que certains textes de la Bible, lus à la lettre, pourrait par exemple être compris comme donnant l’ordre de Dieu de lapider un enfant désobéissant ! Ce verset doit être pris par le lecteur de la Bible d’abord comme un appel à travailler avec Dieu pour éliminer en lui-même ce qui est infantile, rebelle à la source de la vie, du bien, de l’amour et de l’espérance. Il est hors de question d’imaginer que Dieu nous enverrait tuer qui que ce soit, ni notre enfant, ni personne. Les textes bibliques sont lus par le chrétien en se souvenant de la façon dont Jésus-Christ se comportait dans la vie, incarnant la Parole de Dieu. Dans la confiance, donc, que Dieu est toujours source de vie.

Mais dans ce verset que vous citez (2 Corinthiens 3:6), il est question d’alliance par l’Esprit et non par la lettre. C’est bien intéressant. C’est une association à Dieu non avec un contrat ou un code de lois, mais c’est un cœur à cœur avec Dieu, un travail d’équipe basé sur la confiance, sur un souffle partagé. Un souffle qui est source de création, de transformation du chaos et lieu de vie et de vie bonne. Cette « nouvelle alliance » est attendue depuis les prophètes comme Jérémie 31:31-35, Joël 2:28 qui fait de chacune et chacun un prophète ou une prophétesse. C’est extrêmement libérant pour la personne qui n’est plus sous la coupe d’une église ou de religieux, ou de moralistes et de théologiens qui leur dicteraient ce qu’ils devraient penser et faire. Mais ces églises et leurs serviteurs sont là pour aider chacune et chacun à se réconcilier avec Dieu, se saisir de cette vocation de regarder de ses propres yeux, entendre de ses propres oreilles et réfléchir avec son cœur et sa tête. Tout cela avec le souffle de l’Esprit.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *